AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.16 /5 (sur 407 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 03/02/1909
Mort(e) à : Ashford , le 24/08/1943
Biographie :

Simone Adolphine Weil est une philosophe française, sœur du mathématicien André Weil.

En 1924-1925, elle suit les cours du philosophe René Le Senne au lycée Victor-Duruy, à Paris, et obtient, au mois de juin 1925, le baccalauréat de philosophie (selon la dénomination en vigueur à cette époque-là). Elle a alors seize ans.

En octobre 1925, elle entre au lycée Henri-IV, où elle va passer trois ans. Elle entre à l’École normale supérieure en 1928. Elle obtient son agrégation de philosophie en 1931 et commence une carrière d’enseignante dans divers lycées.

Communiste anti-stalinienne, elle participe à partir de 1932 au Cercle communiste démocratique de Boris Souvarine, qu’elle a connu par l’intermédiaire de Nicolas Lazarévitch.

Elle passe quelques semaines en Allemagne, au cours de l'été 1932, dans le but de comprendre les raisons de la montée en puissance du fascisme. À son retour, avec beaucoup de lucidité, elle exprime dans plusieurs articles ce qui risquait de survenir. Abandonnant provisoirement sa carrière d'enseignante, en 1934-1935, elle est ouvrière sur presse chez Alstom, puis elle travaille à la chaîne aux établissements Carnaud et Forges de Basse-Indre, à Boulogne-Billancourt, et chez Renault, jusqu'au mois d'août 1935. Elle note ses impressions dans son Journal d'usine.

Simone Weil se rapproche peu à peu du christianisme. Elle éprouve la présence du Christ, à partir de l'année 1938, et entre en contact avec des prêtres et des religieux, afin de leur poser des questions sur la foi de l'Église catholique.

En 1942, elle emmène ses parents en sécurité aux États-Unis, mais, refusant un statut qu’elle ressent comme trop confortable en ces temps de tempêtes, elle fait tout pour se rendre en Grande-Bretagne et travaille comme rédactrice dans les services de la France libre. Elle démissionne de l'organisation du général de Gaulle en juillet 1943.

Atteinte de tuberculose, elle meurt d'un arrêt cardiaque au sanatorium d'Ashford, le 24 août 1943, à l'âge de 34 ans.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
François L'Yvonnet, professeur philosophie Les leçons philosophie Simone Weil et la grâce Colloque Monaco 2019 La Maison de la Philosophie Conférence du Samedi 8 Juin 2019
Podcasts (9) Voir tous


Citations et extraits (486) Voir plus Ajouter une citation
Simone Weil
juliette2a   08 août 2014
Simone Weil
En allant au fond de nous-mêmes, nous découvrons que nous avons exactement ce que nous désirons.
Commenter  J’apprécie          810
Simone Weil
Ptitgateau   30 juin 2017
Simone Weil
“La plénitude de l'amour du prochain, c'est simplement d'être capable de lui demander : "Quel est ton tourment ?"”
Commenter  J’apprécie          772
Simone Weil
Under_the_Moon   27 septembre 2015
Simone Weil
L'attention est la forme la plus rare et la plus pure de la générosité... C'est en somme le sujet de l'histoire du Graal. Seul un être prédestiné a la capacité de demander à un autre : quel est ton tourment ? Et il ne l'a pas en entrant dans la vie. Il lui faut passer par des années de nuit obscure.



(lettre au poète Joë Bousquet, 1942)
Commenter  J’apprécie          560
Gwen21   24 février 2013
La Pesanteur et la Grâce de Simone Weil
Parmi les êtres humains, on ne reconnaît pleinement l'existence que de ceux qu'on aime.
Commenter  J’apprécie          500
Simone Weil
milamirage   09 avril 2013
Simone Weil
" Tout ce qui est soumis au contact de la force

est avili, quelque soit le contact.

Frapper ou être frappé, c'est une seule et même souillure. "
Commenter  J’apprécie          451
nadejda   29 novembre 2014
Correspondance (Le Bruit du temps) de Simone Weil
Simone Weil à Joë Bousquet le 13 avril 1942

L'attention est la forme la plus rare et la plus pure de la générosité.

Il est donné à très peu d'esprits de découvrir que les choses et les êtres existent. Depuis mon enfance je ne désire pas autre chose que d'en avoir reçu avant de mourir la révélation complète. Il me semble que vous êtes engagé dans cette découverte.

(...) Cette découverte fait en somme le sujet de l'histoire du Graal. Seul un être prédestiné a la capacité de demander à un autre "Quel est donc ton tourment ?" Et il ne l'a pas en entrant dans la vie. Il lui faut passer par des années de nuit obscure où il erre dans le malheur, loin de tout ce qu'il aime et avec le sentiment d'être maudit. Mais au bout de tout cela il reçoit la capacité de poser une telle question, et du même coup la pierre de vie est à lui. Et il guérit la souffrance d'autrui. p 18-19

Commenter  J’apprécie          432
colimasson   17 novembre 2014
L'enracinement de Simone Weil
On doit le respect à un champ de blé, non pas pour lui-même, mais parce que c'est de la nourriture pour les hommes.



D'une manière analogue, on doit du respect à une collectivité, quelle qu'elle soit – patrie, famille, ou toute autre –, non pas pour elle-même, mais comme nourriture d'un certain nombre d'âmes humaines.

Commenter  J’apprécie          413
Piatka   12 novembre 2018
La pesanteur et la Grâce suivi de Attente de Dieu de Simone Weil
La beauté, c’est l’harmonie du hasard et du bien.
Commenter  J’apprécie          362
Simone Weil
Valleerie   22 mars 2019
Simone Weil
Tous ceux qui sont étrangers à cette vie d’esclave, sont incapables de comprendre ce qui a été décisif dans cette affaire. Dans ce mouvement, il s’agit de bien autre chose que telle ou telle revendication particulière, si importante soit-elle. (…) Il s’agit, après avoir toujours plié, tout subi, tout encaissé en silence pendant des mois et des années, d’oser se redresser, se tenir debout. Prendre la parole à son tour.



La Révolution prolétarienne, Paris, 10 juin 1936.
Commenter  J’apprécie          310
colimasson   25 juin 2015
L'enracinement de Simone Weil
Une certaine combinaison de l'égalité et de l'inégalité est constituée par l'égalité des possibilités. Si n'importe qui peut arriver au rang social correspondant à la fonction qu'il est capable de remplir, et si l'éducation est assez répandue pour que nul ne soit privé d'aucune capacité du seul fait de sa naissance, l'espérance est la même pour tous les enfants. Ainsi chaque homme est égal en espérance à chaque autre, pour son propre compte quand il est jeune, pour le compte de ses enfants plus tard.
Commenter  J’apprécie          280

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

la philosophe Simone Weil

S. W a été professeur de :

français
philosophie
mathématiques
histoire-géographie

10 questions
101 lecteurs ont répondu
Thème : Simone WeilCréer un quiz sur cet auteur

.. ..