AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.94 /5 (sur 25 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1934
Mort(e) à : Paris , le 20/01/2016
Biographie :

Ludovic Janvier, né à Paris en 1934, est un romancier, essayiste, nouvelliste, auteur dramatique et poète français. Il est le petit-fils de l'écrivain et homme politique haitien Louis-Joseph Janvier.

D'ascendance haïtienne, Ludovic Janvier est né à Paris. Il y vit le plus clair de son temps. Le projet d'écrire est chez lui très ancien, il remonte à l'adolescence.

Il est mort le 20 janvier 2016 à Paris.

Source : Wikipedia,France Culture
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Dire Bleu, Ludovic Janvier lu par Silvia Bergé
Podcasts (11) Voir tous


Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Sirenna   26 décembre 2017
La mer à boire de Ludovic Janvier
J'ai marché mot à mot sur des pages au hasard

voilà que d'un seul coup ça respirait tranquille

j'avais trouvé je continue j'inspire

j'expire calmement sous le vent des paroles
Commenter  J’apprécie          356
Ludovic Janvier
Piatka   11 mars 2016
Ludovic Janvier
BÊTE À RESSAC



Pleurer fatigue face à la mer

on a l’air bête à cause du ressac

on ne s’entend ni jurer ni gémir

hurler revient dans la figure

une respiration brute à haute voix

cogne la rage et la disperse

infime sur l’énorme instant

où tu restes planté sans regard

seul vivant debout sur la plage

oublié là par l’infini
Commenter  J’apprécie          340
Moovanse   02 juillet 2015
La mer à boire de Ludovic Janvier
Neige dehors, neige dedans

Neige lente sur les frissons

Neige noire à crever les yeux

Pas un humain qui vous réponde

Il doit leur neiger sur la voix

Est-ce que tout le monde est mort ?

Est-ce que je suis le dernier vivant

Enfoui sous quelques flocons de rien ?



Corrompu jusqu’à l’os par le deuil et le froid

Car il neige à n’en plus finir

De plein fouet sur le chagrin

Comme autrefois, doucement, sans pardon

Neige légère à serrer le cœur

Neige lourde à tuer le temps

C’est bien l’éternité comme prévu

Qui précipite exactement sur moi.



C’est tout simple : Il ne fallait pas naître !

Commenter  J’apprécie          310
Sirenna   27 décembre 2017
Doucement avec l'ange (poèmes) de Ludovic Janvier
Dire bleu parce qu'on cède et parce qu'on oubli

nommer les bleus pour garder sur la langue

tout ce parler d'aveugle au goût bleuté par l'indicible
Commenter  J’apprécie          307
Piatka   04 juillet 2014
Doucement avec l'ange (poèmes) de Ludovic Janvier
FINISTÈRE



Toute l'allure offerte au vent

qui nous arrache à la mémoire

on se livre aux paquets d'embruns

accourus sur les déferlantes

serrés dans les griffes du sel

on s'adonne au sourire d'être



il y a des craquements de soie

dans la nue saturée d'orage

une cavalerie d'écume

explose à la gorge des rocs

l'océan bombarde au canon

il vous résonne dans le cœur



brusquement la toiture d'encre

croule toute il pleut aux éclats

une eau qui vous crible et vous rue

sauvage à même la figure

on respire debout sur soi

bouche ouverte au cri des rafales



mais à peine tu fais l'aveugle

sous les morsures et la pluie

qu'une voile au ciel se déchire

dans les mystères du gréement

fantôme lavande allé fondre

à l'immense estuaire de froid



sentinelle du continent

émincé par les vents d'aval

tu es debout dans l'échappée

qui mène aux quatre coins du jour

l'Europe avec la Sibérie

finissant à la mer d'Iroise



l'eau laiteuse revient mourir

au sable écume éblouissante

un cri de mouette se balance

à la voûte bleue de l'instant

d'un seul coup le mot Finistère

annonce un pays de cristal
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          264
Moovanse   15 juin 2015
La mer à boire de Ludovic Janvier
Rien que le goût d’habiter nus

Dans la maison légère de l’odeur



Rien que deux folies au secret

Faisant crier la douceur de la greffe



Rien que ce goût de sel aux bouches

Deux chairs cognées par un seul bruit de cœur



Rien que mordre à l’un mordre à l’autre

Forts de l’instant qui va jusqu’à nos pieds



Rien que boire à l’un boire à l’autre

L’ombre est dedans on y ferme les yeux



Respirer rien que respirer

En voyageant par le calme du lit.





( « Rien que » p95)

Commenter  J’apprécie          220
Piatka   08 juillet 2014
Doucement avec l'ange (poèmes) de Ludovic Janvier
CHAISE LONGUE



Le temps que je veux perdre a goût de sucre défendu

aujourd'hui je me fous du malheur d'être né

j'ai culbuté avec âme et savoir bien au fond

de la chaise longue offrant aux nuages l'impatient

abouché par le souffle à l'air immobile j'attends

guetteur de fin silence à la recherche du passage

qui s'ouvrirait au beau milieu des mots comme un dimanche

à la caresse d'éternité

oui l'impatient

couché pour son interminable adieu sourire aux lèvres

Commenter  J’apprécie          190
Piatka   02 juillet 2014
Doucement avec l'ange (poèmes) de Ludovic Janvier
COMME SI RIEN ÉTAIT



Je me déplace à l'intérieur de moi

cherchant la position pour faire face

au suspens clair entrevu tout à l'heure

lorsqu'en me retournant vers la fenêtre

au ralenti comme si rien était

j'ai senti par surprise m'élargir

un goût de calme égal au bleu du ciel



un deuil léger depuis me cherche encore

la procession des mots va regrettant

l'instant parfait qui me pèse et m'assemble
Commenter  J’apprécie          170
Ludovic Janvier
OumG   21 janvier 2018
Ludovic Janvier
Doucement avec l’ange



Pense à tes grimaces de fou entre tes murs

à ta passion d’enfant puni pour le rien faire

à la honte de ton nom la honte d’en parler

à tes hurlements de rage en direction du monde

à tes longs pets les soirs de contrariété

au désespoir de jamais réussir à être toi

à tous ces ratés queue en main bel étonné

aux hommes évalués d’un sale œil tout rancune

à ton envie quelquefois de mordre en pleine chair

à tes sursauts de peur au moindre bruit dans le silence

à tes adieux de lâche aux femmes abandonnées

à tes injures en secret vers les contradicteurs

aux bestioles massacrées à tes coups de pied au chien

à tes stations devant la glace en murmurant pauvre con

alors doucement avec l’ange hein doucement
Commenter  J’apprécie          130
voilier   09 septembre 2014
La mer à boire de Ludovic Janvier
Femmes qui passent ne veut pas dire

qu'elles passent au large de moi

mais qu'elles passent à travers moi

regards allures et parfums

en y laissant de multiples traces

aussitôt gonflées comme un plumage

lequel tarde à se refermer
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Ludovic Janvier (43)Voir plus


Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur