AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

L`Herne


Livres les plus populaires voir plus


Collections de L`Herne



Dernières critiques
dourvach
  18 mai 2019
Georges Simenon de Laurence Tacou
A commander très vite, cette formidable somme sur l'immense Liégeois globe-trotter, travailleur et artisan infatigable (1903-1989) : parue en 2003 et dirigée humblement par Laurent DEMOULIN.



Grand format, 287 pages, 39 € : on en a vraiment pour son argent !



Les moments les plus formidables ?



Peut-être l'interview de Jacques DE DECKER, "Simenon, romancier de la compassion et du gros plan". On y comprend après coup pourquoi les adaptations cinématographiques du grand Georges font si pâle figure, malgré les belles illustrations qu'offrirent en leurs temps respectifs "Panique" de Julien DIVIVIER, "Monsieur Hire" de Patrice LECONTE ou "Betty" de Claude CHABROL - et dans une moindre mesure, "Le Chat" ou "La veuve Couderc" de Pierre GRANIER-DEFERRE....



L'analyse fine de Michel CARLY, "Simenon : que savent-ils de la douleur d'écrire ?", sorte de panorama mouvant des 117 "romans durs" (vivant leur vie propre auprès des 75 "Maigret" également attachants).



Même "Comprendre et ne pas juger", procès-verbal de la "fameuse" 'interview de G.S. par ce vieux renard de lecteur que fut Bernard PIVOT pour son émission "Apostrophes" (1981) reste émouvant et "vrai"... même s'il parait aujourd'hui presque anecdotique et nous gêne par l'impudeur des deux humains se faisant face. A "La disparition d'Odile" [1971] venait en effet s'ajouter celle de la fille de l'auteur, se suicidant par arme à feu en 1978 (sans le joli "happy-ending" de la fiction citée, où le frère sauve la soeur in extremis)... Marie-Jo était âgée de 25 ans et nourrissait une dangereuse et exclusive admiration amoureuse pour son père. Tragédie intime venant s'ajouter aux "tragédies de l'homme nu" de ses fictions.



Allons, affirmons à nouveau tranquillement - et sans la moindre inhibition - que : " TOUT est bon dans Simenon, tout ! "

Et pour ce "Cahier de L'Herne" ? pareil...
Lien : http://fleuvlitterature.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
AnitaMillot
  13 mai 2019
Femmes et filles de Elizabeth Gaskell
Quelle belle idée vient d’avoir Le Livre de Poche en ré-éditant ce superbe roman, probablement LE chef-d’oeuvre littéraire d’Elisabeth Gaskell !

Voici une saga victorienne qui n’est pas très éloignée de ce que l’on peut connaitre de la société actuelle : frictions entre générations, difficultés relationnelles dans les familles recomposées, odieuse attitude “perverse narcissique” d’une femme vénale … Et surtout, la classique “erreur sur la personne” commise dans bon nombre des sentiments amoureux ( le fameux ”fuis-moi, je te suis - suis-moi je te fuis” …)

Une grande fresque, avec une foison de protagonistes, plus ou moins sympathiques : le brave docteur Gibson, veuf et adorant sa gentille fille Molly, épousera pour le meilleur (ou plutôt pour le pire !…) la très intéressée veuve Clare “Hyacinth Kirkpatrick - qui elle supporte à peine la présence de sa propre fille Cynthia… Les Hamley et leurs deux fils, Osborne et Roger qui provoqueront sans le vouloir jalousie et rivalité … Les curieuses et amusantes soeurs Browning … Pour ne citer que les principaux …

Bref, 1100 pages d’intrigues et de secrets, rédigées d’une écriture absolument délicieuse, non moins critique et pertinente. Un magnifique et dernier cadeau que nous laisse cette grande écrivaine … On déplore - hélas - qu’elle soit partie si brutalement pour un autre monde à l’âge de 55 ans, sans avoir pu terminer l’ultime chapitre … Son rédacteur en chef nous délivre - en conclusion - sur quelques pages, l’épilogue prévue par Elisabeth Gaskell, juste avant sa mort …

Et l’on ferme ce pavé avec un grand regret … Difficile de quitter tous ces personnages avec lesquels on a passé tant d’heures !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
Laureneb
  27 avril 2019
La paix du ménage de Honore de Balzac
Comme dans beaucoup d'autres nouvelles de Balzac que je suis en train de lire, il est question d'amour, de tromperie au sein du mariage, de femmes malheureuses. L'originalité de cette œuvre ci tient sans doute à la description des hommes, plus au centre que dans d'autres récits. En effet, ils sont dépeints comme des fats - mot qui revient plusieurs fois, plus que comme des amoureux ardents. Ils ne veulent que satisfaire leurs désirs, voire leurs pulsions, en jouissant de la conquête d'une belle femme ; et surtout, il faut que la société les voit comme des conquérants. Ainsi, deux amis parient-ils un cheval sur celui qui séduira le premier une inconnue aperçue dans un bal ; ou encore, un jeune marié offre à sa maîtresse la bague offerte par sa femme. Certaines femmes font également preuve de perversité, les vieilles libertines essayent de corrompre les plus jeunes.

Une nouvelle qui n'est pas d'une grande originalité donc parmi celles de Balzac, mais où l'homme qui aime le plus est finalement le mari qui a trompé sa femme et lui revient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20