AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.8 /5 (sur 5 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tulle , 1946
Biographie :

Marie Gaston est romancière et poétesse.

Elle passe sa jeunesse à Brive-la-Gaillarde où elle suit des études secondaires au Lycée d’Arsonval et passe son baccalauréat série littéraire avec succès en 1965. En même temps, elle s’adonne à la poésie classique puis surréaliste. Elle reçoit en 1967 le 3e prix national de poésie pour un poème intitulé "Les épines du soleil" publié dans un supplément à la revue "Pas à Pas".

Elle entre à l’Université de Bordeaux en 1965 pour y entreprendre des études de droit. Ayant participé aux épreuves d’un concours administratif, elle intègre l’Administration en 1968 au rectorat de Rouen, division des affaires financières.

Sa carrière de cadre se poursuit à l’Éducation nationale en qualité de gestionnaire à partir de 1973, avec son affectation au Collège de Corrèze où elle sera gestionnaire pendant vingt sept ans.

Distinguée dans l’Ordre des Palmes académiques en 1989 au grade de Chevalier, elle est promue Officier en 1996.

Marie Gaston commence à publier des romans à partir de 2008, soit deux ans après la fin de sa carrière.

Après "Le Passé simple" (2008), "Mariage d’automne" paru en 2010 relate la vie d’un auvergnat né sous Louis-Philippe et est largement inspiré de l’histoire de sa famille.

En 2010, Marie Gaston fait publier un carnet de morale destiné aux enfants, "Je veux te dire un truc". Il a été homologué par le Ministère de l’Éducation nationale pour l’enseignement de la morale à l’école élémentaire en septembre 2011.

Née à Tulle dans les immédiates années qui suivirent le drame du 9 juin 1944, elle tenait à évoquer le long silence qui a régné dans la ville et dans les familles après cette journée tragique. Ainsi est né son roman "Une Enfance en clair-obscur" (2015).

page Facebook : https://www.facebook.com/marie.gaston.39

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Marie Gaston   (5)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleil   18 mai 2015
Mariage d'automne de Marie Gaston
La plupart des Auvergnats n'envisageaient pas de spéculer en Bourse, ce qui leur paraissait trop risqué et malhonnête. Ils préféraient travailler sans ménagement, la seule façon à leurs yeux de s'enrichir honnêtement.
Commenter  J’apprécie          100
Feuilletre   01 janvier 2017
Un secret de campagne de Marie Gaston
Certes une rumeur avait couru parmi les habitants de la commune dès 1801. On avait murmuré que Justin et sa famille étaient des "Enfarinés", mais aucune preuve, jamais, n'était venue confirmer cette supposition. Alors toutes les hypothèses les plus folles traînaient depuis ce temps là, dans les hameaux, du brigandage à la magie.
Commenter  J’apprécie          30
petitsoleil   18 mai 2015
Mariage d'automne de Marie Gaston
Il y avait huit enfants à nourrir autour de François et Antoinette, qui attendait le neuvième pour la fin de l'année.

Avec toutes ces bouches à nourrir, les Sognat devaient travailler de plus belle. Les journées étaient longues. (...)



Antoinette dirigeait les opérations avec vivacité. C'était une petite femme active, très travailleuse, d'un naturel toujours gai, coquette malgré sa condition sociale. Elle fut la première du canton à posséder un parapluie. Un colporteur vendant fils, boutons et autres articles de mercerie une ou deux fois par an lui avait présenté cet accessoire insolite pour l'époque. Elle avait tout de suite été séduite (...)



Les soirées d'automne et d'hiver étaient interminables, fatigantes, seulement éclairées par l'âtre. Mais c'était le moyen le plus efficace pour améliorer l'économie familiale. Le chanvre se vendait bien, même si la fabrication de toiles à Montsalvy commençait à décliner avec la concurrence de l'importation de coton.

François se lamentait :

- Tout ce travail durant des mois ! Pourvu qu'on vende bien quand ce sera le moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
vertescollines   26 février 2016
Une enfance en clair-obscur de Marie Gaston
Lorsqu'ils retrouvèrent Marie-Louise dans son appartement, il fondit en larmes dans les bras de sa grand-mère. C'est à elle qu'il voulait sans doute faire l'offrande de ce chagrin à vif. Elle lui caressa la tête doucement en le consolant. Pour la première fois, elle ne pensa pas à sa propre tristesse, seulement à celle de son petit-fils qui sanglotait là, contre elle.
Commenter  J’apprécie          20
petitsoleil   18 mai 2015
Mariage d'automne de Marie Gaston
Ici, la nature n'est pas généreuse, le sol est ingrat, pauvre, rocailleux, gelé une bonne partie de l'hiver, sec et poussiéreux l'été, mais on y est né, on y mourra sans doute, et entre temps il y aura eu du bonheur.

Ce paysage, ivre de beauté et de lumière, vous plaque dans la tête une envie de vivre et d'aller de l'avant avec courage.
Commenter  J’apprécie          20
petitsoleil   18 mai 2015
Mariage d'automne de Marie Gaston
[Le passage évoque les écoliers du village, comme Antoine, l'un des fils de François et Antoinette Sognat. Antoine a maintenant onze ans ...]

Ils entrèrent rapidement dans la maison Madamour, la plus grande bâtisse du village, dont deux chambres avaient été réquisitionnées par la commune pour faire office de salles de classe durant la journée.

Le temps n'était pas encore venu de construire des écoles, ni de rendre l'instruction obligatoire. Ici, loin de tout, on enseignait aux enfants sur place, presque à domicile, ce qui facilitait l'assiduité.



Une personne désignée par le maire pour sa compétence et agréée par l'évêque pour sa moralité chrétienne se chargeait de l'enseignement, qui restait toutefois élémentaire : lire, écrire, compter et prier représentaient les quatre aspects de l'instruction nécessaire mais suffisante.

Il régnait un froid glacial dans ces deux pièces au plafond haut et au confort spartiate où six longues tables et quelques bancs étaient installés chaque matin par les enfants (...) Mademoiselle Victorine était l'institutrice. Elle arrivait de Montsalvy chaque matin sur une carriole tirée par un cheval et conduite par son cocher. Elle tenait son rôle avec conviction et générosité. (...)



A Montsalvy, chef-lieu de canton, la place accordée à l'instruction n'était pas meilleure. Une seule salle de classe de cent places avait été installée dans l'ancien réfectoire des moines pour une population de mille trois cents habitants, et un seul instituteur présidait aux destinées éducatives
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
petitsoleil   18 mai 2015
Mariage d'automne de Marie Gaston
Antoinette avait mis au monde dix enfants en dix-huit ans de mariage !

En même temps qu'elle les avait portés, allaités, il avait fallu qu'elle travaille aux champs, dans la maison, qu'elle file sans relâche le chanvre et la laine durant les interminables veillées d'hiver. Son corps semblait épuisé, les derniers enfants étaient chétifs. Mais cela n'entamait en rien sa bonne humeur et son courage. Elle était toujours gaie, enjouée, optimiste :

- Les enfants, c'est notre richesse !
Commenter  J’apprécie          10
petitsoleil   18 mai 2015
Mariage d'automne de Marie Gaston
Depuis le XVIIe siècle, les Sognat sont laboureurs, producteurs de chanvre, et ils élèvent un troupeau de moutons pour vendre la laine. Ils ont quatre ou cinq vaches dans cette modeste propriété du village haut de Lalo, à quelques kilomètres de Montsalvy.



Situé aux confins de l'Auvergne et du Rouergue, ce lieu est à la fois d'une rudesse et d'une beauté inimaginables pour celui qui n'y est jamais venu.

C'est un paysage de puechs (puys) et de combes creusées par deux ruisseaux : celui des Garrigues et celui du Combal. Lalo est installé à califourchon sur l'un de ces bras de terre maigre et de schiste, entre ces deux vallées.



L'été lui donne des contrastes presque insolents : le noir des zones d'ombre qui descendent jusqu'aux ruisseaux rivalise avec l'éclat du jaune des herbes folles et le mauve des bruyères. Ce théâtre de lumière est à peu près la seule richesse des lieux.



Les Sognat, pourtant, ne se plaignent pas de ce relatif dénuement. Ils ont été façonnés par ce pays. Ils le maîtrisent en même temps qu'ils y sont soumis. Ils ont appris depuis toujours à vivre ici, entre la rudesse de l'hiver et la chaleur des trois mois d'été.



Les Madamour, les Sognat, les Astié, les Couderc, les Brommet vivent là, presque en autarcie, depuis des siècles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
petitsoleil   18 mai 2015
Mariage d'automne de Marie Gaston
Chacun repartit de son côté avec le sentiment du devoir accompli : trois jours chez l'un, la semaine suivante chez l'autre, avec l'envie de se rendre service dans le travail comme dans les difficultés. Oui, il faisait bon travailler à Lalo et alentour. Les êtres n'y étaient pas exigeants mais courageux. Ils demandaient juste à la terre de les nourrir et à Dieu de les protéger, eux et leurs familles, contre la faim et les maladies.
Commenter  J’apprécie          10
petitsoleil   18 mai 2015
Mariage d'automne de Marie Gaston
La vie paraissait si simple, pleine de promesses malgré cette extrême pauvreté, et il avait plongé dans un profond sommeil.



Antoine avait un caractère épanoui, équilibré, car il n'avait jamais manqué ni d'affection, ni du strict nécessaire permettant de s'accomplir. Il avait une famille aimante, des frères et sœurs unis et il avait reçu l'éducation et l'instruction suffisantes pour faire de lui un adulte heureux.



Il y avait pourtant au fond de son cœur cette pulsion latente, cette contradiction, ce chaos, ce désir de partir un jour, ce refrain lancinant au goût d'ailleurs. Dans ces régions pauvres du Cantal et de l'Aveyron, la faim chassait presque toujours le loup du bois. On commençait à parler dans le canton de Montsalvy de ces gens qui allaient travailler dans la capitale et qui semblaient y être heureux.



Il attendait le tirage au sort de la classe 1867 qui l'enverrait au service militaire pour cinq ans ou pour six mois, au gré du hasard.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Incipits de trois romans célèbres

« En 1815, M. Charles-Francois-Bienvenu Myriel était évêque de Digne. C'était un vieillard d'environ soixante-quinze ans; il occupait le siège de Digne depuis 1806 »

La femme de trente ans (Balzac)
David Copperfield (Dickens)
Les fiancés (Manzoni)
Les misérables (Hugo)
Anna Karénine (Tolstoï)
Bel-Ami (Maupassant)
Le rouge et le noir (Stendhal)
Les souffrances du jeune Werther (Goethe)
Le comte de Monte-Cristo (A. Dumas)

3 questions
110 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur