AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.38 /5 (sur 7 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : près de Bourges, Cher , 1984
Biographie :

Après des études d’ingénieur et le début d'une belle carrière, Lucie Choffey décide de tout arrêter pour rester à la maison et s’occuper de son fils.

Son ouvrage, "L’Effroyable Imposture du féminisme" a été publié en 2014.

Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
Adraste   20 avril 2015
L'Effroyable imposture du féminisme de Lucie Choffey
Les féministes d'aujourd'hui pensent que le fait d'avoir accès aux études supérieures et aux beaux diplômes les rendent, justement, supérieures à leurs grand-mères sur le plan intellectuel. Tout dans leur discours exprime le rejet, le dégoût du modèle féminin ancestral. C'est un peu comme si, en dehors de tout travail rémunéré, les individus n'avaient pas besoin de réfléchir, ni de faire travailler leur cerveau. Comme si l'aptitude au travail physique du ménage, de la lessive, du repassage, de la cuisine, de l'éducation, du soin aux enfants, d'anticipation (bocaux, confitures...), de rangement, de décoration, de jardinage... est décrié, montré comme aliénant, dégradant et indigne d'une personne humaine (femme ou homme). Les féministes qui se disent humanistes préfèrent ainsi déléguer ces activités domestiques à d''autres personnes (d'autres êtres humains, homme ou femme du tiers-monde sous-payés). Mais alors, ces individus seraient-ils des êtres humains de catégorie humains de catégorie inférieure pour que l'on ne s'insurge pas de l'ingratitude et de la pénibilité de leur tâche comme les féministes le font pour les femmes d'Occident ? L'humanisme ne concernerait-il donc qu'une partie de la planète, ou plutôt qu'une classe de la planète ? Ou bien ce féminisme n'est-il absolument pas humaniste ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Adraste   18 avril 2015
L'Effroyable imposture du féminisme de Lucie Choffey
Donc puisqu'un enfant est gênant sur le plan social et nous empêche de travailler, on ferait mieux de s'en débarrasser (nourrice, baby-sitter...). Ce que cette grande bourgeoise ne nous explique pas, c'est que pour les femmes de sa catégorie, le droit au travail si ardemment défendu se résume au droit à une activité de loisir culturel rémunérée : métiers de la mode, de l'art de la communication, etc. Ces métiers relèvent plus de la distraction que du réel métier, que nous , femmes du peuple, nous connaissons : caissière, secrétaire, ouvrière, ingénieur... avec ses contraintes, ses horaires, ses urgences et ses pressions quant au rendement. Comme le dit très justement Alain Soral, « le rêve de la bourgeoisie, c'est de travailler et le rêve de la femme du peuple, c'est d'arrêter de travailler. Mais on l'aura compris, il ne s'agit pas du tout du même travail ! », et il reste que pour la rentière (catégorie sociale du féminisme originel que madame de Badinter incarne à merveille), « plus l'entreprise engage des femmes sous-payées, plus elle encaisse » ! Elle a donc intérêt à nous faire la leçon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Adraste   20 avril 2015
L'Effroyable imposture du féminisme de Lucie Choffey
Face à toutes ces complications, les féministes osent de nouveau taper sur leur ennemi favori : l'homme. Selon elles, si les mères sont exténuées, c'est la faute du mari. Il devrait aider sa femme, car en tant que père, il se doit – au même titre qu'une mère – de donner les biberons, d'aller chercher l'enfant à l'école, de l'emmener chez le médecin, de cuisiner, de faire le ménage... Cette théorie est très jolie et berne encore beaucoup de femmes. En effet, il est toujours plus facile de désigner un coupable pour éviter de reconnaître une erreur. La mauvaise foi est propre à l'être humain et particulièrement développés, semble-t-il, chez les féministes.
Commenter  J’apprécie          50
Adraste   18 avril 2015
L'Effroyable imposture du féminisme de Lucie Choffey
De même, la parité ne parvient pas toujours à s'instaurer dans les comités de direction, malgré les relances de Viviane Reding, vice-présidente de la commission européenne : « Woman mean business ! »

Pourquoi n'arrivent-ils pas à comprendre que seules les femmes célibataires pour cause de vocation/passion pour leur métier pourraient être intéressées par ce genre de poste extrêmement prenant ? Et pourquoi est-ce si grave si ces postes sont tenus par des hommes ? Le vrai combat serait plutôt de défendre la réussite au mérite (qualité managériale, gestion de l'urgence, vision stratégique...) quels que soient l'origine sociale et les attributs naturels (sexe, ethnie, gabarit, pratiques sexuelles, régime alimentaire...). Si les hommes sont naturellement plus aptes à – et désireux de – remplir ces fonctions, pourquoi ne pas les laisser faire ? Inversement, si les femmes préfèrent majoritairement s'occuper de la gestion de leur foyer et sont naturellement plus aptes à ces fonctions, pourquoi les en empêcher ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Adraste   18 avril 2015
L'Effroyable imposture du féminisme de Lucie Choffey
Pour résumer de manière macroscopique les dires de tous les hommes, les auteurs de l'enquête ont construit un homme virtuel nommé Olivier. Voici ce qu'explique Olivier : « Quand je veux faire l'homme, je me fais traiter de macho, et quand je veux être tendre, de « petit garçon à sa maman ». Faire l'homme et la femme en même temps, c'est impossible, mais c'est pourtant ce que l'on me demande : il faudrait être « féminin », mais surtout pas trop. En fait, je suis prisonnier d'une vision manichéenne de l'humanité : d'un côté les hommes (guerriers, violents, menés par leurs désirs sexuels comme des animaux), et de l'autre les femmes, non seulement victimes de notre prétendue domination, mais en plus porteuses de qualités (douceur, esprit de conciliation, maturité, etc.) valorisées par la société. Si je résume : en tant que mec, j'ai toujours tort. Sur tout. »
Commenter  J’apprécie          40
Adraste   20 avril 2015
L'Effroyable imposture du féminisme de Lucie Choffey
Les femmes ont toujours travaillé. Nous indique Éric Zemmour : « À la campagne ou à la ville, la terre ou dans les boutiques, au Moyen Âge ou sous Louis XIV. Au sein du monde aristocratique, où personne ne travaillait, les plus douées d'entre elles tenaient salon. Jusqu'au XIXe siècle, un paysan français aurait trouvé grotesque d'épouser une femme par amour ou parce qu'elle était jolie : il lui fallait une travailleuse. Seule la bourgeoisie occidentale du XIXe siècle a eu cette idée saugrenue de laisser ses femmes au repos ».
Commenter  J’apprécie          20
Adraste   20 avril 2015
L'Effroyable imposture du féminisme de Lucie Choffey
Pour les soigner de leur horrible et dangereuse virilité, qui crée forcément des violeurs et des dominateur pervers, on conditionne les jeunes générations d'hommes avec des modèles comportementaux inverse : homosexualité, métrosexualité (et tout les soins vendus avec ; épilation, crème et brushings). Cela me rappelle ces chapons, calmes, inactifs et peu portés sur la bataille et la défense de leur territoire. On castre mentalement les hommes en leur imposant un modèle de pensée féminin : extériorisation des émotions, recrudescence des métiers du tertiaire ne demandant pas de force physique particulière... et biochimiquement, en empoisonnant leur environnement « d'hormones femelles » (pollution des rejets contraceptifs dans l'environnement).
Commenter  J’apprécie          10
Adraste   20 avril 2015
L'Effroyable imposture du féminisme de Lucie Choffey
Oui, je le confirme : nous voulons simplement nous occuper de nos enfants et que l'on nous respect pour cela !
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Epouses et concubines des héros de la BD (1)

Je suis devenue Lady Greystoke après mon mariage avec Tarzan (mon mari le roi de la jungle est en effet le fils héritier d'une famille d'aristocrates anglais, hé oui !) et j'apparais dans de nombreux livres, films, comic strips, bandes dessinées ou dessins animés adaptés de l’œuvre d'Edgar Rice Burroughs a partir de ma première apparition en 1912 dans le roman "Tarzan of the Apes".

Aaricia
Belle-Lurette
Bonemine
Chihuahua Pearl
Françoise Latour
Jane Porter
Major Jones
Nadine
Narda
Olive Oyl
Raymonde Galopin
Rita

12 questions
70 lecteurs ont répondu
Thèmes : épouses , concubines , Maîtresses , copines , Héroïnes , bande dessinée , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur cet auteur