AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.46 /5 (sur 2002 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) à : Bruxelles , le 29/11/1957
Biographie :

Jean-Philippe Toussaint est un écrivain et réalisateur belge de langue française.

Il est le fils d'Yvon Toussaint, journaliste au Soir et de Monique Toussaint, fondatrice de la libraire Chapitre XII à Bruxelles et le frère de la productrice de cinéma Anne-Dominique Toussaint (1959).

Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (1978) et titulaire d'un D.E.A. d'histoire contemporaine.

Jean-Philippe Toussaint obtient en 1986 le prix littéraire de la Vocation pour son premier roman publié "La salle de bain". Il est lauréat de la Villa Kujoyama en 1996.

Il est l'auteur d'une dizaine de romans, tous publiés aux éditions de Minuit, qui se caractérisent par un style et un récit minimaliste, dans lesquels les personnages et les choses n'ont d'autres significations qu'eux-mêmes.

En 2002, il commence "Le Cycle de Marie", intitulé "Marie Madeleine Marguerite de Montalte", en quatre volets : "Faire l'amour" en 2002 ; "Fuir" en 2005, qui obtient le prix Médicis du roman français la même année ; "La Vérité sur Marie" en 2009, qui obtient quant à lui le Prix Décembre en 2009 et le prix triennal du roman, décerné par la Fédération Wallonie-Bruxelles, en 2013 ; et le quatrième volet "Nue", en 2013.

En 2015, il reçoit le Grand prix "Sport et Littérature" pour "Football".

Il adaptera en 2016 pour le théâtre ce cycle littéraire dans un spectacle mixte mêlant lectures, vidéos et musiques originales composées et jouées sur scène par The Delano Orchestra.

Ses recherches artistiques le conduisent aux arts plastiques et à la photographie : depuis 2000, il expose régulièrement en Europe (Belgique, France) et au Japon. Jean-Philippe Toussaint est aussi l’auteur d’articles et de textes courts parus dans la presse quotidienne (Libération) ou des revues en ligne (bon-a-tirer.com).

En 2014, il succède à Henry Bauchau au fauteuil 9 de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (ARLLFB).

son site : http://www.jptoussaint.com/

+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations

Entretien avec Jean-Philippe Toussaint, à propos de son ouvrage La Clé USB


03/09/2019

Paru lors de la rentrée littéraire de septembre 2019, La Clé USB ouvre un nouveau cycle romanesque dans l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint. Voilà en tout cas un livre qui se joue des genres et dévoile d’autres facettes du talent de l’auteur : s’il débute comme un roman policier avec un fonctionnaire de la Commission européenne qui mène l’enquête sur une fraude aux bitcoins, c’est finalement un événement bien plus intime qui clôt le récit. Pour dire le monde contemporain, l’auteur de La Vérité sur Marie choisit une fois de plus de développer les aspects les plus banals de l’existence, en tout cas à première vue.

Après L’Appareil photo (1989) et La Télévision (1997), vous nous revenez lors de cette rentrée littéraire 2019 avec La Clé USB. Un bond technologique qui s’accompagne visiblement d’un saut thématique, puisqu’il s’agit cette fois notamment de bitcoin et de blockchain. Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous pencher sur cette technologie ?

Le narrateur du livre travaille à la Commission européenne. Il dirige une unité de prospective. La prospective est cette activité peu connue du grand public qui a pour sujet d’étude l’avenir. Il ne s’agit pas de prévoir l’avenir, mais de le préparer, selon la formule de Gaston Berger. L’avenir n’est pas ce qui va arriver, mais ce que nous allons en faire, dit Henri Bergson. Pour préparer mon livre, j’ai rencontré un certain nombre de personnes qui travaillent sur ces questions à la Commission européenne. L’une d’elle, spécialisée dans les questions de cybersécurité, m’a parlé de l’ordinateur quantique et de la blockchain. À l’époque, je n’étais pas encore familiarisé avec ces notions. Quand j’ai entendu parler de cybercriminalité, mon oreille s’est dressée, il me semblait qu’il y avait là un fort potentiel romanesque. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à creuser et j’ai commencé à me renseigner et à étudier plus précisément la question.


Le narrateur et personnage principal Jean Detrez est un fonctionnaire somme toute banal de la Commission européenne, entraîné du jour au lendemain dans des jeux d’influence autour d’un appel d’offres. Il se retrouve même à enquêter en Chine, un peu par hasard. Loin de son bureau bruxellois, le voici confronté au réel, au danger ; il découvre de quoi il est capable, en même temps que le lecteur. N’est-ce pas un peu ironique que sa « vraie vie » commence et s’achève pour lui en 192 pages de fiction ?

Une part importante de mon projet était de situer le roman à Bruxelles, dans le milieu de la Commission européenne. C’est un univers mal connu, souvent décrié, critiqué, fantasmé. Mais il faut bien reconnaître que, vu de l’extérieur, c’est un sujet qui peut sembler assez froid. Le milieu de la Commission européenne n’invite pas immédiatement à l’intrigue romanesque. Pour rendre mon roman captivant, il me fallait introduire de la fiction et du suspense. Je devais trouver des éléments qui pourraient faire vivre l’intrigue. Dans le roman, le narrateur va tomber par hasard sur une clé USB qui ne lui est pas destinée. Il va examiner son contenu et découvrir des documents qui vont l’amener à soupçonner l’existence d’une porte dérobée (une backdoor) dans une machine fabriquée en Chine.


Vous êtes reconnu comme l’un des chefs de file du courant minimaliste, un courant littéraire qui privilégie des personnages simples faisant face à des enjeux « mesurés ». Or les enjeux de ce livre-ci semblent sensiblement plus tournés vers l’économique et le politique, avec un personnage principal spécialiste en prospective stratégique (même s’il explique dès le début du livre les limites de cette discipline), un éloge mélancolique de l’Europe face à une Chine aux avant-postes de l’avenir, et des explications sur le fonctionnement d’une blockchain. Aviez-vous le sentiment, voire la volonté, de déborder vos habitudes durant l’écriture ?

Avec ce livre, j’entreprends un nouveau cycle romanesque. Comme il m’importe, à chaque fois que je commence un livre, d’être à la fois fidèle à ce que j’ai écrit dans le passé, mais également de me renouveler, je me suis efforcé, dans ce roman, de proposer quelque chose de nouveau. Dans La Clé USB, j’embrasse un univers beaucoup plus large que dans mon premier roman, La Salle de bain, où je me contentais, en quelque sorte, de l’horizon de ma baignoire. Très clairement, dans ce livre, j’essaie de porter un large regard englobant sur le monde au début du XXIe siècle. Je situe l’action du roman en 2016, qui me semble être une date charnière, à la fois pour le monde, avec le référendum sur le Brexit, mais aussi pour le narrateur, dans sa vie privée.


Vous évoquiez dans une précédente interview les hasards de la vie d’un écrivain, qui peuvent influencer l’écriture d’un livre, sans toutefois en altérer la ligne directrice. Avez-vous rencontré ce type de micro-collisions durant l’écriture de La Clé USB ?

Cela fait plus de cinq ans, depuis que j’ai achevé le cycle de Marie, que je n’avais plus écrit de roman à proprement parler. Pendant cette période, il m’est arrivé d’écrire d’autres livres, comme Made in China, auquel vous faites allusion avec la réflexion sur le hasard. Pendant ce temps, je prenais des notes pour le roman à venir. J’avais dans mon ordinateur un dossier intitulé « 100 éléments romanesques », où je consignais des idées, des morceaux de phrases, des bribes, des fragments qui me venaient à l’esprit. Par la suite, je n’ai bien sûr pas utilisé la totalité de ces 100 éléments romanesques pour l’écriture de La Clé USB, mais il m’arrivait de piocher ici et là. Un jour, j’avais noté l’agacement que me causaient les cintres antivols qu’on trouve parfois dans les armoires hôtels. Je pressentais qu’il y avait là une possibilité romanesque. Dans La Clé USB, quand le narrateur se fait voler son ordinateur en Chine, il va passer sa colère sur ces cintres antivols. Sa rage, d’abord maîtrisée, va se déchaîner contre ces cintres sans crochet qui sont la négation même du principe du cintre ! Même si cela ne s’est pas fait en temps réel, je vois là une micro incursion du fortuit, d’une impression ressentie dans la vie réelle que j’ai introduite dans la trame romanesque du livre en cours.


Votre livre a des allures de roman d’espionnage, d’enquête très rythmée évoquant des techniques de représentation cinématographiques, avant de « retomber » dans quelque chose de plus intimiste et plus typiquement littéraire…

Je crois que ce livre est à la fois le plus romanesque de mes livres (vous avez raison de dire qu’il se rapproche d’un roman d’espionnage, des techniques du roman policier), et le plus autobiographique. Il y a ce double mouvement dans le roman, d’abord un mouvement qui s’éloigne de ma vie personnelle et qui va explorer des territoires vraiment romanesques, et en même temps un mouvement qui revient vers moi-même et ma vie privée. Dans mon travail littéraire, je crois que n’avais jamais été aussi ouvertement romancier, je n’avais jamais construit à ce point une fiction.


Mais, d’un autre côté, j’aborde également dans ce livre des événements autobiographiques très intimes. Il y a donc un double mouvement, à la fois vers la fiction – je n’ai jamais été aussi loin en direction de la fiction, on pourrait presque dire, à cet égard, que c’est mon premier roman ! – et en même temps vers l’autobiographie. Mais, parfois, ces deux dimensions peuvent entrer en collision. C’est une chose qui m’a toujours intéressé, comment, à certains moments de la vie, des éléments du monde extérieur peuvent entrer en court-circuit avec notre vie personnelle. C’est le cas, par exemple, lorsque survient un attentat, on est perdu dans ses pensées et, d’un coup, avec l’attaque, la violence du monde extérieur vient brutalement interrompre le cours de nos pensées et nous expulse du confort de notre vie intérieure.


Mais c’est vrai aussi parfois dans l’autre sens. Il peut arriver des moments, alors que nous sommes pris dans l’action de notre vie professionnelle, plongés dans nos occupations, ou, comme le narrateur de La Clé USB, dans des aventures à l’étranger, que, d’un coup, la vie privée revienne faire irruption au premier plan et nous bouleverse.


Après plus de quarante ans de pratique, qu’avez-vous appris de plus important sur l’art d’écrire ?

J’ai toujours considéré mon travail littéraire comme une recherche. Tout en poursuivant mon chemin, je m’efforce de me renouveler à chaque fois et de proposer toujours quelque chose d’inédit.


Avez-vous prévu de lire certains livres publiés lors de cette rentrée littéraire de septembre 2019 ? Et êtes-vous attentif à l’actualité littéraire en général ?

Oui, je suis attentif à l’actualité littéraire, je lis régulièrement les livres des Éditions de Minuit. Cette année, j’ai lu avec beaucoup de plaisir La Vérité sur Dix petits nègres, de Pierre Bayard et Pas dupe, d’Yves Ravey. Parmi les livres de la rentrée, j’ai déjà lu Propriété privée, de Julia Deck et Rétine, le premier roman de Théo Casciani. Je lirai sûrement Mon ancêtre Poisson de Christine Montalbetti, Amazonia de Patrick Deville et Extérieur monde d’Olivier Rolin. Je lirai aussi sans doute Le Cœur de l’Angleterre, le dernier livre de Jonathan Coe. Et je lirai Icebergs de Tanguy Viel qui paraîtra en octobre.



Jean-Philippe Toussaint à propos de ses lectures



Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

Crime et châtiment de Fiodor Dostoïevski.



Quel est le livre que vous auriez rêvé écrire ?

Le Quatuor d’Alexandrie de Lawrence Durrell.



Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

L’œuvre de Samuel Beckett.



Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

À la recherche du temps perdu de Marcel Proust.



Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Détrompez-vous, je l’ai lu.



Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

J’ai, dans ma bibliothèque, L’homme qui savait la langue des serpents, d’Andrus Kivirähk. C’est un best-seller en Estonie, on me l’a offert un jour à la fin d’un voyage à Tallinn. A priori, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, un roman plein de sortilèges et de salamandres. Je l’ai ouvert dans l’avion pour voir de quoi il s’agissait, et j’ai commencé à le lire, j’ai continué tout au long du voyage. Le plus surprenant, c’est que je l’ai terminé à mon retour à Bruxelles. C’est sans doute le livre le plus improbable que j’aie jamais lu.



Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

J’ai écrit dans un de mes livres que, si l`on peut être péremptoire dans l`admiration, il faut rester modeste dans le dénigrement.



Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

Plusieurs phrases de Beckett me viennent à l’esprit. Par exemple, dans Molloy : « Et il vous a dit pourquoi, dis-je, flairant la flatterie dont j’étais assez friand. »



Et en ce moment que lisez-vous ?

Une biographie de Paul Valéry, Valéry, tenter de vivre, par Benoît Peeters.



Découvrez La Clé USB de Jean-Philippe Toussaint aux Editions de Minuit :




Entretien réalisé par Nicolas Hecht.






étiquettes
Videos et interviews (56) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean-Philippe Toussaint vous présente son ouvrage "La clé USB" aux éditions de Minuit. Rentrée littéraire automne 2019. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2337462/jean-philippe-toussaint-la-cle-usb Note de musique : YouTube Audio Library Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Podcasts (16) Voir tous


