AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Ileauxtresors


Ileauxtresors
  10 juin 2020
On en viendrait presque à croire que Timothée de Fombelle écrit d'une plume magique. Il suffit de quelques mots : le grésillement des gouttes de pluie au contact de la terre brûlante et rouge, un figuier sycomore aux branches entremêlées, l'infini du paysage bercé par le chant des cigales : nous voilà dans une savane africaine, au creux de l'écrin sauvage où vivent Alma et sa famille jusqu'au jour où son petit frère disparaît. Une voile qui claque, un cormoran qui traverse le ciel, la coque grinçante et des coups de maillet – nous sommes à présent à bord de la Douce Amélie, trois mâts qui, en ce mois d'août 1786, met le cap vers l'Afrique, puis les îles. Des destins que le commerce triangulaire va faire s'entrechoquer.

Plusieurs intrigues s'entremêlent pour faire d'Alma une lecture captivante et follement romanesque : quel est le secret des parents d'Alma ? Leur famille parviendra-t-elle un jour à se réunir ? Quels sont les complots qui semblent se nouer autour de la Douce Amélie ? Dans quel but le jeune Joseph s'introduit-il à bord ?

Timothée de Fombelle s'empare de l'une des pages les plus sombres de l'Histoire et démontre la force de la littérature pour entretenir une mémoire et comprendre. le destin de ses personnages permet de prendre conscience du degré d'horreur atteint par le commerce d'êtres vivants qui a enrichi les nations européennes pendant le 18ème siècle. Une traite dont on découvre les modalités odieuses qui ont fait l'objet d'un travail de documentation très précis. le contexte historique ne prend pas le pas sur l'intrigue, mais s'en nourrit. Impossible de ne pas s'attacher aux protagonistes, de ne pas trembler pour eux dans cet univers impitoyable, de ne pas vibrer pour le message d'espoir et de liberté qu'ils portent.

« Chez les Oko, le mot « alma » signifie « libre ». Mais ce genre de liberté́ n'existe dans aucune autre langue. C'est un mot rare, une liberté́ imprenable, une liberté́ qui remplit l'être pour toujours. le père d'Alma raconte que chez lui, ce nom pourrait se dire ‘marquée au fer rouge de la liberté́'. »

Une histoire splendide et émouvante, qui nous tient en haleine jusqu'au bout du monde. Un roman d'aventures au sens qu'en donnaient Robert Louis Stevenson, Herman Melville et Joseph Conrad. Une lecture incontournable dont nous brûlons de découvrir la suite !
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
Commenter  J’apprécie          519



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (47)voir plus