AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.13/5 (sur 16 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Véronique Taquin vit et travaille à Paris. Elle a publié des articles sur la littérature et le cinéma (Eisenstein, Duras, Dreyer), l'économie et la politique, un ouvrage sur l'Antigone de J. Anouilh. Elle élabore une trilogie romanesque sur les effets des médias sur nos imaginaires. Vous pouvez mentir évoque la correspondance et la radio. Un roman du réseau (d'abord diffusé et commenté en ligne sur Mediapart), concerne Internet. Le troisième élément est en préparation. Elle a réalisé un film adapté de Melville, Bartleby ou les hommes au rebut et tourne une vidéo expérimentale intitulée Racontez votre vie. Vous pouvez mentir.

Source : Decitre
Ajouter des informations
Bibliographie de Véronique Taquin   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Un entretien de l'auteure d'Un roman du réseau avec Heiner Wittmann, journaliste allemand qui fait connaître, en français et en allemand, la culture française de qualité sur son Blog http://www.france-blog.info/


Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Ainsi allaient les contes au sujet de Névo et de ses attributs, Névo at Odds Netshelterforum France, Web Master du site Web, Maître fou. Il devait lui suffire de n'être là qu'une occasion d'écrire, et comme il l'affirma une fois, dans ce nom de Névo, il aimait voir la case vide qui permet le déplacement des pièces au jeu de taquin. Car à l'en croire, les contes de ses correspondants se détachaient de lui et le concernaient de moins en moins, il avait lancé assez de signes pour catalyser des réactions en tout sens, et à chaque terme inducteur, un groupe affluait pour se fédérer en un corps de récit provisoire, bientôt abandonné ou repris dans de nouvelles unités qui ne dépendaient plus de lui — et il s'en réjouissait.
[...]
Du reste, Névo avait d'autres raisons de croire le projet d'Odds en voie de réalisation, s'il considérait la chimère née de la fabulation de tant d'amis mal connus, et c'est sans doute l'une des causes, sinon la première, de sa disponibilité profonde au mouvement qui l'entraînait avec ses partenaires. À mesure que prenait corps le personnage auquel Névo avait donné son nom, l'espèce de monstre où chacun vivait par morceaux en souvenir des marques, déprédations ou ravages que d'autres avaient laissés en lui, défigurés ou presque effacés dans leur individualité, il pouvait y voir se former l'unité longuement recherchée, comme un centre aberrant pour toutes ces vies dépareillées.
Commenter  J’apprécie          90
« For demanding and well organized business people and academics », c'est ce qu'on lit sur la première page de l'agenda.

Tout un poème, mais la suite accomplit le programme, c'est aussi sérieux que le business - elle dit « business », comme les voyous de banlieue, pour parler de ses affaires. Elle ne trouve pas qu'il s'agisse d'autre chose, on ne prend pas Ida en défaut de lucidité, du moins pas lui. Certainement pas Lessen sur la question des relations sociales, « ou simplement réelles ».

Overactive depuis septembre, pas une soirée de libre, network, comme une force de la nature Ida tisse sans relâche et tissera ses réseaux de relations utiles. Hier 17 janvier 2000, un jeudi, débute la série Lessen pour trois jours. Ce pour quoi elle est venue : Jeudi soir Lessen, Vendredi soir Lessen, Samedi soir Lessen, et maintenant le reste du temps est à remplir pour les affaires américaines, pas un moment à perdre. Mais le Dimanche, le Dimanche ?
Commenter  J’apprécie          80
…une question de nature : il y a les pères d'un côté, et puis les fils de l'autre, qui se débrouillent…
Commenter  J’apprécie          100
« Aucune voiture dans ce parking sans porte ni fenêtre ; à voir les meubles, c'est plutôt à une chambre qu'on pense, à moins que ce ne soit la salle du trône. Assise sur un très grand fauteuil, la reine est nue environnée de ses naines. Silence, elle va jouer, silence !

« C'est bien Ida : une jeune femme nue et blanche sur le velours du fauteuil rouge, l'arrière-plan restant sombre. Les cheveux sont longs, bruns, la femme regarde dans l'objectif, sous cet angle les yeux sont noirs. Peu de lumière, tout semble venir de l'éclat de la peau blanche.

« On entend en voix off le dialogue du Mépris de Godard :

« Voix de femme : Et ma nuque, tu l'aimes, ma nuque ?
« Voix d'homme : Oui.
« Voix de femme : Et mon dos, est-ce que tu l'aimes, mon dos ?
« Voix d'homme : Oui.

« Et ainsi de suite pour toutes les parties du corps, jusqu'au moment où Ida reprendra la parole.

« Ida se tient sur le fauteuil dans l'attitude de la conversation et sagement quoique nue. Seule exception, les pieds sont chaussés de haut.

« Arrêt sur image dans le mouvement : sur l'image fixe l'un des pieds est bougé, effacé par le flou comme par un coup de chiffon rageur. Il semble qu'Ida soit irritée : beau geste, elle laisse tomber son escarpin.
Commenter  J’apprécie          70
Vers la fin de son contrat, le travail commençait à lui plaire au « Courrier des lecteurs » et il envisagea un moment de rester au-delà du terme prévu, puisqu’une possibilité se dessinait. Plus exactement, Niels se prit d’intérêt pour ce travail dans la mesure où il crut pouvoir modifier peu à peu les règles du jeu et parvenir un jour à la formule de Pseudo, un projet qu’il réalisa l’année suivante, mais dans un tout autre cadre. (…) que deviendrait l’information, si l’on s’avisait de transformer ces lettres en objets esthétiques, ce qui impliquerait illustration et contrepoint, découpage et montage, éventuellement des retouches, et pourquoi pas une certaine dose de fabulation ? (…) C’est dans le cadre d’une émission radiophonique que Niels trouva l’occasion de le mener à bien, et il partit pour cela à Paris. Une station marginale de la bande FM, de création récente, retint l’idée de donner la parole aux auditeurs sous cette forme nouvelle et d’ajouter Pseudo aux émissions qui transmettaient en direct des dialogues téléphoniques entre public et animateurs. (…) Aux tribunes libres d’expression sauvage, volontiers provocatrices, qui avaient lieu en direct et permettaient d’attirer le public adolescent aux heures de grande écoute télévisuelle, devait ainsi succéder, à une heure plus tardive, une émission susceptible de retenir des auditeurs un peu plus âgés. (…) Cette voix masculine — celle de Niels en effet — passait comme les autres de la lecture directe des lettres à différents types de commentaires, présentations, citations ou remarques incidentes, mais cette diversité d’usages était le fruit d’une évolution insensible, et la voix restait dominante dans les interventions de régie qui constituaient au début son unique fonction et son seul apanage.
Commenter  J’apprécie          50
... et il a dû y penser quelques fois avant d'en arriver là.
Commenter  J’apprécie          70
Ida marche sur le quai et je la suis jusqu’à ce qu’elle s’arrête, prenant sa position dans l’attente d’une rame. Si maintenant elle se retourne vers moi, si elle pivote d’un pas sur elle-même, se tournant vers la gauche d’où arrivera la rame, il suffira que je me retourne également, du même mouvement et dans le même temps. Alors elle me verra de dos, il ne se sera rien passé, peut-être la suivrai-je un moment encore.
Ida attend sur le quai et c’est moi qui l’attends, je suis Ida-la-même dans la peur qu’elle se retourne.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Véronique Taquin (31)Voir plus

Quiz Voir plus

C'est l'été !

Qui a écrit "L'été" ?

François Mauriac
Albert Camus
André Gide
Marcel Proust

10 questions
273 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}