AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.67 /5 (sur 3 notes)

Né(e) : 1873
Biographie :

On ne connaît de Nonce Casanova que son année de naissance, 1873, et ses nombreuses publications, essentiellement des romans, publiés entre 1897 et 1931. De ces titres, un seul est encore édité aujourd'hui aux éditions Palimpseste : Messaline, paru pour la première fois en 1902.

Source : éditions Palimpseste
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
Emnia   26 août 2015
La Libertine de Nonce Casanova
Les yeux de Zia sont des recueils de vastitudes. Des mirages s'y déploient ; des abîmes s'y approfondissent ; le gris magnifique de ces yeux-là est ruisselant de phosphorescences palpitantes ; des troubles y passent par instants, des troubles qui bouleversent les contemplations, enfantent les fièvres et les folies, et ressemblent au deuil de la nature lorsque le soleil est mourant, au deuil qui s'étoile langoureusement.
Commenter  J’apprécie          120
Emnia   12 décembre 2015
La Face de l'être. Le Poète et la violée de Nonce Casanova
Je ne fume pas ; je voudrais fumer... Je trouve que la cigarette complète, en quelque sorte, la créature humaine. Non par le goût qu'elle doit avoir - mais par les méandres légers qui s'en exhalent... Fumée bleue, bleue, si délicate, un peu brouillée, indécise, qui s'élève, lente, moelleuse, et titube, et s'entortille et se dissipe. Image vivante de l'esprit, hein ?... D'ailleurs qui me prouvera que l'esprit est quelque chose de plus qu'une fumée de cigarette ? Qui me prouvera aussi qu'une fumée de cigarette ne contient pas de quoi subsidier plusieurs cervelles ?... Et puis, question de goût : j'adore une main d'où s'échappe la fumée jolie et vaporeuse ; j'aime moins la cigarette aux lèvres.
Commenter  J’apprécie          104
Emnia   05 septembre 2015
La Face de l'être. Le Poète et la violée de Nonce Casanova
"Non, tu ne peux pas lire ça, Nafalia... C'est dégoûtant : aujourd'hui, on n'écrit plus que des livres ignobles... Si c'est permis de laisser ça à la portée des jeunes filles !... Les gens qui osent publier de telles choses mériteraient le bagne... Il y en a au bagne qui ont fait, certes, bien moins de mal... Non, Nafalia, tu ne peux pas lire ces livres-là, maintenant. Ni maintenant, ni jamais. Laisse-les aux goujats... à ceux qui n'ont pas d'âme et qui cherchent de vilains plaisirs..."
Commenter  J’apprécie          80
Emnia   16 décembre 2015
La Face de l'être. Le Poète et la violée de Nonce Casanova
Il ne faudrait pas beaucoup de minutes comme celles-ci pour éteindre la vie d'un homme. Elles sont faites de cauchemars et de morts amalgamées, ces minutes. - Le doigt tout chaud encore, crasseux, onglé démesurément d'un démon qui vous gratterait l'intérieur du crâne ferait des minutes pareilles.
Commenter  J’apprécie          80
Emnia   26 avril 2015
La Libertine de Nonce Casanova
Je me figure que des perles qu'on mettrait dans la main d'un diable auraient la nuance de tes yeux...
Commenter  J’apprécie          70
Emnia   25 avril 2015
La Libertine de Nonce Casanova
Vos genoux sont pointus ; vous êtes très maigre. Un homme maigre, je n'aime pas ça - parce qu'il fait mal en vous étreignant, et puis parce qu'il a l'étreinte trop courte. Chez lui aux moindres mouvements la coupe se verse. C'est quelquefois ennuyeux lorsqu'on a soif...
Commenter  J’apprécie          60
Emnia   11 décembre 2015
La Face de l'être. Le Poète et la violée de Nonce Casanova
Apparence menteuse. Combien menteuse ! Elle était le mâle. Il était la femelle. C'est-à-dire - Jamais explication ne fut plus nécessaire que celle-ci - qu'elle était, en dépit de son extérieure délicatesse, la superbe au geste lourd, l'émancipée au frémissement altier ; - et qu'il était, sous sa nerveuse et arrogante carcasse, le faible qui a le rêve et qui a la bonté.
Commenter  J’apprécie          40
Emnia   26 avril 2015
La Libertine de Nonce Casanova
Je la retiens par le bras :

- Zia... Ecoutez... Zia, dites-moi, je vous prie, que vous êtes persuadée que l'étreinte, même sans amour, est un trait d'union sublime...

- Allons, voyons, pourquoi voulez-vous que je vous dise ce que je ne pense pas ?... Un trait d'union sublime !... Non, mais vous êtes à encadrer, vous !...
Commenter  J’apprécie          40
Emnia   25 avril 2015
La Libertine de Nonce Casanova
Une complexité troublante dans une complexion adorable : Eurynome-Aphrodite.

Elle était cela.

Étrange, et sans volonté bien déterminée.

Ainsi qu'un abîme qui exhalerait des douceurs de parfums parmi une fureur de grondements.
Commenter  J’apprécie          30
Emnia   25 avril 2015
La Libertine de Nonce Casanova
Le rire clair qu'elle eut, tintera en tous les instants de ma pensée. - Des fragments importants de la vie peuvent s'accrocher à l'intensité d'une note absurde et rester continuellement en évidence sur le champ vaste du souvenir ; haillons de rêve. - J'entends le rire de Zia, et je vois mon état d'âme d'alors jeter au mouvement des choses son frémissement de passion et d'angoisse.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Nonce Casanova (2)Voir plus


Quiz Voir plus

Enigme [5] (actualité brûlante)

En 1985, les éditions Bernard Barrault publiaient "37,2° le matin" de Philippe Djian. L'auteur y dénonçait avec clairvoyance (et 35 ans d'avance !) les méfaits du réchauffement climatique.

c'est vrai
c'est faux
et vous trouvez ça drôle ?
Depuis, Djian est mon auteur de SF préféré !

1 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , humourCréer un quiz sur cet auteur

.. ..