AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4 /5 (sur 1 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 20/03/1949
Biographie :

Jean Segura est un journaliste et écrivain français.

Site officiel : www.jeansegura.fr

Etudes de sociologie, cinéma, biologie (Doctorat), communication.
Journaliste scientifique (1983-2016), spécialités : images numériques, médias interactifs et réalité virtuelle.
Publications : 1300 articles rapports et ouvrages.
Presse : Biofutur, Sciences et Techniques, Usine Nouvelle, Industries et Techniques, 01 Informatique, Libération (1984-2003), Télérama, La Recherche, Science et Avenir, Tech Images (rédacteur en chef 1988-1990, premier magazine français consacré aux images par ordinateur), Sonovision (1992-2015), Micro Hebdo, Le Technicien du Film, Broadcast (rédacteur en chef adjoint, 2001-2003).

Ajouter des informations
Bibliographie de Jean Segura   (8)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Calvera   22 février 2022
Boris Grinsson de Jean Segura
Rétrospective d'un grand affichiste de cinéma d'avant et d'après guerre

par JEAN SEGURA

Une version de cet article a été publiée dans Libération le 28 août 1998, sour le titre : "Grinsson, une vie couverte d'affiches"



Le facteur sonne toujours deux fois , Gilda , Le jour où la terre s'arrêta , Les sept mercenaires , Les quatre cents coups , etc. Ce sont là quelques-unes des deux mille images hautes en couleurs que Boris Grinsson, affichiste de cinéma, aura laissées au cours d'une longue carrière qui s'étend de 1929 à 1973. Dans les rues, le métro ou à l'entrée des cinémas, ces affiches étaient là pour attirer notre regard et nous donner envie de nous engouffrer dans les salles obscures.



Aujourd'hui, paisible nonagénaire, le graphiste du Beau Serge et de Hiroshima mon amour continue de peindre pour lui-même dans sa maison près de Fontainebleau. Jusqu'au 29 août, la ville de Melun (avec le concours de la Galerie Intemporel à Paris) lui rend hommage en exposant un échantillon hélas limité de ses affiches et maquettes (dont Cape et poignard, La dame de Shanghai, Les désaxés, L'homme qui en savait trop ou La soif du mal et quelques cinquante autres pièces dont un portrait de Rita Hayworth) ainsi qu'une trentaine de ses tableaux "figuratifs stylisés" comme il les décrit lui-même et dont les prix s'échelonnent entre 4000 et 16000 francs. ("Boris Grinsson, des affiches et des toiles" jusqu'au 29 août, Espace Saint-Jean, 26 place Saint-Jean, 77000 Melun. Tél : 01 64 52 10 95).



Né à Pskov en Russie en 1907, Boris Grinsson aura traversé un siècle d'histoire et de cinéma. Fuyant la révolution bolchévique, sa famille erre entre la Finlande et les pays baltes avant de se fixer en Estonie. C'est là qu'après le lycée, le jeune Boris commence des études à l'Ecole des Beaux-Arts de Tartu. Ne trouvant pas de débouchés dans ce trop petit pays, Grinsson part en 1929 pour Berlin "où l'art graphique y était en pleine explosion". Là il se perfectionne à l'Ecole des Arts Appliqués. L'Allemagne pré-nazie est en pleine crise économique, et le jeune dessinateur doit se débrouiller par des petits boulots comme celui de figurant dans les studios de l'UFA à Babelsberg. Si Grinsson ne fera jamais la carrière d'acteur à laquelle il avait un moment songé, le cinéma lui donnera pourtant du travail pendant plus de quarante ans. En devenant d'abord l'assistant d'un affichiste d'origine lettone puis par la suite à son compte, Grinsson commence à dessiner des affiches pour les compagnies américaines comme MGM, Paramount et Universal.



Les maquettes étaient dessinées à partir de photos du film ou bien de l'affiche originale. "Nous n'assistions à la projection du film que si nous en avions le temps se souvient Boris Grinsson, car les délais étaient très courts et il fallait parfois travailler près de quinze heures par jour". Mais l'histoire va encore dévier la route du jeune graphiste lorsque en pleine campagne électorale de 1932, il réalise sur commande une affiche anti-nazie : "inspiré par le peintre Reitel, j'ai dessiné la Mort avec les traits d'Hitler et la croix gammée en guise de faux". Une fois arrivés au pouvoir, les nazis, furieux, font rechercher l'auteur de cette virulente caricature et Grinsson doit rapidement fuir l'Allemagne. C'est ainsi qu'il débarque à Paris avec sa jeune femme allemande un 26 juin 1933. "Heureusement j'avais emporté quelques maquettes avec moi que je pouvais présenter aux mêmes compagnies pour lesquelles j'avais déjà travaillé à Berlin". Grinsson peut donc repartir d'un bon pied, sauf qu'il a fallu se familiariser avec la lithographie, technique alors employée en France pour la fabrication des affiches (et qui le sera jusqu'au début des années 60) alors qu'en Allemagne on utilisait déjà l'offset, plus commode mais moins belle aux yeux des puristes. Pendant quarante ans, l'artiste russe, définivement installé en France, va alors produire des affiches pour presque tous les grands distributeurs américains, comme Universal, MGM, Paramount, Columbia, RKO, Warner ou Fox, et européens comme Pathé, Gaumont ou ACE (filiale de l'UFA). Une seule parenthèse, la période de la guerre qui l'oblige a se cacher à Chateauroux où il gagne sa vie en peignant des décors de dancing et de restaurant et des portraits.



Boris Grinsson aura fait partie de cette génération de graphistes, qui comme Roger Soubie, Constantin Belinsky (un autre russe), Jean Mascii et bien d'autres ont su faire saliver le public par des affiches souvent multicolores, oeuvres populaires et faciles d'accès apportant leur vision, parfois naïve, du film à illustrer. Il leur fallait aussi un talent de portraitiste pour restituer sans les trahir les traits des acteurs. L'utilisation de plus en plus fréquente des montages photo et le passage à l'offset dans les années 60-70 aura marqué d'une certaine manière le déclin de cette génération. Les affiches de Grinsson et de ses congénères représentent aujourd'hui une oeuvre qu'on pourait qualifier de "cinégraphique", patrimoine indissociable des oeuvres cinématographiques pour lesquelles elles ont été créées.

Jean SEGURA

https://www.liberation.fr/arts/1998/08/25/arts-hommage-a-l-un-des-derniers-peintres-du-cinema-grinsson-une-vie-couverte-d-affiches-boris-grins_244307/?redirected=1
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Calvera   22 février 2022
Boris Grinsson de Jean Segura
Quarante ans d'affiches de cinéma



D'origine russe, Boris Grinsson (1907-1999) a traversé un siècle de cinéma, commençant à travailler dans l'Allemagne prénazie avant de s'installer définitivement en France à partir de 1933 jusqu'en 1972. Il va dès lors dessiner plus de 2000 affiches, travaillant principalement pour les majors américaines, mais également pour de nombreux studios et distributeurs français et européens. Il laisse une oeuvre artistique variée maîtrisant aussi bien l'académisme, la caricature que la composition géométrique, appliqués à tous les genres cinématographiques. On lui doit les plus beaux portraits des déesses du 7 ème Art, Rita Hayworth, Veronica Lake, Marilyn Monroe, Martine Carol ou Brigitte Bardot, et de très belles séries d'affiches sur Laurel et Hardy, les Marx Brothers ou Jerry Lewis.



JEAN SEGURA - RUE DES COLLECTIONNEURS MAGAZINE
Commenter  J’apprécie          10
tristantristan   05 décembre 2017
Boris Grinsson de Jean Segura
Le 30 janvier 1933, les élections font accéder au pouvoir Adolf Hitler(...) La suite est tristement connue: le cinéma allemand, l'UFA et Neubabelsberg sont placés sous le contrôle direct des nouveaux maîtres de l'Allemagne. le ministre de la Propagande Joseph Goebbels en personne prend la direction des studios.(...) Un an auparavant, alors que le parti nazi n'était pas encore aux affaires, Grinsson avait dessiné, à la demande d'une agence, une affiche explicitement contre Hitler. S'inspirant de l'oeuvre du peintre allemand Reitel, cette caricature représentait le futur Führer comme l'archange de la mort: "un squelette dont le crâne a été remplacé par le visage d'Hitler hevauche un cheval mort et porte en guise de faux une croix gammée; en arrière plan des villes détruites, des ruines, le feu, la fumée" racontera plus tard Grinsson en évoquant ce souvenir.

pp.5,6
Commenter  J’apprécie          10
Calvera   22 février 2022
Boris Grinsson de Jean Segura
Le « compliment » de Roger Soubie





Le « compliment » de Roger Soubie



Boris Grinsson



Affable, Grinsson a de bonnes relations avec ses collègues, surtout Morvan et Rojac, qu'il apprécie. Il aime bien Roger Soubie, son « bon copain », quoique ce dernier l'impressionne. Un jour de 1947, au bureau de la MGM , il retrouve Soubie qui contemple une affiche que lui, Grinsson, vient de terminer. C'est Le Facteur sonne toujours deux fois de Tay Garnett d'après le roman de James Cain. Lana Turner, sex symbol des années 40, est en soutien-gorge de satin, enlacée dans les bras fermes de John Garfield, leurs regards coupables se croisent à peine. L'étreinte des deux amants, lumineuse, tranche sur un fond bleu-noir, imprécis et tragique.



Grinsson regarde son collègue, se demandant bien à quelle sauce il va être mangé, car il n'est pas encore assez sûr de lui. « Soubie était un garçon un peu rude, un vrai parigot qui, à l'âge de 17 ans, était parti volontaire pendant la première guerre mondiale. Il avait conservé cette allure d'ancien combattant, et puis il avait une dizaine d'années de plus que moi » raconte Grinsson dans ses souvenirs. Alors soudain Soubie se tourne vers son cadet et de son air bourru lui dit :



- « Mon vieux, tu es foutu ! »

- « Et pourquoi ? » demande Grinsson, surpris.

- « Parce que jamais plus tu n'en feras une aussi belle ! » rétorque Soubie.

- « C'était sa manière de vous faire un compliment » conclut Grinsson.



JEAN SEGURA - RUE DES COLLECTIONNEURS MAGAZINE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Marathon-quiz : 50 classiques français

Qui a écrit "Les Fourberies de Scapin" ?

Corneille
Racine
Molière
Marivaux

50 questions
913 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique français , littérature française , classiqueCréer un quiz sur cet auteur