Citations et extraits (298) Voir plus Ajouter une citation
joedi   27 février 2014
Nue de Jean-Philippe Toussaint
Elle ne m'avait pas regardé, elle avait simplement soulevé la main à côté d'elle et avait pris la mienne avec naturel, et ce geste si tendre qui m'emplit d'apaisement, ce geste si inattendu, me parut aussi surprenant que si les deux navires que nous avions sous les yeux, abandonnant un instant la froideur impassible avec laquelle ils cohabitaient dans le port, s'étaient soudain rapprochés dans un geste de tendresse. Je sentis la main de Marie humide contre ma paume, et je savourai aussitôt physiquement, comme à titre exclusivement privé, la pertinence de cette loi physique universelle qui veut que deux corps qui entrent en contact ont tendance à égaliser leur température.
Commenter  J’apprécie          332
cicou45   30 novembre 2013
Nue de Jean-Philippe Toussaint
"[..] quand on va voir quelqu'un dans un cimetière, il est naturel qu'on ne le voie pas, il est normal qu'on ne le trouve pas, car on ne peut pas le trouver, jamais, c'est à son absence qu'on est confronté, à son absence irrémédiable."
Commenter  J’apprécie          300
Piatka   07 septembre 2013
La vérité sur Marie de Jean-Philippe Toussaint
Je passais mes mains sur son visage, et je la regardais. La main et le regard, il n'est jamais question que de cela dans la vie, en amour, en art.
Commenter  J’apprécie          301
Sand94   18 février 2010
Faire l'amour de Jean-Philippe Toussaint
Nous nous aimions, mais nous ne nous supportions plus. Il y avait ceci, dans notre amour, que, même si nous continuions à nous faire plus de bien que de mal, le peu de mal que nous nous faisions nous était devenu insupportable.
Commenter  J’apprécie          270
Kittiwake   03 avril 2012
L'urgence et la patience de Jean-Philippe Toussaint
De la même manière qu'il faut plusieurs centaines de kilos d'arbustes aromatiques pour produire, par distillation, un flacon d'essence de romarin, il faut beaucoup de vie réelle pour obtenir le concentré d'une seule page de fiction.
Commenter  J’apprécie          260
araucaria   26 février 2017
Monsieur de Jean-Philippe Toussaint
La femme du secrétaire d'Etat, assez grosse jeune personne élégante, passa pratiquement tout l'après-midi sur la terrasse, assise sur un fauteuil en osier, les genoux à hauteur du visage, oeuvrant à s'épiler les jambes avec une minuscule pince de toilette. De temps à autre, relevant lassement la tête, elle regardait sous ses cheveux qui avait l'outrecuidance de lui adresser la parole - et soupirait. Non, elle ne voulait rien boire. Non, elle ne voulait pas aller se promener. ce qu'elle voulait, c'est qu'on la laisse tranquille : elle avait encore du pain sur la planche, l'été approchait.
Commenter  J’apprécie          240
Ambages   07 juin 2017
Faire l'amour de Jean-Philippe Toussaint
Et, jouissant de ce point de vue imprenable sur la ville, je me mis alors à l'appeler de mes vœux, ce grand tremblement de terre tant redouté, souhaitant dans une sorte d'élan grandiose qu'il survînt à l'instant devant moi, à la seconde même, et fît tout disparaître sous mes yeux, réduisant là Tokyo en cendres, en ruines et en désolation, abolissant la ville et ma fatigue, le temps et mes amours mortes.
Commenter  J’apprécie          210
Renod   11 janvier 2017
Fuir de Jean-Philippe Toussaint
Il vivait seul, retiré, avec ses chevaux, le jardin, un peu de pêche sous-marine, des promenades solitaires et une remarquable bibliothèque d’histoire de l’art et de philosophie, conservant un lien de plus en plus ténu avec le monde et cultivant sans ostentation une misanthropie tempérée, ayant fini par se convaincre que, moins on a de relations avec les hommes, meilleures elles sont.
Commenter  J’apprécie          200
gavarneur   16 novembre 2019
La clé USB de Jean-Philippe Toussaint
Il m'apprit que les machines [de minage de bitcoins] tournaient sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sur l'ensemble des sites dont la société assurait l'exploitation, ce qui représentait une consommation d'électricité phénoménale, m'avoua-t-il sans le moindre état d'âme, comme s'il tirait fierté de cette démesure, indifférent au gaspillage énergétique que cela pouvait constituer pour l'environnement. Pour me donner une idée, leurs factures d'électricité se montaient à près de 200 000 yuans, soit près de vingt-cinq mille euros mensuels.

Page 104
Commenter  J’apprécie          195
Piatka   07 septembre 2013
La vérité sur Marie de Jean-Philippe Toussaint
Même si je ne dormais pas, c'était le mystère irréductible du rêve qui était en train d'agir et de jouer en moi, qui permet à la conscience de construire des images extraordinairement élaborées qui s'agencent dans une succession de séquences apparemment disposées au hasard, avec des ellipses vertigineuses, des lieux qui s'évanouissent et plusieurs personnages de notre vie qui fusionnent, se superposent et se transforment, et qui, malgré cette incohérence radicale, ravivent en nous, avec une intensité brûlante, des souvenirs, des désirs et des craintes, pour susciter, comme rarement dans la vie même, la terreur et l'amour.
Commenter  J’apprécie          180

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur