AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.94 /5 (sur 698 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Marseille , le 24/06/1924
Mort(e) à : Suresnes , le 14/02/2020
Biographie :

Michel Ragon est un écrivain, critique d'art, critique littéraire et historien de l'architecture français.

Ancien travailleur manuel, il acquiert une érudition telle qu'il est amené à soutenir une thèse de doctorat d'Etat à la Sorbonne et devient docteur ès lettres à l'âge de cinquante ans.

Michel Ragon est l'auteur d'une oeuvre abondante à double facette : d'une part une oeuvre de romancier, de sociologue et d'historien qui commence en 1953, avec son premier roman Drôles de métiers, et d'autre part, étant devenu très vite, parallèlement à sa carrière purement littéraire, critique et historien de l'art, une oeuvre monumentale sur l'architecture et l'urbanisme modernes. Il joue un rôle important d'animateur (conférences, expositions, Maisons de culture etc), d'informateur, d'enseignant, entouré des artistes, architectes et urbanistes les plus importants de son époque.
Historien de la littérature prolétarienne et de l'anarchisme autodidacte libertaire ( wikipédia )

Président - cofondateur du GIAP, Groupe d'Architecture Prospective (1965), président du Syndicat des Critiques d'art français (1966-69), Vice-président de l'association internationale des critiques d'art (1969-71 et 1975-78), professeur à l'Ecole nationale supérieure des arts décoratifs (1972-85), il a co-fondé avec Paul Maymont, l'UP7 qui dispense un enseignement novateur de l'architecture dans le cadre de l'Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Il est membre honoraire de l'Académie des Beaux-arts du Danemark. Lauréat de l'Académie française, Grande médaille d'argent et de vermeil de l'Académie d'architecture. Il est officier de l'Ordre national du Mérite.

Son oeuvre compte plus de 18 romans, 8 ouvrages d'histoire sociale, 14 ouvrages de critique et d'histoire de l'art, 9 monographies, 2 recueils de poésies et 16 livres sur l'architecture et l'urbanisme parmi lesquels la fabuleuse et monumentale Histoire mondiale de l'architecture et de l'urbanisme modernes (1971-78) .
+ Voir plus
Source : http://www.olats.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Michel Ragon   (77)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

- "Histoire de l'architecture et de l'urbanisme modernes. Volume 1, 2 et 3", Michel Ragon, Points https://www.librest.com/livres/histoire-de-l-architecture-et-de-l-urbanisme-modernes--volume-1-ideologies-et-pionniers--1800-1910-michel-ragon_0-2712854_9782757814796.html?ctx=6131117a2919d5d1ed4c78e297996c36 - "La mémoire des vaincus", Michel Ragon, le livre de poche https://www.librest.com/livres/la-memoire-des-vaincus-michel-ragon_0-841261_9782253059509.html?ctx=c861d676e5f970f74a9de2ea7154ff7d - "Les visionnaires - DVD", Julien Donada, Petit à Petit production

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (177) Voir plus Ajouter une citation
sebastolivre   23 février 2022
La mémoire des vaincus de Michel Ragon
— A quoi ça sert, tous ces bouquins ? demanda Flora d'un air dégoûté.

— Regardez les enfants, dit Valet. A droite, vous avez les romans et la poésie. A gauche, le social, la politique. D'un côté le rêve, de l'autre côté l'action, Quand vous posséderez les deux, vous pourrez conquérir le monde.

— Allons Valet, ne t'emballe pas, dit le libraire, Les choses sont plus complexes, Les romans, c'est aussi de l'action sociale et la politique, c'est aussi du rêve. Quant à conquérir le monde, qu'en ferais-tu ? C'est la conquête de soi-même, qui importe.



Page 38, Livre de poche.
Commenter  J’apprécie          456
OmbreetPoussiere   04 novembre 2018
La mémoire des vaincus de Michel Ragon
« On supprimera l’ Âme

Au nom de la Raison

Puis on supprimera la raison.



On supprimera la Charité

Au nom de la Justice

Puis on supprimera la justice.



On supprimera l’Esprit

Au nom de la Matière

Puis on supprimera la matière.



Au nom de rien on supprimera l’Homme ;

On supprimera le nom de l’ Homme ;

Il n’ aura plus de nom.



Nous y sommes. «



Armand ROBIN

Les Poèmes indésirables, 1945
Commenter  J’apprécie          410
Hulot   05 novembre 2020
La mémoire des vaincus de Michel Ragon
La réunionnite est un des maux de la révolution.



On y parle tant de la révolution qu'on l'oublie.
Commenter  J’apprécie          334
enjie77   30 mai 2022
Les mouchoirs rouges de Cholet de Michel Ragon
On n'utilisait jamais de sucre dans le quotidien mais un peu de miel du rucher familial. Le sucre des villes valait au kilogramme le prix du beurre, soit l'équivalent d'une journée de travail.



page 281
Commenter  J’apprécie          310
enjie77   29 mai 2022
Les mouchoirs rouges de Cholet de Michel Ragon
Année 1818



La surprise fut générale lorsqu'à la messe du dimanche, la femme et la fille du maire-meunier apparurent avec, sur la tête, une espèce d'énorme papillon blanc. Elle éclipsa du même coup la cérémonie religieuse. Pour la première fois, la paroisse voyait de ces coiffes blanches qui, d'abord portées par la bourgeoisie rurale, comme un signe de différenciation, allaient en un demi-siècle envahir les campagnes et rivaliser de formes les plus cocasses, la Vendée comptant à elle seule vingt-cinq coiffes différentes.

Depuis cent ans, le port du bonnet de toile blanche, enserrant les cheveux, restait immuable. La coiffe empesée, ornée de tulle brodé, de dentelles et de rubans, ne sera à la mode que pendant un siècle mais elle marquera à tel point le costume paysan qu'on la croira vêtement traditionnel millénaire.



Ndl : Je dirais plus d'un siècle, nous sommes en 1818 et dans les années 1960/70, je voyais encore des femmes en coiffe qui entretenaient, munie d'une longue perche, les murs des bourrines ou des chaumières vendéennes à la chaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
enjie77   24 mai 2022
Les mouchoirs rouges de Cholet de Michel Ragon
- Village vendéen en 1796 après le passage des "Colonnes Infernales"



Maintenant que les grands incendies s'éteignaient, dans chaque village, les hommes veillaient à ne pas perdre les parcelles du feu. Un village sans feu signifiait un village mort. On ne recensait pas les individus mais les feux. Le feu était à la maison ce que l'âme était au corps. Longtemps resteront chevillés dans le souvenir de Dochâgne et de ses compagnons l'époque maudite où, dans la forêt, ils durent survivre sans feu, dans leurs bauges, et l'effroi à leur retour dans des villages aux cheminées muettes.

Il leur fallut réinventer le feu en faisant jaillir des étincelles avec des pierres dures. Et depuis, ce feu, ils le cultivaient, le dorlotaient. Ils se le passaient comme le Saint-Sacrement. Les braises étaient conservées sous la cendre, données, communiquées, emportées dans le creux de la main des hommes qui les passaient vivement d'une paume à l'autre pour ne pas se brûler. Il se faisait de perpétuels échanges, de maison à maison. Les femmes qui ne pouvaient entretenir un feu toute la journée venaient quémander chez leur voisine une pelletée de braise ou bien en replissaient l'écuelle de leur chauffe-pieds. L'hiver, on voyait partir de bon matin les bergères vêtues de leur cape de droguet, quenouille au côté, tenant d'une main un bâton, de l'autre la chaufferette en terre où les braises jetaient de petites lueurs rouges.

Une pièce sans cheminée s'appelait une chambre aveugle. Et dans les rares maisons qui disposaient de plusieurs pièces, une seule, la salle commune, ouvrait ses deux yeux, c'es-à-dire la chaleur et la lumière qui se perpétuaient dans la cheminée devant laquelle la maisonnée s'entassait pour la veillée.



Pages 47 - 48 (nous avons conservé le terme "foyer" comme par exemple "foyer fiscal")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
JeffreyLeePierre   30 septembre 2021
La mémoire des vaincus de Michel Ragon
Je vais te raconter une histoire, dit Igor. Une histoire que j'ai vécue. Une histoire que les historiens de la Révolution ne retiendront pas car elle leur paraîtra immorale, absurde, anti-historique, quoi ! Juste après Octobre, dans les jours qui suivirent immédiatement, la Révolution faillit périr. Oui, elle a failli périr, noyée dans l'alcool. [...]

Il est bien normal que les insurgés fêtent leur victoire, qu'ils se détendent les nerfs en buvant un bon coup. Seulement, tout le reste de la population suivit. Il y a toujours plus de badauds que de combattants, dans une révolution, mais lorsqu'il s'agit de triompher, tout le monde veut en être. Une orgie sauvage déferla sur Petrograd. [...]

