AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4 /5 (sur 1 notes)

Nationalité : Italie
Né(e) à : Florence , le 01/01/1449
Mort(e) à : Florence , le 09/04/1492
Biographie :

Laurent de Médicis dit aussi Laurent le Magnifique, (en italien Lorenzo il Magnifico) Lorenzo di Piero de' Medici fut un grand homme d'État florentin et le dirigeant de facto de la république florentine durant la Renaissance italienne.

Ses contemporains le surnommèrent le Magnifique. Ils ne faisaient pas référence à une beauté qu'il ne possédait pas, mais au sens ancien du mot en français, « généreux, prodigue ».
Il a été l’un des personnages les plus remarquables de son époque. Au-delà de ses talents de diplomate et d’homme politique, il a côtoyé un groupe de brillants érudits, d’artistes, et de poètes et a également excellé dans des disciplines aussi variées que la joute, la chasse, la poésie, le maniement des armes ou l’athlétisme : par cet éventail de talents, il constitue ainsi l’une des plus belles incarnations de l’idéal de l’Homme de la Renaissance. Sa vie coïncida avec la Première Renaissance des Arts et il disparut à l’apogée de la puissance florentine.

On dit souvent de Laurent de Médicis qu'il fut le protecteur des hommes de lettres de son temps, mais l'on oublie parfois de mentionner qu'il fut lui-même rédacteur d'une littérature riche et diverse. Il compose d'abord dans le style comico-réaliste, parodique et caricatural à l'imitation de Luigi Pulci. Parmi ses œuvres appartenant à ce genre on peut citer : L'uccellagione di Starne, description d'une partie de chasse, le Simposio, caricature des Florentins avinés, la nouvelle Giacopo qui reprend le motif de la beffa cher à Boccace, ou encore le poème rustique La Nencia da Barberino (1470), où le berger Vallera déclare sa flamme à Bencia, la belle villageoise18. Dans la même veine il écrivit également des poèmes aux accents populaires et parfois licencieux : les Canzoni a ballo et les Canti carnascialeschi (destinés à être chanté pendant le carnaval) dont on ignore les dates de composition.

Après l'affirmation de sa domination politique, ses œuvres deviennent plus sérieuses : l'Altercazione (1474) dialogue philosophique en vers où l'on retrouve l'influence néoplatonicienne de Marsile Ficin, le Comento ad alcuni sonetti d'amore dans lequel on retrouve l'empreinte de Dante, ou encore un Canzoniere (1465-1484) qui s'inscrit dans la lignée du courant Stil Noviste.

Viennent enfin les poèmes d'inspiration classique comme l'Ambra, l'Apollo e Pan ou le Corinto. À la fin de sa vie, il composera même une pièce de théâtre religieuse : la Rapp
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Laurent de Médicis   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
5Arabella   01 février 2018
Canzoniere de Laurent de Médicis
Mes yeux, puisqu'empêchés éternellement

vous êtes de voir ce Soleil qui illuminait

votre cheminement obscur et réconfortait

votre vue, pleurez maintenant pour toujours.



L'allègre printemps en hiver cruel

s'est changé, et le moment que j'espérais

le plus heureux et tant désirais,

m'est plus insupportable : je saisis ce qu'est Amour !



Si m'apparut doux le premier trait,

si suave fut ma première blessure,

et si au premier combat j'eus un grand bonheur,



toute joie maintenant s'est muée en malheur :

par une plaisante voie me voici tombé

en une forêt obscure, où il me faut brûler.
Commenter  J’apprécie          120
5Arabella   11 février 2018
Canzoniere de Laurent de Médicis
Je suis avec passion ce qui me déplaît le plus ;

pour vivre davantage souvent je désire ma fin ;

pour fuir la mort, la mort j'appelle ;

je cherche le repos là où jamais il n'y eut de paix;



je poursuis ce que je fuis et qui fait ma ruine ;

plus que moi-même j'aime mon ennemi ;

de mets amers je ne cesse d'avoir faim ;

je veux être libre et aime la servitude.



La glace dans le feux, l'ennui dans le plaisir,

dans la mort la vie et dans la paix la guerre

je cherche ; et à fuir ce à quoi je m'attache.



Sur une mer agitée je guide mon navire :

il ne sait aller à terre ni rester sur les flots ;

la peur est chassée par trop d'incertitude.
Commenter  J’apprécie          82
5Arabella   17 février 2018
Canzoniere de Laurent de Médicis
Abandonne ton île bien-aimée

abandonne ton beau royaume,

déesse de Chypre, et viens vers le ruisseau

qui baigne l'herbe verte et menue.



Viens à l'ombre, à la douce brise

qui fait murmurer les arbustes,

aux douces chansons d'un oiseau amoureux ;

choisis donc pour patrie ce lieu.



Si tu viens parmi ces eaux claires,

que t'accompagne ton cher fils,

car l'on ne connaît pas ici sa force.



Enlève à Diane ses chastes nymphes,

libres elles vont sans aucun péril,

peu sensibles au pouvoir de l'Amour.
Commenter  J’apprécie          70
5Arabella   30 janvier 2018
Canzoniere de Laurent de Médicis
Si cruelle fut la première blessure,

si sauvage et violent le premier trait

que, si l'espoir ne nourrissait pas mon coeur,

la mort certes me fût parue douce.



Certes l'âge tendre point ne refuse

de suivre Amour, mais souffre chaque jour davantage ;

volontiers il suit son doux malheur,

puisque son destin lui a fixé ce sort.



Mais toi, Amour, puisque sous ton étendard

tu veux que je sois prêt, fais en sorte

qu'à nul autre je n'enseigne mon mal.



De ton serviteur tu auras miséricorde ;

fait qu'en cette dame altière règne

un feu tel qu'elle éprouve les peines des autres.
Commenter  J’apprécie          63
5Arabella   15 février 2018
Canzoniere de Laurent de Médicis
Ces beaux yeux aimables, qui à Amour

donnent à leur gré pouvoir et impuissance,

m'ont fait et font tant haïr la paix,

que je la juge de mes tourments le pire.



Bien qu'à la damnation éternelle je pense

et au temps changeant et fugace,

à l'espérance cruelle, vaine et fallacieuse,

je ne perce pas encore cette ruse manifeste.



Mais je vais suivant mon destin fatal

et ne m'arrêterai point, à moins que ma dame ou la mort

ne me fasse changer de chemin.



Les heures de ma vie brèves ou longues

je les lui consacrai, parce que mon pauvre

coeur ne trouve pas ailleurs d'autre réconfort.
Commenter  J’apprécie          50
5Arabella   04 février 2018
Canzoniere de Laurent de Médicis
Heureuse campagne, où séjourne celle

qui dans ses mains tient mon coeur,

en sorte qu'à son gré j'éprouve joie et douleur,

et meurs et vis mille fois en une heure.



Tantôt elle me tourmente, tantôt me réconforte,

tantôt triste est mon âme, tantôt joyeuse ;

ainsi tient-elle mon coeur anxieux

dans l'allégresse et dans les pleurs, entre vie et mort.



Plus que toute campagne tu es heureuse,

car tu vois chaque jour se lever deux soleils,

dont l'un est si clair que l'autre l'envie.



J'ai vu quant à moi six lunes revenir

sans apercevoir la lumière qui m'apaise,

mais je suivrai mon Soleil, comme fait le phénix.
Commenter  J’apprécie          30
5Arabella   17 février 2018
Canzoniere de Laurent de Médicis
Comme la lampe à l'heure matinale,

lorsque manque la substance qui entretient le feu,

paraît éteinte, puis se rallume, et que s'élève

sa flamme, puis elle va vers sa fin ;



de même, en mon esprit vague et incertain,

lorsque manque la substance de mon espoir ancien,

si une flamme plus ardente se maintient,

c'est que de mon malheur approche la fin.



Je ne crains donc plus ton nouvel assaut

et le brasier ardent plus ne m'épouvante,

venu que je suis à la fin des désirs et des dédains.



Ma belle Méduse plus ne me transforme

en marbre, ni Sirène ne m'endort,

car à son amour véritable le ciel me conduit.
Commenter  J’apprécie          30
5Arabella   18 février 2018
Canzoniere de Laurent de Médicis
De la vie je fuirais la douce lumière

pour cette vie qu'on nomme la mort,

mais la mort aujourd'hui est si gente et belle,

que - je crois - les dieux voudront mourir.



Gente est la mort, car elle est venue à celle

qui or est au ciel l'étoile la plus brillante ;

moi, qui ne veux de douceur dès lors qu'elle

est morte, je vivrai des années cruelles.



Toujours pleureront mes yeux, et mon triste coeur

soupirera au coucher de son beau soleil,

de lui privés, et de tout son espoir mon coeur.



Avec moi pleureront doucement Amour,

les Grâces et les soeurs du Parnasse :

et qui ne pleurerait avec elles ?

Commenter  J’apprécie          30
5Arabella   16 février 2018
Canzoniere de Laurent de Médicis
Je te remercie, Amour de mes tourments

et, si je t'appelais "cruel seigneur",

en homme qui était guidé par la fureur,

de cette ancienne erreur j'ai repentance.



Car celle pour qui je sens que brûle

en un doux feu mon coeur fortuné,

est digne d'humain et célestes honneurs :

languissant pour elle, j'y prends contentement.



Ô heureuse et bonne fortune,

quand il advient qu'un digne et noble seigneur

l'on serve, cherchant en lui la paix !



Mille fois jadis j'ai désiré la mort ;

mais or je suis content de ce courroux,

tant à la fin il me plaît d'être son serviteur.
Commenter  J’apprécie          30
5Arabella   20 février 2018
Canzoniere de Laurent de Médicis
Une cruelle pensée parfois m'occupe

et sur les autres prend pouvoir ;

si elle dure, je meurs ; si je la chasse,

une autre fois elle revient plus fort.



Elle me dit que sont faux l'espérance,

l'amour et la foi de ma dame ;

elle me narre les pensées que j'eus avant

qu'Amour en elle mît tout mon bonheur.



Y songeant, pour mon réconfort la mort

j'appelle ; miséricordieuse elle m'écouterait alors ;

mais Amour, qui sait que je me plains à tort ;



me montre ces beaux yeux ; face à eux

fuit toute pensée sombre, toute douleur,

comme les ténèbres devant l'aurore.
Commenter  J’apprécie          34

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Laurent de Médicis (3)Voir plus


Quiz Voir plus

Double meurtre à l'abbaye

Le témoin involontaire d'une scène ou un cadavre est trainé est...

Raymond de Pleaux
Guillaume Taillefer
Thomas le Rouge

20 questions
226 lecteurs ont répondu
Thème : Double meurtre à l'Abbaye de Jacqueline MirandeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..