AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.69/5 (sur 42 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Sophie Flack apprend dès l’âge de sept ans la danse classique à la Boston Ballet School, et à quinze ans, bourse en poche, elle intègre la School of American Ballet. Elle déménage alors à New York. À 18 ans, Sophie devient membre à part entière du corps de ballet.
Après avoir dansé avec la compagnie pendant neuf ans dans plus de 70 ballets et lors de tournées internationales, elle quitte le milieu de la danse en 2009.
En 2013, elle épouse l'acteur Josh Charles.
Ballerines est son premier roman.

Ajouter des informations
Bibliographie de Sophie Flack   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Là, dehors, il y a un monde dont j’ignore tout. Je me dois den apprendre autant que possible sur lui. Je veux avoir une vie extraordinaire, qui vie qui ne soit pas confinée dans les murs duun seul théâtre. [...] Je vais reprendre mes études. Je vais trouver ma place dans ce monde. [...] Merci pour cette aventure, mais il est temps pour moi d’aller explorer d’autres horizons.
Commenter  J’apprécie          20
Pour toutes les héroïnes méconnues qui évoluent sur la ligne arrière du corps de ballet
Commenter  J’apprécie          20
Enfants déjà, on nous a mis en garde contre la brièveté des carrières de danseuse. En primaire, mon professeur, Mme Eaton, une femme adorable et d’une minceur extrême, avait l’habitude de nous répéter : « Exécutez chaque pas comme si c’était le dernier. »
Nous la regardions fixement, le regard vide. Mais qu’aurions-nous pu comprendre, à l’époque ? Nous avions huit ans et, pour nous, une journée d’école était interminable, et l’enfance nous semblait devoir durer éternellement.
Commenter  J’apprécie          00
— Eh bien, je ne connais pas beaucoup de filles de dix-neuf ans qui ne trouvent pas un peu de temps pour leurs amis. Tu es différente, Ward, pas de doute… Et j’aime ça chez toi. Et je pense que ce que tu fais est extraordinaire. Je me demande simplement si ça te laisse un peu de temps pour vivre.
La remarque me hérisse.
— Ma vie, c’est la danse, dis-je sans réfléchir.
Commenter  J’apprécie          00
-Tu connais le mythe de Sisyphe, n'est-ce pas? Il a été condamné à faire rouler un rocher jusqu'en haut d'une colline pour l'éternité. Chaque jour il le poussait jusqu'au sommet, et chaque jour le rocher retombait en bas de la pente. En gros, ce qu'a dit Camus, un philosophe français, c'est qu'il faut penser que Sisyphe était heureux d'accomplir cette tâche. Parce que ce combat permanent donnait un sens à sa vie.
Commenter  J’apprécie          00
— On a des gamines de huit ans au régime, lui dis-je quand il décroche. Elles ressemblent à des, euh, danseuses de ballet en miniature. — Hein ?
Sa voix est enrouée, comme s’il avait somnolé. — Tu faisais la sieste ?
Il se racle la gorge.
— Qui ça, moi ? Non…
Commenter  J’apprécie          00
Comme c’est étrange et agréable de marcher dans la rue avec ma main dans celle de quelqu’un d’autre. Je n’arrive pas à croire que j’ai vécu presque deux décennies sur cette terre sans jamais avoir connu cette expérience. Les gens qui nous croisent doivent penser que nous sommes en couple. Et je ne sais pas, mais d’un coup peut-être que c’est vrai.
Commenter  J’apprécie          00
Mais peut-être que je ne devrais pas me soucier de Matt ou de Jacob. La solitude pourrait constituer une solution plus facile. C’est très certainement ce que dirait Annabelle Hayes. Je revois son visage étroit et pincé, sa petite bouche impitoyable. Votre travail, ce n’est pas de vivre. Votre travail, c’est de danser.
Commenter  J’apprécie          00
Je veux revoir Jacob, vraiment. Mais je repense à l’expérience que j’ai vécue en dansant la Séparation au Crépuscule, et je sais aussi que je veux avoir d’autres rôles comme celui-là. Et ils ne viendront pas à moi sans des efforts extraordinaires. Si c’est mon année, je dois me donner à fond chaque jour.
Commenter  J’apprécie          00
Bea vient de la Nouvelle-Angleterre, où les gens riches conduisent d’antiques Volvo et laissent le papier peint de leurs salles à manger lambrissées se décolorer et se décoller. Les gens qui ont de l’argent préfèrent que les vieilles choses restent vieilles.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Sophie Flack (68)Voir plus

¤¤

{* *}