AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 73 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 5/02/1626
Mort(e) à : Grigan , le 17/04/1696
Biographie :

Marie de Rabutin Chantal, marquise de Sévigné, dite la marquise de Sévigné, née le 5 février 1626 à Paris et morte le 17 avril 1696 au château de Grignan, est une épistolière française.
Son oeuvre résulte de la correspondance qu'elle entretint durant de longues années avec sa fille, Françoise-Marguerite de Sévigné, comtesse de Grignan, Cette correspondance s’effectua à peu près pendant vingt cinq ans au rythme de deux ou trois lettres par semaine. Les lettres de Mme de Sévigné firent d’abord l’objet d’une première édition clandestine en 1725, comprenant 28 lettres ou extraits de lettres.
L'oeuvre complète en comprend 1120...

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_de_Rabutin-Chantal_(marquise_de_S%C3%A9vign%C3%A9)
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
LydiaB   27 juin 2013
Lettres de Marie de Rabutin-Chantal marquise de Sévigné
(...) Je me suis mise à vous écrire au bout de cette petite allée sombre que vous aimez, assise sur ce siège de mousse où je vous ai vue quelquefois couchée. Mais, mon Dieu, où ne vous ai-je point vue ici ? et de quelle façon toutes ces pensées me traversent-elles le cœur ? Il n'y a point d'endroit, point de lieu, ni dans la maison, ni dans l'église, ni dans le pays, ni dans le jardin, où je ne vous aie vue. Il n'y en a point qui ne me fasse souvenir de quelque chose de quelque manière que ce soit. Et de quelque façon que ce soit aussi, cela me perce le cœur. Je vous vois ; vous m'êtes présente. Je pense et repense à tout. Ma tête et mon esprit se creusent, mais j'ai beau tourner, j'ai beau chercher, cette chère enfant que j'aime avec tant de passion est à deux cents lieues de moi ; je ne l'ai plus. Sur cela, je pleure sans pouvoir m'en empêcher ; je n'en puis plus, ma chère bonne. Voilà qui est bien faible, mais pour moi, je ne sais point être forte contre une tendresse si juste et si naturelle. Je ne sais en quelle disposition vous serez en lisant cette lettre. (...)



Lettre de Madame de Sévigné à Madame de Grignan.

24 mars 1671
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Jean-Daniel   05 mai 2020
Lettres de Marie de Rabutin-Chantal marquise de Sévigné
Sans la consolation de la lecture, nous mourrions d'ennui présentement.
Commenter  J’apprécie          201
Aela   15 février 2011
Lettres de Marie de Rabutin-Chantal marquise de Sévigné
Le Roi arriva jeudi au soir. La chasse, les lanternes, le clair de lune, la promenade, la collation dans un lieu tapissé de jonquilles, tout cela fut à souhait. On soupa. Il y eut quelques tables où le rôti manqua, à cause de plusieurs dîners où l'on ne s'était point attendu. Cela saisit Vatel. Il dit plusieurs fois: "Je suis perdu d'honneur; voici un affront que je ne supporterai pas;" Il dit à Gourville: "La tête me tourne, il y a douze nuits que je n'ai dormi. Aidez-moi à donner des ordres." Gourville le soulagea en ce qu'il put.

Lettre du dimanche 26 avril 1671, à Madame de Grignan
Commenter  J’apprécie          140
Jcequejelis   14 mai 2014
La Vie noble en province au XVIIe siècle (Choix de lettres) de Marie de Rabutin-Chantal marquise de Sévigné
A Madame de Grignan



Aux Rochers, ce mercredi 2ème de décembre 1671



J’ai reçu des compliments sans nombre (pour la naissance de son petit-fils) et sans mesure, et du côté de Paris par mille lettres, et du côté de la Bretagne. On a bu la santé du petit bambin à plus d’une lieue autour d’ici. J’ai donné de quoi boire ; j’ai donné à souper à mes gens, ni plus ni moins que la veille des Rois. Mais rien ne m’a été plus agréable que le compliment de Pilois, qui vint le matin, avec sa pelle sur le dos, et me dit : « Madame, je viens me réjouir, parce qu’on m’a dit que Madame la Comtesse était accouchée d’un petit gars. » Cela vaut mieux que toutes les phrases du monde.



1735 - [10/18 n° 87, p. 34]
Commenter  J’apprécie          120
Jcequejelis   24 juillet 2014
Choix de lettres de Marie de Rabutin-Chantal marquise de Sévigné
Elle avait eu de très bon maîtres : Chapelain et Ménage ; elle avait lu Pascal, Corneille, Racine, La Fontaine ; elle avait entendu Mascaron, Bourdaloue ; elle avait fréquenté un instant le salon de Mme de Rambouillet ; et causait chaque jour avec Mme de La Fayette. Retz et La Rochefoucauld. Cette femme cultivée avait le souci d'écrire comme elle avait l'habitude de parler : avec précision et avec finesse. Elle a l'imagination vive, une grande passion au cœur, elle n'écrit enfin que lorsqu'elle a quelque chose à dire. Elle est d'un siècle où l'on cause. Comme ses séjours en Bretagne lui donnaient tout loisir pour la méditation, ils lui en donnèrent le goût. A Paris, elle cause avec ses amis de mille choses ; aux Rochers, elle lit et réfléchit. Si bien que lorsqu'elle se met à écrire, la lettre est toute prête sans avoir été préparée.



1907 - [p. 21, Notice]
Commenter  J’apprécie          100
Caliban   30 octobre 2016
Lettres de Marie de Rabutin-Chantal marquise de Sévigné
A Paris, ce mardi 4° décembre 1668.

...Mais voici encore un autre article sur quoi je veux que vous me contentiez, s'il vous reste un brin d'amitié pour moi .Je sais que vous avez mis au bas du portrait que vous avez de moi, que j'ai été mariée à un gentilhomme breton, honoré des alliances de Vassé et de Rabutin . Cela n'est pas juste, mon cher cousin . Je suis depuis peu instruite de la maison de Sévigné, que j'aurais sur ma conscience de vous laisser dans cette erreur . Il a fallu montrer notre noblesse en Bretagne, et ceux qui en ont le plus ont pris plaisir de se servir de cette occasion pour étaler leur marchandise . voici la nôtre :

Quatorze contrats de mariage de père en fils; trois cent cinquante ans de chevalerie; les pères quelquefois considérables dans les guerres de Bretagne, et bien marqués dans l'histoire; quelquefois retirés chez eux comme des Bretons; quelquefois de grands biens, quelquefois de médiocres; mais toujours de bonnes et de grandes alliances . Celles de trois cent cinquante ans , au bout desquels on ne voit que des noms de baptême,sont du Quelnec, Montmorency, Baraton et chateaugiron . Ces noms sont grands; ces femmes avaient pour maris des Rohan et des Clisson . Depuis ces quatre, ce sont des Guesclin, des Coëtquen, des Rosmadec, des Clindon, des Sévigné de leur même maison, des du Bellay, des Rieux , des Bodégat, des Plessis-Tréal et d'autres qui ne me reviennent pas présentement, jusqu'à Vassé et jusqu'à Rabutin . Tout cela est vrai, il faut m'en croire [...] Je vous conjure donc, mon cousin, si vous me voulez obliger, de changer votre écriteau, et si vous n'y voulez point mettre de bien, n'y mettez point de rabaissement . J'attends cette marque de votre justice , et du reste d'amitié que vous avez pour moi .

Adieu,mon cher cousin . Donnez-moi promptement de vos nouvelles , et que notre amitié soit désormais sans nuages .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
crapette   01 juillet 2016
Lettres de Marie de Rabutin-Chantal marquise de Sévigné
Nous avons fort causé ; une de nos folies a été de souhaiter de découvrir tous les dessous de cartes de toutes les choses que nous croyons voir et que nous ne voyons point, tout ce qui se passe dans les familles, où nous trouverions de la haine, de la jalousie, de la rage, du mépris au lieu de toutes les belles choses qu'on met au-dessus du panier, et qui passent pour des vérités. Je souhaitais un cabinet tout tapissé de dessous de cartes au lieu de tableaux ; cette folie nous mena bien loin, et nous divertit fort.
Commenter  J’apprécie          50
lehibook   24 novembre 2019
Lettres de Marie de Rabutin-Chantal marquise de Sévigné
Pour ma vie ,vous la connaissez aussi . on la passe avec cinq ou six amies dont la société plaît , et à mille devoirs à quoi l'on est obligé,et ce n'est pas une petite affaire; mais ce qui me fâche,c'est qu'en ne faisant rien les jours se passent , et notre pauvre vie est composée de ces jours, et l'on vieillit , et l'on meurt.Je trouve cela bien mauvais.Je trouve la vie trop courte: à peine avons-nous passé la jeunesse,que nous nous trouvons dans la vieillesse.Je voudrais qu'on eût cent ans d'assuré et le reste dans l'incertitude.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Marie de Rabutin-Chantal marquise de Sévigné (204)Voir plus


Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur