AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.68/5 (sur 5370 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Accra, Ghana , le 07/03/1952
Biographie :

William Boyd est un écrivain, scénariste et réalisateur britannique.

Après des études à l'Université de Glasgow, à l'Université de Nice, à la Gordonstoun School de Moray, Écosse, et à Oxford, au Jesus College, il devient professeur de littérature au St Hilda's College de l'Université d'Oxford (1980-1983). Il fut critique télé pour le magazine "New Statesman", de 1981 à 1983.

Outre ses activités littéraires, William Boyd est également scénariste et réalisateur.

En tant que scénariste, on peut signaler en particulier le "Chaplin" (1992) de Richard Attenborough, l'adaptation de son premier roman "Un Anglais sous les tropiques" ("A Good Man in Africa", 1981), réalisé en 1994, et surtout l'adaptation du roman de Mario Vargas Llosa "Tante Julia et le scribouillard" ("La tía Julia y el escribidor", 1977) avec Keanu Reeves et Peter Falk (titre original: "Tune in Tomorrow...") en 1990.

En tant que réalisateur, une seule expérience, le film "La Tranchée" ("The Trench") en 1999, avec Daniel Craig bien avant James Bond: une peinture de la Bataille de la Somme (bataille surnommée "le Verdun des Anglais"), en juillet 1916.

En 2012, la famille de Ian Fleming choisit William Boyd pour écrire la suite des aventures de James Bond. Il signe avec "L'amour est aveugle" ("Love is Blind", 2018) son 15e roman.

Il est lauréat de nombreux prix notamment Prix Relay 1991 pour "Brazzaville Plage", Prix Jean Monnet 2003 et Grand Prix des lectrices Elle 2003 pour "À livre ouvert" ("Any Human Heart", 2002).

Grand amateur de vin, William Boyd possède un vignoble dans le sud de la France. Il est marié et partage sa vie entre sa maison de Sadillac en Dordogne et Londres.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de William Boyd   (41)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Au sommaire de la Critique, deux livres : "Drive", recueil de poèmes de Hettie Jones resté jusqu'à présent inédit en France et disponible dans une édition bilingue chez Bruno Doucey (traduction de l'anglais (Etats-Unis) : Florentine Rey et Franck Loiseau). "Trio", le nouveau roman de William Boyd paru au Seuil et traduit de l'anglais par Isabelle Perrin. Nos critiques du jour : Marie Sorbier, rédactrice en chef du magazine I/O Gazette et productrice d'Affaire en Cours sur France Culture et Laurent Nunez, écrivain et éditeur.

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (599) Voir plus Ajouter une citation
Était-il le plus grand imbécile du monde ? Oui. Quel genre d'homme peut aimer une femme qu'il n'a pas vue depuis quarante ans ? Le plus grand imbécile du monde. Le plus grand imbécile romantique et ridicule du monde. Ou bien un homme qui sait ce qu'est le véritable amour.
Commenter  J’apprécie          520
Elle attirait bien trop d’hommes et, en revanche, n’était séduite que par très peu. C’est parfois le prix de la beauté : je te ferai très belle, décident les dieux, mais je te ferai aussi incroyablement difficile à contenter.
Commenter  J’apprécie          450
Quelle que soit la durée de votre séjour sur cette petite planète, et quoi qu'il vous advienne, le plus important c'est que vous puissiez, de temps en temps, sentir la caresse exquise de la vie.

J. B. Charbonneau - Avis de passage ( 1957 )
Epigraphe
Commenter  J’apprécie          370
Si vous ne téléphoniez pas, ne régliez aucune facture, n'aviez pas d'adresse, ne votiez jamais, n'utilisiez pas de carte de crédit ni ne tiriez d'argent à une machine, ne tombiez jamais malade ni ne demandiez l'aide de l'État, alors vous passiez au-dessous du radar de compétence du monde moderne. Vous deveniez invisible, ou du moins transparent, votre anonymat si bien assuré que vous pouviez vous déplacer dans la ville – sans confort, certes, plein d'envie, oui, prudemment, bien sûr – tel un fantôme urbain. La ville était remplie de gens comme lui, reconnaissait Adam. Il les voyait blottis dans les embrasures de porte ou écroulés dans les parcs, mendiant à la sortie des boutiques, assis, effondrés et muets, sur des bancs. Il avait lu quelque part que, chaque semaine en Angleterre, six cents personnes environ disparaissaient – presque cent par jour – , qu'il existait une population de plus de deux cent mille disparus dans ce pays, de quoi peupler une ville de bonne taille. Cette population perdue, évanouie de Grande-Bretagne, venait de gagner un nouveau membre.
Commenter  J’apprécie          350
-Ca vous va si je vous accompagne ? suggéra Bond spontanément.
Breed lui jeta un regard en biais ...
"Tu t'es déjà battu, toi ?"
Bond eu un sourire las. "La Seconde Guerre mondiale, vous connaissez ?"
Commenter  J’apprécie          340
Etre un grand acteur, c'est être capable de dire "Passe-moi le sel, s'il te plaît", sans avoir l'air pompeux. Etre un grand acteur, c'est être capable de dire "Horreur ! horreur ! horreur !" sans avoir l'air bizarre, étrange, stupide ou pompeux.
Commenter  J’apprécie          330
"Plus nous savons, moins nous savons."
Commenter  J’apprécie          343
Il était un aristocrate de la douleur et de la frustration, un prince de l'angoisse et de la honte.
Commenter  J’apprécie          330
Il était prêt à parier sa vie que tous les autres décès enregistrés par Wang étaient survenus en soins intensifs. Il devait exister dans les premiers symptômes un signal propre à déclencher les feux de détresse. Un médecin ou quiconque surveillant l'essai devait avoir su. Sortez-les d'ici - ils vont mourir dans quelques jours... Il but son thé. Il fallait qu'il parle à quelqu'un, un spécialiste des médicaments et de la grande industrie pharmaceutique.

Il retourna dans son séjour et ouvrit un autre dossier. Depuis une quinzaine de jours, il avait systématiquement collecté, dans les journaux à sensation autant que dans les revues sérieuses, tous les articles concernant la fabrication des médicaments et les machinations de l'industrie pharmaceutique, dans l'idée de trouver un journaliste auquel il pourrait s'adresser et qui serait capable d'interpréter ses fragments de preuves. Il avait réduit sa liste à trois noms : un pris dans le Times, un dans l’Economist et un autre dans le Global Finance Bulletin, une petite revue spécialisée qu'il avait découverte abandonnée dans un wagon du métro. Sobre et bourrée de faits, sans illustrations hormis des courbes et des diagrammes, elle semblait destinée à des responsables politiques, des lobbyistes et des institutions financières.
Commenter  J’apprécie          270
Ne laisse pas ta vie t'échapper en regrettant ce qui aurait pu être. Vis ta vie, vis pour ce que tu veux vraiment.
Commenter  J’apprécie          290

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de William Boyd Voir plus

Quiz Voir plus

ARMADILLO, LE PETIT SOLDAT

Le héros de ce roman est ...........

William Boyd
James White
Lorimer Black
Jonathan Roscoe
Michael Bottom
Conrad Milliband
Waldemar Strike

15 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Armadillo de William BoydCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..