AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.91 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : Serbie
Né(e) à : Zrenjanin , le 01/10/1971
Biographie :

Né en 1971, l’écrivain et dramaturge Uglješa Šajtinac est l’un des principaux représentants de la nouvelle génération de la littérature serbe.

Récompensé par le prix Vital du meilleur livre de l’année et le prix Bora-Stanković du meilleur livre de prose publié en serbe, De très modestes cadeaux obtient le Prix de littérature de l’Union européenne en 2014.

Déjà traduit en plusieurs langues, il est le premier roman d’Uglješa Šajtinac publié en France.

Source : editions bleu et jaune
Ajouter des informations
Bibliographie de Ugljesa Sajtinac   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Et dans le doux songe d’un passé lointain,
Pour l’oiseau malade, les jours passèrent ainsi ;
Sans qu’il sorte du sommeil, sans qu’il ouvre les yeux
Et la neige tombe en silence – et l’oisillon ensevelit…

Ilić, Le Voyageur en retard.
Commenter  J’apprécie          400

« La vie fallacieuse de ce monde… », disait Simeon Piščević. Je comprends maintenant que tu n’aies jamais trouvé le temps de lire ce livre. Je t’ai pourtant dit, quand tu m’as déclaré, ravi, avoir lu Migrations, que Crnjanski avait tout pompé sur Simeon ! Mais il n’a pas pu le faire entièrement. J’ai comme dans l’idée que je vais te forcer à t’intéresser à ce texte. Tu me dois un drame sur les ancêtres. Les souffrances de la transition, les thèmes contemporains, le surréalisme et l’universel, tout ça c’est très bien, mais moi, je ne sais pas écrire, et si quelqu’un doit le faire, c’est toi ! Tout ce qui te déchire actuellement, le grand honneur et le grand monde, les grandes possibilités et les grandes occasions, tu les comprendrais mieux. Le vieux Simeon, enfant du Srem, a traité ces sujets dès le XVIIIe siècle. Je parle des enseignements sur lesquels le temps ne peut exercer d’emprise. D’accord, ça ne te passionne pas trop. Mais je vais te dire, tu sais qui préservera ça de l’oubli ? Notre sœur. Elle a lu. Elle sait et bien au-delà de ça. Elle aime et c’est quelqu’un de valeur. A nous les hommes, le monde n’apparaît pas sous le même jour. Le mieux est que tu lui en parles. Tu sais, si tu veux qu’on se rappelle une chose, qu’on l’enregistre, confie-la à une femme. Oui, elles ne savent pas faire bouche cousue, mais la question est bel et bien là. Se taire, c’est con. Faire silence est une souffrance.

Je termine, je regarde le haut de cette page et je m’interroge : est-ce qu’il a compris à quoi je pensais avec mon « Courage ! Allez… courage ! » Le courage, frérot, c’est d’aimer ceux qui nous entourent. Et du courage, pour cela, il en faut énormément. De même que la plus grande frayeur que l’on puisse éprouver, c’est celle de l’éventualité de perdre un jour et à jamais l’amour pour tous et pour chacun.

Ton frère, chauffeur de pick-up de la milice des provinces de Pomorišje et Potisje.

Commenter  J’apprécie          20

Il faut se battre pour le droit de mourir en dehors des grands faits historiques. En paix et avec un droit de regard sur son histoire personnelle.

Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura