AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.78/5 (sur 9 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Carcassonne (Aude)
Biographie :

Auteur de "La beauté dans la peau" (classé "beaux livres" au Cherche Midi - octobre 2009) et de "Ménino" (classé romans en littérature française au Cherche Midi - octobre 2010).

Docteur en médecine et licencié en biologie humaine, spécialiste en dermatologie, plus particulièrement en chirurgie dermatologique (qui comporte le traitement des tumeurs cutanées dont il assure un enseignement universitaire), et en esthétique. Co-fondateur du Collège Français de Chirurgie Dermatologique au titre de Secrétaire Général à sa création et Président depuis 1999. Consultant auprès de laboratoires de recherche, de conception et de distribution en cosmétique topique et instrumentale. Scientific advisor of the presidency de Sephora monde, conseiller scientifique de la présidence des parfums et cosmétiques Christian Dior, et de la recherche LVMH.


http://menino-roman.blogspot.com/

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Max Santoul   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Merci à Humbert Ibach d’Ibach Télévision, de m’avoir envoyé et permis de publier l’enregistrement vidéo du passage dans son émission « Les Grands du Rire » diffusée sur France 3, à propos du roman « Ménino » édité au Cherche Midi (2010). La version compilée avec « La Beauté dans la Peau » est proposée dans la vidéo suivante.


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
“Toute l’astuce était de laisser déballer les sornettes des amateurs de balivernes, avant d’entrer dans la grande illusion. […] Il respectait toujours des temps de pause entre ses bouts de phrases, Pasoline. Ça donnait une ampleur dramatique au récit et faisait saliver l’auditoire. Mais ces silences pesés avaient une autre raison : ils laissaient le temps au petit génie qui vivait sous son chapeau d’escalader les sommes de l’esbroufe. […] Il était épicier, Pasoline. Épicier et menteur, de ces petits mensonges qui font le sel des conteurs. Simples retouches utiles à la vérité pour ajouter aux choses juste ce qui leur manquait.
Il faut bien admettre qu’il y avait des niveaux pour le mensonge, une certaine souplesse pour la vérité. Sur le seuil, on pouvait mettre la fierté, s’y trouvaient les souvenirs de guerre à peine exagérés. La vantardise venait après, c’était bien pour le sport. Puis arrivait l’affabulation, parfait pour la chasse, la pêche ou la séduction. Au-dessus on trouvait la tromperie, qui mettait la politique et la religion en compétition et, au-delà, le sacrilège.”
Commenter  J’apprécie          80
“Après la pluie, le ciel était lavé et la lumière magnifique. Les odeurs bleuissaient doucement. Cette curieuse impression de teinte des odeurs, je la ressentais souvent. C’était aussi le cas pour les choses et les sentiments. La chaleur était jaune, le froid blanc ou transparent, l’attente mauve, la tristesse grise, le bonheur vert, la colère rouge, la douceur en camaïeu et l’amour de toutes les couleurs.”
Commenter  J’apprécie          70
Les métiers de passages scandaient les saisons. Le rémouleur préférait le printemps, le mercelor suivait l’arrivée des hirondelles, le rempailleur ou mandelier, le collecteur de peaux s’annonçait en patois, le chineur de cuivre et sa carriole à bras, le raccommodeur de porcelaine à la fin de l’été, le vitrier à la morte-saison, le ramoneur avec le raccourcissement des jours, le nain et son poney laineux l’hiver, le montreur d’ours, le photographe…Et en toute saison celui qui reliait le village au monde, c’était le facteur.
Commenter  J’apprécie          60
“Je me souviens de cette après-midi, quand j’ai quitté mon village. Il s’est installé une petite mort entre lui et moi. Cet abandon hurlait dans mon crâne. Les maisons se découpaient en gris, bien nettes, sur un fond noyé de flou. Elles penchaient vers le haut pour pincer le ciel. Un seul de mes pas sonnait dans ma tête comme un coup de baguette sur la peau d’un tambour. Je vous offres ses sensations en cadeau d’alliance, parce qu’elles sont vraies, et que personne ne fut dans la confidence.”
Commenter  J’apprécie          60
“La poésie conjuguait les émotions dans les brumes de l’imaginaire. C’était pour moi une forme d’aération divine, une passerelle jetée entre l’immatériel et les choses de la vie.”
Commenter  J’apprécie          70
“Les distances sont d’un rapport variable mais subtil de l’espace au temps. Variable parce que ces deux facteurs le sont également, subtil parce qu’il n’obéit pas aux lois statiques de la nature, mais dynamique de l’esprit. L’enfance étale l’écoulement de son rythme depuis l’éveil de la conscience dans une régression lente, on pourrait dire progressive. Aussi, quelques heures s’étirent, paresseuses, sur une vie à peine courue, en donnant de l’ampleur aux durée, et les distances s’en éloignent d’autant dans l’espace. Cette mer, qui me semblait si proche à présent, était encore un lointain rivage.”
Commenter  J’apprécie          50
Max Santoul
La connaissance est un bien qui se multiplie quand on le partage.
Commenter  J’apprécie          70
“Les années cinquante sont une époque de transition. Ceux qui ont connu le siècle précédent vivent avec ceux du siècle présent. Deux guerres ont laminé le nombre des hommes. Ils connaîtront, pour la plupart d’entre eux, ceux qui vivront au siècle suivant. Tout une culture basculera deux fois.”
Commenter  J’apprécie          50
Max Santoul
" Ménino n' avait que le bras gauche pour exprimer toute sa tendresse. L' infirmité, qu' elle acceptait de mauvaise grâce, ne lui permettait pas toute la finesse d' une gestuelle habile: elle restait résolument droitière dans sa tête.
La parité était absente et le père aussi, mais le seul bras qu' elle brandissait comme unique outil de défense représentait pour moi la puissance et la ténacité d' un mental d' exception inaltéré et d' une force inaltérable. Il agissait impair et remplaçait un père.
Ménino, c 'était ma grand-mère , c' était mon repère ."
Commenter  J’apprécie          30
Max Santoul
" L' oeuvre d' art fixe le passé, cristallise le présent et sonde l' avenir ."
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Max Santoul (10)Voir plus

Quiz Voir plus

Albert Camus ou Jean-Paul Sartre ?

La nausée ?

Albert Camus
Jean-Paul Sartre

10 questions
146 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}