AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.03 /5 (sur 37 notes)

Nationalité : Serbie
Biographie :

Né en 1967 à Belgrade, Srdjan Valjarević a publié des romans, des recueils de poésie et de prose. Côme (Actes Sud, 2011) est son premier ouvrage traduit en français.


Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Bookycooky   30 septembre 2018
Côme de Srdjan Valjarevic
Comment ressentir chaque jour la joie de vivre? Ne pas se cacher, ne pas avoir trop d’assurance, être modeste, ne prendre que de petites décisions, marcher beaucoup,

rire à ses propres dépens. Je ne voyais pas d’autre solution.

p.81
Commenter  J’apprécie          400
Bookycooky   29 septembre 2018
Côme de Srdjan Valjarevic
Les couleurs s’étalaient, se déplaçaient, descendaient des montagnes, arrivaient par-delà les forêts obscures jusqu’au lac et s’y immergeaient, grâce au soleil qui animait leur trajet.

p.33
Commenter  J’apprécie          391
Bookycooky   01 octobre 2018
Côme de Srdjan Valjarevic
On change ses habitudes en en créant des nouvelles, j’ai lu ça quelque part.

p.92
Commenter  J’apprécie          390
Bookycooky   29 septembre 2018
Côme de Srdjan Valjarevic
Ce n’est pas si mal d’être riche, me suis-je dit, d’avoir un yacht, une maison sur le lac, de s’acheter tous ces manteaux, chemises, vestes, chaussures et pulls pour plusieurs centaines ou milliers d’euros. Mais ce n’est pas si mal non plus de ne pas être riche et n’avoir rien de tout ça, parce que tout ça n’a rien avoir avec la vraie vie.

p.25
Commenter  J’apprécie          374
blanchenoir   02 juillet 2014
Côme de Srdjan Valjarevic
Je suis resté un bon moment assis à cet endroit, j'étirais mes jambes et tournais mes chevilles. Mes articulations craquaient.

C'était comme si jamais je n'avais été nulle part auparavant. Ça valait largement la peine de monter. C'était comme si je n'avais jamais rien fait auparavant, ni de bon ni de mauvais. j'ai ressenti, tout le temps que j'ai passé là-haut, une fatigue et une sérénité pures. Rien d'autre, sur ce sommet. Ça valait vraiment largement la peine d'escalader le San Primo.
Commenter  J’apprécie          230
Ellane92   09 septembre 2014
Côme de Srdjan Valjarevic
Etre idiot et immature, c'était une position idéale pour moi, on n'embête pas les gens qui sont ainsi faits.
Commenter  J’apprécie          220
blanchenoir   30 juin 2014
Côme de Srdjan Valjarevic
La forêt faisait partie de ce luxe, certes, mais ce n'était quand même qu'une forêt avec ses sentiers, j'ai marché sur la terre dure, pour changer. Des changements de ce genre font du bien. Il y en a aussi qui font du mal. L'homme n'est pas enclin aux changements. C'est précisément pourquoi il faut toujours que quelque chose change. Le mot joie n'existe que dans les changements.
Commenter  J’apprécie          160
diablotin0   24 décembre 2018
Côme de Srdjan Valjarevic
Puis tout d'un coup, il y a eu comme une explosion de silence!

Plus un seul bruit !

Sans mentir! ça s'est vraiment passé comme ça ! Soudain, comme un coup de silence très fort dans les oreilles ! En l'espace d'un instant, tous les oiseaux se sont tus, comme débranchés. Il n'y avait plus aucun bruit. Ça m'a arrêté net. Ce silence soudain, cette absence totale de son m'a déconcerté. On n'entendait plus rien, plus rien ne se passait.
Commenter  J’apprécie          141
Ellane92   30 septembre 2014
Côme de Srdjan Valjarevic
C'est étrange, un petit transistor, on le met sur sa poitrine ou près de son oreille, et on a l'impression que quelqu'un nous murmure quelque chose à l'oreille, quelle que soit la langue, et ça nous endort.
Commenter  J’apprécie          140
nadejda   04 juin 2011
Côme de Srdjan Valjarevic
Les habitudes sont vraiment une sale affaire. On n'arrive pas à se libérer de certaines, et il y en a d'autres que l'on ne peut traîner partout avec soi. Trop coûteuses. Les habitudes de travail mises à part, bien sûr. On peut travailler n'importe où, si on est obligé, ou si on le veut. Moi, je n'ai pas ce problème-là. Je peux ne rien faire du tout. Peu importe où je suis. Si j'ai un problème avec certaines mauvaises habitudes, celle-ci ne concernent sûrement pas le travail. C'est dans ma nature, je pouvais me sentir chez moi à Bellagio parce que, de toute façon, je me sens chez moi absolument partout.
Commenter  J’apprécie          120
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Ils ont eu leur heure de gloire

Edmonde Charles-Roux

Cantique de la racaille
Oublier Palerme
Quitter la ville

18 questions
273 lecteurs ont répondu
Thèmes : zoneCréer un quiz sur cet auteur
.. ..