AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.91 /5 (sur 2995 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 01/08/1819
Mort(e) à : New York , le 28/09/1891
Biographie :

Herman Melville est un romancier, essayiste et poète américain.

Né de parents hollandais et écossais, il est le troisième de huit enfants. Son père décède en 1832, c'est son oncle qui prend en charge la famille. Herman quitte alors le lycée d'Albanie et rentre comme employé dans une banque.

En 1835, à New-York, il s'inscrit au lycée classique de la ville. Parallèlement il travaille comme comptable pour son oncle. Ce dernier fait faillite et la famille doit déménager. Herman Melville retourne dans le Massachusetts où il devient instituteur. Un an plus tard, il rejoint sa famille et prend des cours d'arpentage.

En 1839, ne trouvant pas de travail comme géomètre, il s'embarque comme mousse à bord d'un navire marchand, puis en 1840 sur un baleinier. En 1842, il déserte le bateau. Blessé dans sa fuite il est recueilli par Les cannibales Taïpi, puis embarqué sur un trois mâts australien et rentre au États-Unis. En 1843, il s'engage sur une frégate de guerre. Un an plus tard, il rejoint la vie civile.

Dès 1845, il commence à écrire. Son premier récit d'un séjour aux Marquises est publié en 1846. C'est un succès immédiat. En 1847, il crée avec l'un de ses frères un périodique : Literary World. A la même période il écrit pour le Yankee Doodle. Cette même année il épouse Elizabeth Shaw, fille de magistrat. Ils auront 4 enfants. En 1851, il publie "Moby Dick". La suite de sa carrière littéraire est une longue suite de désillusions. Son œuvre reconnue bien après sa mort.

Durant la guerre civile (1861-1865), il visite le front et écrit un ouvrage de poésie. En 1866, il devient inspecteur des douanes au port de New-York. En 1890, il ressort très affaibli d'une crise d'épilepsie et meurt, un an après, d'une attaque cardiaque.
+ Voir plus
Source : Gallimard
Ajouter des informations
Bibliographie de Herman Melville   (67)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Herman Melville (1819-1891) : Le mardi des auteurs (2010 / France Culture). Diffusion sur France Culture le 30 mars 2010. Portrait de Herman Melville par Joseph Oriel Eaton, 1870. Par Simone Douek. Avec Agnès Derail-Imbert (maître de conférences à Paris III), Cécile Roudeau (maître de conférences à Paris III), Philippe Jaworski (professeur à l'université de Paris 7, responsable des quatre tomes de l'édition des "Œuvres" d'Herman Melville dans la collection de la Pléiade, Gallimard), Antoine Graziani (écrivain et poète) et Jean-Michel Rey (philosophe et maître de conférences en littérature à Paris VIII). Réalisation de Céline Ters. Herman Melville, né le 1er août 1819 à Pearl Street, au sud-est de Manhattan (New York) et mort le 28 septembre 1891 à New York, est un romancier, essayiste et poète américain. Presque oublié après sa mort, Melville est redécouvert dans les années 1920 à travers son œuvre maîtresse "Moby Dick". Il est désormais considéré comme l'une des plus grandes figures de la littérature américaine. "Moby-Dick" raconte l'histoire du Péquod, baleinier dont le capitaine se nomme Achab. Cet étrange marin est obsédé par une grande baleine blanche : Moby Dick. Le narrateur est un membre d'équipage nommé Ishmaël qui dispose, tout comme Melville, d'une grande culture littéraire et y recourt fréquemment pour mettre en scène les membres de l'équipage et leur aventure. L'équipage du Péquod permet à Melville de multiplier les portraits et des analyses psychologiques ou sociales extrêmement fouillées et détaillées ; l'action se déroulant sur ce seul baleinier, l'œuvre a souvent été qualifiée par les critiques d'univers clos. Les descriptions de la chasse à la baleine, l'aventure elle-même et les réflexions du narrateur s'entrelacent dans une gigantesque trame où se mêlent des références à l'Histoire, à la littérature occidentale, à la mythologie, la philosophie et la science. La prose de Melville est complexe et déborde d'imagination ; il est considéré comme un des plus grands stylistes américains — aux côtés de William Faulkner, Henry James ou Thomas Pynchon. Il était lié d'amitié avec Nathaniel Hawthorne, et fut influencé par ses écrits ; "Moby-Dick" est ainsi dédié à Hawthorne. Melville est aussi l'auteur de récits tirés de son expérience de marin, "Typee", "Omoo" et "Mardi", de romans, "Redburn", "White-Jacket (La Vareuse blanche)", "Pierre ou les Ambiguïtés", "The Confidence Man", ainsi que de plusieurs nouvelles, parues pour l'essentiel dans les années 1850 dans deux revues concurrentes, le "Putnam's Monthly Magazine" (qui publie cinq nouvelles, dont : "Bartleby", "Benito Cereno" et "Les Îles enchantées") et le "Harper's New Monthly Magazine" (qui en publie sept). "Bartleby the scrivener" est certainement la plus célèbre : on considère qu'elle contient déjà en gésine des traits de la littérature existentialiste et de la littérature de l'absurde, entre autres. Cas rare parmi les poètes, il n'écrit aucune œuvre lyrique majeure avant un âge avancé. Après la guerre de Sécession, il publie quelques pièces sur le conflit ("Battle Pieces"), qui se vendent bien. Mais une fois encore, il prend ses distances par rapport aux goûts et aux attentes des lecteurs contemporains dans la pièce maîtresse de son œuvre poétique, "Clarel", qui raconte l'épopée du pèlerinage d'un étudiant en Terre sainte et resta, elle aussi, quasiment inconnue de son vivant. Sa dernière œuvre, le roman court "Billy Budd marin, récit interne", auquel il travailla les cinq dernières années de sa vie, ne fut édité qu'après sa mort, à partir d'un manuscrit retrouvé par son épouse. Il est considéré par les critiques de son œuvre, comme un « testament » littéraire par le conflit entre le bien et le mal qui se joue entre les trois principaux personnages. Sources : France Culture et Wikipédia

+ Lire la suite
Podcasts (5) Voir tous


Citations et extraits (464) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   10 septembre 2012
Moby Dick de Herman Melville
Pour si grande que soit la supériorité intellectuelle d'un homme, il ne peut pratiquement et durablement dominer d'autres hommes sans jouer une sorte de comédie toujours un peu vile.
Commenter  J’apprécie          840
Herman Melville
Arakasi   13 novembre 2013
Herman Melville
J'ai navigué par les océans et les bibliothèques.
Commenter  J’apprécie          590
gouelan   10 mai 2015
Moby Dick de Herman Melville
L'ignorance est la mère de l'épouvante...
Commenter  J’apprécie          590
gouelan   28 mai 2015
Moby Dick de Herman Melville
Il n'est aucune bête sur la terre dont la démence ne soit infiniment surpassée par celle de l'homme.
Commenter  J’apprécie          570
PiertyM   26 septembre 2015
Moby Dick de Herman Melville
La folie humaine est souvent féline et rusée. Quand on la croit partie, elle n'est peut-être seulement que métamorphosée en une forme plus subtile.

Commenter  J’apprécie          500
PiertyM   11 mai 2016
Moby Dick de Herman Melville
Tous les hommes naissent la corde au cou, mais ce n'est qu'au moment où ils sont pris dans le tourbillon soudain et rapide de la mort, qu'ils prennent conscience des dangers muets, subtils, toujours présents de la vie.

Commenter  J’apprécie          481
PiertyM   26 septembre 2015
Moby Dick de Herman Melville
Plutôt dormir avec un cannibale sobre qu'avec un chrétien ivre.

Commenter  J’apprécie          460
gouelan   20 mai 2015
Moby Dick de Herman Melville
Car un homme ne peut prendre une conscience juste de lui-même que les yeux fermés, comme si les ténèbres étaient vraiment l'élément naturel de notre essence, cependant que la lumière est plus favorable à l'argile dont nous sommes pétris.
Commenter  J’apprécie          430
Nastasia-B   23 août 2012
Moby Dick de Herman Melville
Car dans ce bas monde, camarades de mer, le péché qui paie sa place peut voyager librement et sans passeport, tandis que la vertu pauvre se voit arrêtée, elle, à toutes les frontières.
Commenter  J’apprécie          400
Nastasia-B   14 septembre 2012
Moby Dick de Herman Melville
Le vent commençait à hurler, les vagues entrechoquaient leurs boucliers ; le grain rugissait, sautait, craquait autour de nous comme un feu blanc sur la prairie, un feu dans lequel nous brûlions sans être consumés, immortels dans la gueule même de la mort ! Nous appelions en vain les autres canots. Autant valait hurler dans la cheminée d’une fournaise que de héler les bateaux dans un tel orage. Cependant les nuages volants, l’écume et le brouillard devenaient encore plus noirs avec la nuit qui tombait ; il n’y avait aucun indice du vaisseau. La mer rageuse empêchait tous les essais que nous faisions pour écoper.
Commenter  J’apprécie          370

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Thérèse Raquin

Où est née Thérèse Raquin?

en Algérie
Au Maroc
En Tunisie
en Libye

24 questions
737 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..