AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Balland

Les éditions Balland sont une maison d`édition fondée en 1967 par André Balland. En 1983 la maison publie l`ouvrage qui obtiendra le Prix Goncourt, Les Égarés de Frédérick Tristan. La maison publie des auteurs comme Patrick Poivre d`Arvor, Eve Ensler ou encore Patrick Rambaud.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Balland



Dernières critiques
au_fil_despages
  30 novembre 2019
La Terre des mensonges de Ragde a
Pour être honnête, j’ai mis un peu de temps avant de rentrer dans cette histoire. Mais ce livre et cette auteure m’ont été recommandés par plusieurs personnes donc je me suis accrochée. Et j’ai bien fait parce que j’ai aimé cette lecture. L’atmosphère est feutrée, les personnages, à commencer par les trois frères sont à la fois complexes et attachants, Torunn, elle aussi attachante, est celle qui nous apporte un regard extérieur à cette histoire de famille pas comme les autres, même si elle en fait partie. On évolue entre plusieurs mondes, celui aisé d’Erlend, celui bien plus pauvre et difficile de Tor et celui de Margido qui semble souffrir de nombreuses carences affectives. Pourtant tout au long de ma lecture, j’ai senti qu’une douceur et un apaisement se dégager doucement, presque de façon imperceptible. Et que dire du twist final ? Je ne l’ai pas vu venir.

Normalement, je suis toujours impatiente de lire les suites, s’il y en a, des livres qui me plaisent, surtout vu la fin de celui-ci, mais là je suis ravie de faire durer le plaisir des retrouvailles.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lehibook
  28 novembre 2019
La Parfaite lumière de Eiji Yoshikawa
Suite des aventures de Miyamoto Musashi et de ses suivants (Jotaro, Otsu, Takuan Matahachi, Osugi,Akemi…) au début de l’époque d’Edo. Nous sommes toujours dans le roman-feuilleton foisonnant de péripéties de tous ordres. Le redoutable épéiste multiplie épreuves et expériences pour acquérir la maîtrise de son corps et de son esprit. Le cheminement culmine dans l’affrontement avec son double (mauvais) Sasaki Kojirô
Commenter  J’apprécie          40
Analire
  26 novembre 2019
Je ferai de toi un homme heureux de Anne B Ragde
Norvège, années 1960. Huit familles vivent conjointement dans le même immeuble. Elles se croisent, se parlent, s’apprécient ou non, mais cohabitent dans un même espace restreint. Chaque famille est unique, mais le modèle social est le même : les femmes restent à la maison pour s’occuper du foyer, tandis que les hommes partent travailler en extérieur.



Les femmes occupent essentiellement leurs journées au ménage, à écouter la radio, à cancaner entre elles, autour d’une tasse de thé ou d’une nouvelle coiffure, à ne rien faire en somme. C’est l’image négative qui est dépeinte d’elles dans Je ferai de toi un homme heureux. Les hommes, quant à eux, sont ceux qui ramènent l’argent à la maison, qui contribuent au bon agencement du foyer, qui nourrissent les bouches, qui sont en quelque sorte les décideurs, lorsque viennent sonner des démarcheurs à leurs portes, par exemple. Ils sont machos, colériques, capricieux. Quant aux femmes, elles craignent les hommes, elles sont presque assujettis à eux et à leurs décisions. Elles sont montrées comme frivoles, effacées, rêveuses, trop gâtées… un portrait peu reluisant, qui pourtant, était entièrement ancré dans les moeurs du siècle dernier. C’est navrant à lire et pourtant, c’est la triste vérité du schéma familial des années 1960.



1960, c’était hier. Et pourtant, que de progrès accomplis depuis. Mais rien n’est encore gagné, les femmes souffrent encore trop souvent de désavantages sociaux et économiques, que ce soit au niveau des salaires ou de leur condition d’épouse, de nombreux progrès sont encore à faire. Mais rien n’est perdu, tout progresse, et j’espère sincèrement que dans quelques années pas trop lointaines, ces disparités entre les hommes et les femmes auront presque complètement cessés.



Anne B. Ragde met en scène des moments de vie, quelques moments de joie, très rares, qui peuplent le quotidien de cet immeuble de Norvège. Elle nous montre différents schémas familiaux : un couple sans enfant, un couple vivant en harmonie avec leurs enfants, un père et une petite fille vivants seuls, une femme indépendante, dont le mari est trop souvent absent… On se projette avec facilité dans ces différentes vies et on constate avec bonheur les progrès qui se sont faits depuis, que ce soit en matière de relations humaines, de conditions sociales, ou même d’outils électroménagers.



Un roman juste mais révoltant, qui montre les réalités d'un schéma familial d'une société des années 1960. Pas d'actions dans ce livre, seulement des moments de vie, qui vont vous faire réfléchir.
Lien : https://analire.wordpress.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120