AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Synchronique Editions


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Synchronique Editions


Dernières critiques
batlamb
  21 octobre 2020
Tao Te King : Le Livre de la Voie et de la Vertu de Lao Tseu
Tout en paradoxes, le Tao-Te-King est une philosophie poétique (ou un poème philosophique), qui s'écrit « à rebours des habitudes des êtres ». Face à l'effervescence de la vie, qui pousse souvent à agir inconsidérément (a fortiori dans le contexte guerrier des Royaumes combattants de la Chine antique), ce livre prône le pacifisme et la modération en toutes choses, et tend vers le principe idéalisé du non-agir, le Wuwei (无为).



De là découle le singulier mélange d'ironie et d'humilité de cet ouvrage, qui incite à obtenir sans rechercher quoi que ce soit. Par exemple, la poursuite de la connaissance ne doit se faire qu'en voulant démontrer que l'on ne connaît rien (ce qui rappelle Socrate). Est-ce à dire que tout se vaut, et que l'on arriverait aussi bien au même résultat sans réfléchir ? Certes non :



Connaître, c'est ne pas connaître :

Voilà l'excellence.

Ne pas connaître, c'est connaître

Voilà l'erreur



Là réside, je pense, la subtilité de la Voie, qui est un mouvement intérieur et invisible, même à soi-même. le Tao, principe fondateur de l'univers, tient dans des petits riens qui donnent forme au monde :



Cet arbre qui remplit tes bras est né d'un germe infime.

Cette tour avec ses neuf étages vient de l'entassement de mottes de terre.

Le voyage de mille lieues commence par un pas.



Le Tao Te King pourrait s'appeler le livre de la tranquillité. Il est très agréable de s'y replonger de temps en temps, même si son auteur prétend que « Les paroles vraies ne sont pas agréables » est-ce à dire que je l'ai lu de travers ? C'est possible, comme le montre cette remarque un brin narquoise adressée au lecteur :



« Mes préceptes sont très faciles à comprendre

et très faciles à pratiquer.

Mais nul ne peut les comprendre

ni les pratiquer. »



Comment savoir exactement ce que pensait Lao-Tseu (si tant est qu'il ait existé), quand on le lit à une telle distance linguistique, culturelle et temporelle ? C'est sans doute impossible, mais peut-être qu'à force d'essayer de le comprendre en sachant qu'on ne peut pas le comprendre, cette inanité productive nous fera entrer en contact avec le Tao. Comme disait John Keats : « celui qui croit dormir est en fait éveillé ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
balarasse
  23 septembre 2020
Tao Te King : Le Livre de la Voie et de la Vertu de Lao Tseu
Incompréhensible.

Les textes sont tellement abstrait que l'on peut les interpréter différentes façons voir contradictoire.

Peut-être est-ce du à mon édition qui ne comporte peu de notes et aucun éléments de contexte.

Au final j'ai eut l'impression d'avoir affaire à un texte qui obscurcit volontairement sont message pour se donner une dimension mystique et élitiste.
Commenter  J’apprécie          00
Baldrico
  01 juin 2020
Tao Te King : Le Livre de la Voie et de la Vertu de Lao Tseu
Le Tao Te King est un des grands livres de spiritualité de l'humanité. Il peut se lire en deux heures ou se méditer toute une vie. Impossible d'en faire la critique. Ferait-on la critique de la Bible ou des Védas? En revanche, il n'est pas interdit de dire ce qui nous a marqué dans une première lecture, lente.

Ce qui me frappe au premier abord, c'est ce que nous pourrions prendre pour du fatalisme. L'idée d'un retrait, d'un laisser-faire. Mais cela est rapidement corrigé par le fait que le retrait est actif, que le non agir n'est pas une abstention. Et voilà, en quelques lignes nous avons avons déjà perdu pas mal de repères!

La difficulté, pour nous occidentaux, est que nous sommes habitués à être placés devant des choix, des alternatives, des contradictions. Tout cela paraît complètement étranger au taoïsme. Les contraires s'y interpénètrent. Il ne s'agit même pas de choisir un juste milieu, encore moins de cultiver la vertu par la maîtrise de ses passions. Je le verrais plutôt comme une sorte d'abandon contrôlé à l'ordre cosmique, une harmonie avec le monde qui donne de l'énergie et qui résout les contradictions. Une invitation à oublier la compétition.

Premières impressions sur un texte qui pourrait bien nourrir mes réflexions à l'avenir.

Là où je suis moins attiré, c'est par les considérations politiques, à première vue difficilement compatibles avec les libertés telles que nous les concevons dans les démocraties libérales. Cela demande vérification.

Quoi qu'il en soit une ouverture et un décentrement salutaires.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220