AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.97 /5 (sur 107 notes)

Nationalité : Irlande
Né(e) à : Leucade, République des îles Ioniennes , le 27/07/1850
Mort(e) à : Tōkyō, Japon , le 26/09/1904
Biographie :

Lafcadio Hearn est un écrivain irlandais qui prit ensuite la nationalité japonaise sous le nom de Yakumo Koizumi ( Koizumi Yakumo).

Né d'un père irlandais militaire dans l'armée britannique et d'une mère grecque, il est élevé par sa tante à Dublin suite à la séparation de ses parents.

Lafcadio s'installe ensuite à 19 ans en Amérique à New York puis à Cincinnati, et devient journaliste. Il y découvre la culture japonaise par l'intermédiaire de contacts avec l'ambassadeur du Japon.

En 1889, le journal Harper's Monthly où travaille Hearn, l'envoie comme correspondant aux Antilles. Il restera deux ans à Saint-Pierre en Martinique. L'île qu'il qualifie de « Pays des revenants » lui inspire son roman Youma.

Sur l'invitation de son ami ambassadeur du Japon, Hearn débarque à Yokohama en 1890 et devient journaliste pour la presse anglophone.

Au Japon, Hearn fait la connaissance de la fille d'un samouraï, Koizumi Setsu. Il l'épouse et prend en 1896 la citoyenneté japonaise et le nom de Koizumi Yakumo signifiant « petite fontaine et huit nuages ».

Hearn commence alors à rédiger ses œuvres sur le Japon et la culture japonaise. Il s'intéresse notamment aux histoires traditionnelles de fantômes japonais.

Grand voyageur, il déménage souvent et s'installe successivement à Kobe, Matsue, puis Tōkyō, où il est nommé professeur d'université. Il effectue également l'ascension du Mont Fuji.

Il meurt à Tōkyō d'une attaque cardiaque en 1904 et est enterré selon les rites bouddhiques.
+ Voir plus
Source : Wikipédia.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Au sommet de son talent graphique, Benjamin Lacombe propose un hommage au Japon, à travers une interprétation envoûtante et référencée de l?oeuvre de Lafcadio Hearn. Résumé : Fasciné par le Japon ? son art, sa culture et ses paysages ? depuis ses plus tendres années, Benjamin Lacombe a souhaité illustrer Fantômes du Japon, un recueil d?histoires imprégnées du folklore japonais, recueillies par Lafcadio Hearn. Cet écrivain irlandais a été l?un des premiers occidentaux à obtenir la nationalité japonaise. Il est connu pour avoir sillonné les provinces de ce pays, recueilli et mis par écrit les contes et légendes de fantômes japonais. Pour cet ouvrage, Benjamin a choisi d?illustrer un panel de bestiaire large et diversifié ; une diversité qu?il était essentiel pour lui de laisser transparaître dans un traitement graphique différent pour chaque histoire. En fin de livre, la création de jeux, inspirés de jeux anciens, offre la possibilité de raconter sa propre légende de yôkai. Un hommage de toute splendeur, au ton juste. En savoir plus : https://www.soleilprod.com/serie/histoires-de-fantomes-du-japon.html Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.soleilprod.com/ https://www.facebook.com/soleil.editions https://twitter.com/editions_Soleil https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/ Achetez le tome : Amazon : https://www.amazon.fr/gp/search?ie=UTF8&keywords=9782302078970&tag=soleilprodcom-21&index=blended&linkCode=ur2&camp=1638&creative=6742 Fnac : https://livre.fnac.com/a13752253/Benjamin-Lacombe-Histoires-de-fantomes-du-Japon#omnsearchpos=1 Cultura : https://www.cultura.com/catalogsearch/result/?q=9782302078970&classification=0

+ Lire la suite

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
gavarneur   18 avril 2019
Fantômes du Japon de Lafcadio Hearn
Dans tout tableau d'une vraie valeur, il faut qu'il y ait un fantôme. Un pareil tableau, ayant une volonté personnelle, peut refuser d'être séparé de la personne qui lui donna la vie, ou même de son possesseur légitime. Il existe de nombreuses histoires qui tendent à prouver que les tableaux ont vraiment des âmes... On sait que certains moineaux peints sur un fusuma (écran à glissière) par Hogen Yenshin, prirent un jour leur vol, laissant vides les espaces qu'ils avaient occupés sur l'écran.

Page 66
Commenter  J’apprécie          160
Pecosa   28 juin 2012
Aux vents des Caraïbes : Deux années dans les Antilles françaises de Lafcadio Hearn
Lecteurs, si vous êtes de ceux qui ont soupiré en vain d'apercevoir un instant ce monde des tropiques, dont la description de la beauté charmait votre enfance et qui fortifiait en vous cet étrange mesmérisme de la mer qui attire le coeur de tout garçon, moi, qui ai soupiré comme vous et qui, conduit par la chance, vis enfin la réalisation de mon désir, je puis vous affirmer que la magnificence de la réalité dépasse de beaucoup tout ce que l'imagination peut créer.
Commenter  J’apprécie          120
DarkHawk   07 juin 2013
Ma première journée en Orient de Lafcadio Hearn
Ce que je vois devant moi est infiniment plus intéressant : un bosquet de cerisiers couvert de quelque chose d'inexprimablement beau - le brouillard éblouissant de fleurs blanches, à chaque rameau, comme des nuages d'été. Le sol dessous, le sentier devant moi, sont tout blancs de la neige épaisse, douce et odorante, de pétales tombés.
Commenter  J’apprécie          120
petitsoleil   10 août 2015
Ma première journée en Orient de Lafcadio Hearn
L'impulsion artistique elle-même a une vitalité intense qui survit à chaque nouvelle génération d'artistes.
Commenter  J’apprécie          130
Austral   11 avril 2014
Le Japon de Lafcadio Hearn
La règle des préséances est appliquée doucement, et les enfants s'y soumettent gaîment, même dans les menus faits. Par exemple, aux repas, on sert d'abord le fils aîné, puis le cadet, ainsi de suite, sauf lorsqu'il s'agit d'un très petit enfant qui ne peut attendre son tour. C'est cette coutume, qui a donné lieu à un amusant sobriquet populaire, que l'on applique souvent en riant au fils cadet : on l'appelle Monsieur Riz-Froid. Comme il est obligé d'attendre que ses aînés et les bébés soient servis, sa portion de riz ne lui parvient généralement que très refroidie.
Commenter  J’apprécie          110
Austral   26 mai 2014
Le Japon de Lafcadio Hearn
Ces missionnaires portugais et espagnols n'avaient-ils pas appelé les dieux et les bouddhas des démons ? De pareilles doctrines devaient sûrement paraître subversives, fussent-elles même interprétées de la façon la plus adroite par leurs

apologistes ! D'ailleurs, la valeur d'une croyance en tant que force sociale peut se juger d'après ses fruits. Or cette croyance a été en Europe une cause incessante de désordres, de guerres, de persécutions et de cruautés atroces.
Commenter  J’apprécie          90
phildec   08 mai 2012
Ma première journée en Orient de Lafcadio Hearn
Un idéogramme ne produit pas sur le cerveau japonais une impression similaire à celle créée dans le cerveau occidental par une lettre ou une combinaison de lettres — symboles mornes, inanimés de sons vocaux. Pour le cerveau japonais, un idéogramme est un tableau animé, qui vit, parle et gesticule. Et une rue japonaise est toute peuplée de caractères vivants de ce genre — figures qui crient aux yeux, mots qui sourient ou grimacent comme des visages. (p17)
Commenter  J’apprécie          90
benleb   30 octobre 2014
Lettres japonaises de Lafcadio Hearn
Otsuka est un grand village pierreux, à l'aspect primitif, emprunt d'une rude énergie et, je regrette d'avoir à le dire, dont les habitants sont fort malhonnêtes, ce qui est une chose terrible à dire d'une ville japonaise ! J'ai visité à peu près cinquante villages japonais où j'ai été tout de suite en sympathie avec les habitants, et où même je me suis toujours fait aimer de quelques-uns d'entre eux.



Otsuka est la première exception que j'ai rencontrée. Imaginez-vous que les gens d'Otsuka interrompirent leur danse pour bombarder l'étranger avec de petites boulettes de sable et de boue, en criant : Bikki-bikki ! mots dont j'ignore la signification. Alors j'ai dû rebrousser chemin avec tous les habitants de Yabase.
Commenter  J’apprécie          70
DarkHawk   15 juin 2013
Ma première journée en Orient de Lafcadio Hearn
Un voyageur qui pénètre soudain dans une période de changement social, et en particulier dans un changement allant du passé féodal au présent démocratique, est porté à regretter la décadence des choses belles et la laideur des choses nouvelles. Je ne sais ce que je découvrirais au Japon. Mais aujourd'hui dans ces rues exotiques l'ancien et le nouveau se combinent si bien qu'ils semblent chacun se mettre réciproquement en valeur.
Commenter  J’apprécie          70
benleb   29 octobre 2014
Lettres japonaises de Lafcadio Hearn
L'autre jour, j'ai donné à 72 élèves le sujet de composition suivant : "Qu'aimeriez-vous le plus au monde ?". Neuf des compositions contenaient en substance cette réponse : "Mourir pour notre empereur sacré !" N'est-ce pas noble et beau ? Et êtes-vous étonné après cela que j'aime le shintoïsme ?
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur