AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Citations de Tessa Gratton (20)


Ses mains remontèrent le long de ma poitrine et elle les enfouit dans mes cheveux. Mon feutre tomba à terre. Elle m'embrassa avec violence, comme si elle voulait me briser les dents. Suffoquant, je l'empoignai par les épaules, lui mordis les lèvres et lui rendis son baiser. Nous nous embrassions comme si nous étions en compétition, en nous accrochant fébrilement à l'autre
Commenter  J’apprécie          60
Ce n'est pas avec Caspian que tu as une connexion. C'est moi qui t'ai cherchée toute ma vie.
Commenter  J’apprécie          30
- « Je crois que mon corps n’apprécie pas d’être une coquille vide.
- C’est très intelligent de sa part. »
Commenter  J’apprécie          30
« - Mais qui ? Qui aurait voulu faire une chose pareille? Et qui en aurait été capable?
- Je ne sais pas. Un autre sorcier, peut-être.
- Enfin, Silla, on n'est pas chez Harry Potter...
- Ca fait tout drôle d'appeler papa un "sorcier".
- Le Diacre le désigne comme un magicien.
- Comme Houdini...
- Peut-être, répondit Reese en posant doucement sa tête sur la mienne. Houdini pratiquait les sciences occultes. »
Commenter  J’apprécie          20
Elle parlait même de sacrifice. Philip lui avait enseigné que la magie est affaire d'équilibre, que notre sang est chargé de pouvoir, et que ce pouvoir peut-être indifféremment utilisé pour faire le bien ou le mal. C'était sûrement merveilleux d'avoir un vrai professeur. Joséphine mentionnait également le Diacre, qui semble-t-il avait également été sorcier. Il était cependant difficile de croire qu'ils aient tous pu vivre si longtemps.
Commenter  J’apprécie          20
"Ceci est une lettre d'amour, ainsi qu'une confession"
Commenter  J’apprécie          20
𝑳𝒆 𝒄𝒉𝒆𝒎𝒊𝒏 𝒏𝒆 𝒔𝒆𝒓𝒂 𝒑𝒆𝒖𝒕-𝒆̂𝒕𝒓𝒆 𝒏𝒊 𝒓𝒂𝒑𝒊𝒅𝒆 𝒏𝒊 𝒅𝒊𝒓𝒆𝒄𝒕, 𝒎𝒂𝒊𝒔 𝒂̀ 𝒍𝒂 𝒇𝒊𝒏, 𝒍𝒆 𝒄𝒉𝒂𝒐𝒔 𝒍'𝒆𝒎𝒑𝒐𝒓𝒕𝒆 𝒕𝒐𝒖𝒋𝒐𝒖𝒓𝒔.
Commenter  J’apprécie          10
« La magie était une réalité et mon père n’était pas fou »
Commenter  J’apprécie          10
Son corps avait la consistance d’un corps humain, mais en plus mou, avec un visage de cire et une bouche béante. Sa poitrine était couverte de plumes noires. Un tuyau de plume blanc émergeait à l’emplacement de son cœur. L’un de ses bras tressautait, détaché de son corps.Elle respirait, d’une respiration saccadée, obstruée par la boue. Un pétale de rose s’éleva en voletant de l’entaille de sa bouche.Je me penchai sur elle en crachant de la salive mêlée de terre. Un autre pétale tomba de mes lèvres.Mes doigts étaient gluants de fange et la sueur coulait dans mes yeux. Je me sentais oppressé, la poitrine douloureuse à l’endroit où le tuyau de plume l’avait heurtée. Walkyrie gémit, Havoc gronda. Le soulagement me donna le vertige. Ma chienne était saine et sauve.Mais le monstre s’arc-bouta soudain, manquant me renverser. Je me jetai sur lui et l’immobilisai, les mains sur ses épaules, comme si cela pouvait suffire à le maintenir à terre.
Commenter  J’apprécie          10
- Je crois que le moment des adieux est venu, dit-elle.
La stupeur me glaça.
- Quoi? demandai-je en resserant mon étreinte.
Elle se retourna et m'adressa un sourire serein.
- Je ne parlais pas de toi et moi, dit-elle.
Je la lâchai. Elle s'approcha de l'arbre et prit un panier rempli de rubans, de perles et de menues plumes noires. Son expression s'adoucit, devint presque timide, et me tendit le panier.
- Ce sont des talismants pour mon arbre de Judée, reprit-elle. Tu veux m'aider à les attacher aux branches?
La gorge serrée, je fis signe que oui. Elle prit une plume. Celle-ci était ornée de rubans bleus et de minuscules clochettes argentées qui dansaient en captant les derniers rayons de soleil.
Elle me montra comment je devais les attacher, et, ensemble, nous remplîmes son arbre d'ailes.
Commenter  J’apprécie          10
Tout en ramassant les bouts de papier, je m’efforçais d'oublier le temps où j'étais un petit garçon qui s'endormait avec plusieurs douzaines d'étoiles en papier multicolores frémissant tout près au-dessus de sa tête. C'était meilleur que n'importe quelle veilleuse, couverture, n'importe quel doudou ou jouet, car seul l'amour de ma mère les maintenait là-haut, disait-elle. Tant qu'elles y resteraient, son sang et le mien seraient liés. Et rien ne pourrait m'atteindre...
Je n'avais que huit ans quand la première étoile jaune vif voilée de poussière était lentement retombée sur la moquette.
Commenter  J’apprécie          10
- Vous avez survécu, Darling. Voilà ce que vous avez fait pour le mériter. Parfois, survivre signifie devenir la personne qu'il vous faut être.
Commenter  J’apprécie          00
𝑷𝒐𝒖𝒓 𝒏𝒐𝒖𝒔 𝒓𝒂𝒑𝒑𝒆𝒍𝒆𝒓 𝒒𝒖𝒆 𝒍𝒆𝒔 𝒅𝒓𝒂𝒈𝒐𝒏𝒔 𝒆𝒕 𝒍𝒆𝒔 𝒑𝒉𝒆́𝒏𝒊𝒙 𝒎𝒆𝒖𝒓𝒆𝒏𝒕 𝒕𝒐𝒖𝒔 𝒍𝒆𝒔 𝒅𝒆𝒖𝒙 𝒅𝒆́𝒗𝒐𝒓𝒆́𝒔 𝒑𝒂𝒓 𝒍𝒆𝒔 𝒇𝒍𝒂𝒎𝒎𝒆𝒔. 𝑴𝒂𝒊𝒔 𝒖𝒏 𝒔𝒆𝒖𝒍 𝒓𝒆𝒏𝒂𝒊̂𝒕 𝒅𝒆 𝒔𝒆𝒔 𝒄𝒆𝒏𝒅𝒓𝒆𝒔.
Commenter  J’apprécie          00
Et je suis pris d'une envie digne d'un dragon d'amasser tout ce que je peux de Darling Seabreak.
Commenter  J’apprécie          00
Comment suis-je censée embrasser un homme que j'ai tant envie d'assassiner ?
Commenter  J’apprécie          00
- « Te montrer toute gentille ne consisterait-il pas justement à lui fourrer ta langue dans la bouche ? »
Commenter  J’apprécie          00
''Ici, tout est mort, Silla, dit-il.
- Pas nous, répondis-je.''
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Tessa Gratton (328)Voir plus

Quiz Voir plus

Quiz ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Comment s'appelle la narratrice ?

Alexandra
Miss Maudie
Scout

10 questions
805 lecteurs ont répondu
Thème : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper LeeCréer un quiz sur cet auteur

{* *}