Kerenski chassé, les derniers débris du tsarisme enfuis, toute la pauvreté de la ville se révéla. Tous les pauvres, tous les infirmes, tous les vagabonds, comme des cloportes, déboulèrent des ruines, se ruèrent vers les caves du palais d'Hiver, en tirèrent les bouteilles, se saoulèrent à mort sur place. Les soldats que Trotski envoya pour les déloger, leur arrachèrent les bouteilles des mains, mais au lieu de les détruire, ils crurent plus simple de se les vider dans le gosier. Ce fut le commencement de l'enivrement général qui gagna toute l'armée. Le régiment Préobrajenski, le plus discipliné, dépêché pour rétablir l'ordre, ne résista pas à la contagion. Les caves du palais d'Hiver accumulaient tant de vins et de spiritueux que les soldats n'arrivaient pas à l'éponger. Le régiment Pavloski, rempart révolutionnaire entre tous, vint à la rescousse et tomba lui aussi le nez dans le ruisseau. Que dis-je, le ruisseau ! De rivière, l'alcool devenait fleuve. Les gardes rouges eux-mêmes glissaient dans l'orgie. On lança les brigades blindées pour disperser la foule. Elles entrèrent dans le tas, cassèrent quelques jéroboams et, finalement, les blindés se mirent à zigzaguer et à défoncer les murs des celliers et des cafés aux volets clos. J'assistais, atterré, à cet effondrement de la Révolution. Si Kerenski avait alors osé revenir, si les généraux blancs avaient su dans quel état se trouvaient les insurgés dans les semaines qui suivirent la prise du palais d'Hiver, la Révolution était balayée en un tour de main. Mais eux aussi, peut-être, sans doutes, noyaient dans la vodka leur défaite. Nous étions seulement quelques camarades obstinément à jeun qui essayions de colmater les brèches. On clouait des barricades devant les bistrots et les caves. Les soldats escaladaient les maisons par les fenêtres. Markine, ancien matelot de la Baltique, entreprit de détruire à lui seul, sans boire une seule gorgée d'alcool, tous les dépôts du palais d'Hiver. Chaussé de hautes bottes, il s'enfonçait dans un flot de vin, jusqu'aux genoux. Des tonneaux qu'il éventrait, le vin giclait en ruisseaux qui s'écoulaient hors du palais, imprégnant la neige, vers la Neva. Les ivrognes se précipitaient vers ces traînées rouges, lampaient à même dans les rigoles. Non seulement la garnison de Petrograd, qui joua un rôle si déterminant dans les révolutions de février et d'octobre, se désintégra et disparut dans cette beuverie énorme, mais la contagion éthylique gagna ensuite la province. Des trains qui transportaient du vin et des liqueurs étaient pris d'assaut par les soldats. La vieille armée russe ne s'effondra pas sous la ruée des Autrichiens et des Prussiens, elle se délita dans les vapeurs d'alcool. Si Trotski s'acharna à vouloir signer la paix à Brest-Litovsk, c'est qu'il savait que l'armée russe n'existait plus. L'armée russe était saoule. L'armée russe s'était noyée dans une orgie inimaginable. Trotski a bluffé à Brest-Litovsk en proposant aux Allemands de démobiliser les troupes russes. Elles s'étaient démobilisées elles-mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          228
gill   15 septembre 2018
Un si bel espoir de Michel Ragon
Avec un sourire plus doux

Que celui des herbes sous la rosée,

Ils me disent tous que la vie est si belle plus loin !

Ô vous, qui venez de partout,

Répondez-moi sans ruse ; puis-je partir là-bas

Menant derrière moi mes pauvres camarades ...

(citation apposée en ouverture d'un "Un si bel espoir"

citation d'Armand Robin extraite de l'ouvrage "le temps qu'il fait" paru chez Gallimard en 1941)
Commenter  J’apprécie          230
Hulot   23 novembre 2019
Les mouchoirs rouges de Cholet de Michel Ragon
Les deux Louise jetèrent tous les seaux qui se trouvaient remplis, afin que l'âme de Léonie ne risque pas de s'y noyer. Puis elles ouvrirent la fenêtre de la chambre pour que son âme puisse sortir.



On enveloppa la morte dans ce linge qui lui servait de linceul et, avant de lui recouvrir le visage, Dochâgne lui glissa dans la bouche une pièce de cuivre d'un liard pour qu'elle puisse payer à saint Pierre sa place au paradis.
Commenter  J’apprécie          220
Michel Ragon
Jacopo   06 juin 2021
Michel Ragon
J’ai dépoussiéré la Vendée, je lui ai redonné une histoire qu’elle avait perdue, mais je pense qu’elle l’a reperdue aujourd’hui parce que toutes les tendances réactionnaires s’en sont emparées à nouveau.
Commenter  J’apprécie          222

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

La Princesse de Clèves

De quoi traite principalement "La princesse de Clèves" ?

d'un complot
de la guerre entre catholiques et protestants
de la passion amoureuse
du libertinage

12 questions
2200 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur