AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.25/5 (sur 28 notes)

Né(e) : 1958
Biographie :

Luc Bigé est Dr. en sciences (biochimie), consultant et écrivain.

Il a fondé l’Université du Symbole, dont il est actuellement président d’honneur.

Autour du monde symbolique et de ses conséquences sur notre société il a publié de nombreux ouvrages dont L’Homme Réunifié (éd. de Janus), La Force du Symbolique (éd. Dervy) et, en 2008, Icare, la passion du soleil (éditions de Janus).

"Dr. es Sciences (biochimie), j’ai passé quelques années à pister l’inhibiteur d’enzyme dans des laboratoires de recherches (INRA puis L’université de San-Francisco) avant de m’interroger sur le « pourquoi » plutôt que de continuer à scruter le « comment ».

Comment j’en suis arrivé là ?
J’eus la chance, dans mon adolescence, de suivre un double itinéraire. Tout en préparant une thèse de doctorat en biochimie, thèse qui devait me conduire plus tard vers la recherche fondamentale, je m’intéressai de près au symbolisme de l’astrologie dès l’age de 14 ans.

Je me familiarisais ainsi avec deux langages et deux formes de pensée : celui de la science, avec sa méthode rigoureuse, l’usage du doute systématique comme garde-fou contre les interprétations faciles, l’importance du dialogue sans cesse renouvelé entre la théorie et la pratique.
Je réalisai en même temps le gouffre qui sépare la science de sa médiatisation, et à quel point les chercheurs sont souvent – et à juste raison – beaucoup plus prudents que les « sachants » en ce qui concerne cette croyance qui consiste à imaginer que tous les problèmes seront résolus par plus de techniques, plus de connaissances et plus d’argent pour alimenter la recherche."




+ Voir plus
Source : http://reenchanterlemonde.com/biographie/
Ajouter des informations
Bibliographie de Luc Bigé   (14)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Le nom de notre langage, l'« oiseau », est (...) remarquable puisqu'il n'est pratiquement qu'un souffle avec ses cinq voyelles qui se disputent une seule consonne. Un pur esprit qui cherche à faire système par le « S » ! N'est-ce pas là l'essence de la langue des Oiseaux ? Un inépuisable souffle de sens qui s'accroche dans une forme trop petite pour lui, et malgré tout, dépose sa signature. Plus littéralement, il s'agit d'une intuition (I) en provenance du Tout (O initial) qui est mise en système (S) pour mettre en mouvement l'eau émotionnelle et/ou l'eau compassionnelle de la personne (EAU). Entrer dans le langage des Oiseaux stimule la dimension cardiaque de la personne qui s'y adonne. À condition toutefois d'écouter (« Oi » initial, ouïr) la subtilité des souffles et de ne pas en faire un jeu intellectuel.
Commenter  J’apprécie          50
Par une curieuse ironie de l'histoire des sciences,
la modernité se réfère volontiers à Descartes
comme modèle de rigueur méthodologique.
Or, ce dernier qualifiait lui-même son oeuvre de "fable"
et semblait surtout préoccupé à développer le pouvoir
de l'intuition et des idées claires.
Commenter  J’apprécie          60
En dernière analyse, ses représentations scientifiques, culturelles, sociales,
ne sont pas "ses" constructions, mais celles de la nature tout entière.
Or, si l'organisme humain est pourvu
de deux hémisphères cérébraux symétriques du point de vue organique,
mais non du point de vue fonctionnel,
est-il absurde de supposer que le réel possède bien deux faces
ou, plus exactement, une seule face à lire
selon deux modes distincts et complémentaires ?
Commenter  J’apprécie          50
Chacun d'entre nous porte au fond de son coeur un mythe fondateur qui, si nous osions le reconnaître et le vivre, nous procurerait un sentiment de vérité, de certitude intérieure et d'enthousiasme pour la vie. Pourtant, le plus souvent, cette légende personnelle essentielle nous refusons de la voir, trichons pour l'éviter, agissons ailleurs afin de ne point nous laisser habiter par elle.
Commenter  J’apprécie          50
C'est à Roger bacon, entre autres, que revient le mérite
d'avoir insisté sur la nécessité de l'expérience.

L'expérience "éprouve" le vrai, affirmait Bacon,
donc elle le prouve. Elle est certificatrice.
Selon l'optique baconienne,
la science actuelle ne serait qu'une "demi-science"
car elle méconnaît la face intérieure de l'expérience.
Commenter  J’apprécie          40
L'âme du monde fut expurgée du rationnel scientifique
et par là-même de toute possibilité de connaissance;
N'est-il pas temps de réaliser une nouvelle alliance avec le réel ?
Un réel conçu dans sa totalité,
car l'homme observe le monde tout autant qu'il en est le fruit.
Commenter  J’apprécie          40
Les mots nous parlent au moins autant que nous les parlons. Certes, il ont un sens conventionnel sur lequel tout le monde s'est mis d'accord au fil des siècles mais ce sont aussi des symboles, tant par la géométrie des lettres qui les composent que par les sonorités qui les agitent. C'est cela la langue des Oiseaux encore appelé « la langue des anges ». Comprendre ce langage c'est reconnaître que derrière les significations parlées conventionnelles se cache un métalangage autonome qui est celui de l'inconscient. Lacan reconnaissait déjà cela en intitulant l'une de ses conférences « les non dupes errent » pour évoquer « les noms du père ». Et celui qui connaît « les noms du père » n'est-il pas sans racines, « non dupe » de l'emprise des traditions et « errant » seul, à jamais sans références ni « re-pères » ?
Commenter  J’apprécie          20
Des trois monothéismes que nous connaissons, chacun remplit une fonction différente codée dans le nom de leur divinité. Pour les juifs, le nom de Dieu est imprononçable. Pour les chrétiens c'est un mot du vocabulaire commun qui est devenu le vocable suprême. Et pour les musulmans la divinité achève son processus de personnalisation puisque « Allah » désigne un nom propre. De l'imprononçable vers le mot générique jusqu'au nom spécifique le Souffle s'est progressivement incarné dans une forme. L'Ineffable hébraïque résonne avec le A, la lettre qui se tient encore en dehors de la manifestation. Le mot chrétien pour « Dieu » est littéralement la maison (D) où souffle la transcendance (I) qui s'incarne dans un individu (E) pour s'offrir ensuite à l'illimité (U). Deux voyelles brillent par leur absence le A et le O, l'Ineffable et la Mère Divine. Mais faut-il s'en étonner dans le cadre du christianisme ? Quand à Allah, il renoue avec le souffle du « A », celui du sacré insondable, puis il le manifeste en lui donnant deux ailes (l, l) et le distribue dans toutes les directions de l'espace pour finalement l'exprimer dans les trois mondes sur-humain, humain et infra-humain (AH). D'une certaine manière l'extraordinaire pouvoir de conquête de la foi musulmane juste après sa genèse était déjà « écrit » dans le nom de son dieu. Notons que « Allah » est un mot palindrome qui se lit de droite à gauche comme de gauche à droite (si l'on excepte le « h » final). Il marque la dualité de l'archétype, manifeste une chose et son contraire, l'ombre et la lumière, selon le regard que l'on porte sur lui et la manière dont on l'adore. Attention aussi à la négation systématique contenue dans le nom d'Allah, puisque celui-ci se décode « A l Lah », « a privatif de L » et « lah », dont la sonorité signifie « non » en arabe. Il s'agirait alors d'un pur refus, donc d'une négation du changement.
Commenter  J’apprécie          10
N'est-il pas temps de développer une autre "méthode"
pour clarifier nos idées face à l'expérience intérieure,
de développer des critères de connaissance compatibles
avec le fonctionnement naturel du cerveau droit ?
Commenter  J’apprécie          30
Cette grande division - sous et au dessus de l'axe de l'horizon - donne une idée générale de l'orientation de l'attention consciente de la personne : avec beaucoup (7 ou plus) de planètes au dessus de l'horizon l'attention consciente de la personne devrait se focaliser sur des expériences sociales ou relationnelles. Inversement, avec beaucoup de planètes sous l'horizon la personne sera préoccupée par l'affermissement de sa personnalité et la construction de sa vie intérieure.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Luc Bigé (42)Voir plus

Quiz Voir plus

Quel est le bon titre des livres d’Emile Zola (2) ?

... ?

La catastrophe
La débâcle
Le naufrage
Le désastre

10 questions
192 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..