AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Princess Jellyfish, tome 1 (20)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
nekomusume
  14 octobre 2013
Ce manga me faisait de l'oeil depuis un moment et j'ai enfin craqué.

En quelques cases, nous voilà plongé en plein délire otaku: un groupe de filles complètement "moisies", entendez par là qu'elle ne font aucun effort pour avoir une vie sociale, s'arranger physiquement mais consacre toute leur énergie à être pointues dans un domaine très particulier; et vivent toutes ensembles dans un bâtiment ancien sous la férule de fer d'une mangaka totalement agoraphobe.

Notre héroïne va faire un effort surhumain pour surmonter sa phobie des gens beaux pour sauver une petite méduse, animal qu'elle idolâtre. Aidée par une superbe jeune fille qui va s'incruster chez elle semant la panique dans leur petit monde parfaitement codifié. Mais quand on découvre que la jeune femme est en fait un jeune homme... rien ne va plus!!!!

Un délire énorme, mais aussi des sentiments, des enjeux politiques, et beaucoup d'informations sur les méduses et d'autres sujets totalement indispensables (les kimonos, l'histoire des trois royaumes, etc...)

Je pense que je vais me laisser tenter par quelques tomes suivants...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Bookworm84
  21 juillet 2012
Voici un josei qui m'a agréablement surprise ! le titre comme la couverture m'avaient attirée, et je n'ai pas été déçue.
On suit Tsukimi, une otaku fan de méduses. Elle a perdu sa mère alors qu'elle était toute jeune, et tant cette perte que son unique passion ont fait d'elle une jeune femme timide et solitaire. Solitaire ? presque ! Elle vit avec 5 autres femmes dans une maison, Amamizu, toutes des otakus comme elle. Il y a la fana de trains, la fan d'hommes d'âge mûr, la fan d'un roman historique chinois, la fan de poupées japonaises et une mangaka qu'on ne voit jamais car toujours enfermée dans sa chambre pour travailler. La vie bien rangée de Tsukimi bascule quand elle sauve une méduse, aidée d'une mystérieuse et très fashion jeune femme. Qui se révèle être un homme, le fils d'un homme politique. Dans l'ombre, un projet immobilier menace également la maisonnée..
Voici le point de départ du manga, qui en est à son 5e tome en France. Bien que pétri d'humour (les otakus qui se figent en statue de pierre quand elles se retrouvent face à des personnes glamour, ou en présence d'une foule), le manga offre aussi une histoire touchante (Tsukimi qui chérit le souvenir de sa mère tant aimée et ressent encore son absence, Kuranosuke (le travesti) qui vit lui aussi dans le souvenir de sa mère disparue, les sentiments de Tsukimi pour Shuu, le frère de Kuranosuke, les démêlés de Shuu face à une femme d'affaire prête à tout pour réussir, quitte à briser des vies...), montre l'évolution de l'héroïne et le courage dont font preuve les 6 otakus face à l'adversité, menées par Kuranosuke.
Et, cerise sur le gâteau, la passion de Tsukimi est communicatrice ! Les nombreux dessins de méduses, ses explications, la peluche Clara, les robes... voilà qui ajoute encore à l'attrait du manga.
Un bon petit josei très frais, humoristique, tout en traitant de sujets émouvants par le biais d'une intrigue un peu barrée mais qui accroche bien. Une réussite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Koneko-Chan
  20 juin 2013
Un manga très amusant qui raconte la vie des "amar" de la résidence Amamizu, ces filles que l'on qualifie de "moisie" car elles se consacrent pleinement à une passion peu commune. Une des règles de la résidence est de n'amener aucun garçon ! Sauf que voilà, Tsukimi, notre héroïne qui a une passion pour les méduses, va s'approcher de trop près d'une "humanus coquetta" et découvrir qu'il ne suffit que d'une perruque et d'un peu de rembourrage pour se faire passer pour une fille. Kuronosuke, quant à lui, s'ennuie un peu. Fils d'un politicien et plein de succès auprès des filles, il trouve en Tsukimi - qui semble avoir peur de lui comme toute bonne amar qui se respecte - une personnalité attachante et peu ordinaire, et il décide de passer du temps avec elle afin de s'amuser : comme la relooker par exemple afin qu'elle ressemble à une jeune fille de bonne famille. C'est sans compter son frère Shô, qui trouve en la Tsukimi transformée une personne très pure.
Problème dans ce petit monde presque parfait : la résidence Amamizu est vouée à être détruite pour un projet immobilier, il faut donc trouver des fonds pour pouvoir l'acheter, ce que s'entête à faire Kuronosuke qui a trouvé un endroit où passer le temps. Et quoi de plus créatif que les méduses ? :)
Ce manga n'est pas un shôjo, mais un jôsei (jôsei est un genre qui se destine plus pour la jeune adulte, la femme au foyer). Cependant, il peut aussi bien se lire comme un shôjo, je le placerais plus entre les deux (surtout quand on compare avec d'autres jôsei). Les graphismes sont d'un style très différent de ce que l'on a l'habitude de lire, c'est d'abord ce qui m'a un peu rebutée, je trouvais que ça ressemblait beaucoup au manga Lollipop. Mais comme pour celui-ci, j'ai tenté le coup, et j'ai adoré.

La particularité de ce manga n'est pas cette histoire d'amour complexe entre Kuro et Tsukimi, elle réside plutôt dans l'humour dégagée par ce manga. En effet, on trouve vraiment des phénomènes dans ce livres ! Les amars à elles seules se suffisent : on a une fanatique de trains, une fanatique des "vieux", une fanatique des poupées et kimono traditionnels, et une fanatique de la période historique des 12 dragons (je crois), ainsi qu'une mangaka de Boy's Love ui ne communique que par des feuillets au travers la porte de sa chambre. Les réactions assez atypiques de ces personnages auront peut-être tendance à énerver un peu au début, mais on s'y habitue tellement vite, et ce serait tellement dommage de ne pas les voir beaucoup avec leurs réactions poussées à l'extrème (la fanatique d'histoire me fait beaucoup rire à toujours crier et faire des gestes).

En résumé : un excellent manga, une très bonne découverte que je suis heureuse d'avoir faite. Il me tarde de lire la suite !
Lien : http://miyu-neko.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
darko
  06 mars 2012
bonne surprise que ce princess jellyfish. un manga qui donne le sourire, bourré d'humour et qui permet une superbe découverte des méduses!
manga original!
Commenter  J’apprécie          60
Ghiblitotoro
  18 octobre 2013
J'aime ces histoires d'amour qui ne se regardent pas le nombril !
On aimera bien sûr notre héroïne qui n'apparaît pas tout de suite à son avantage, une sorte de binoclarde névrosée complètement fan des méduses et qui tapisse ses murs de dessins de son animal préféré. On aimera aussi la tornade vivante qu'est Kuranosuke, personnage extravagant et fonceur qui est passionné par la mode et les belles robes. On appréciera également le personnage du rival amoureux, Shu, le frère distingué et timide de Kuranosuke, pour lequel le coeur des lectrices va vite balancer dans les tomes à suivre...
Mais ce qui fait que la série est truculente et qu'elle ne s'essoufflera pas de si vite, c'est qu'elle est truffée de plein de bonnes idées, même s'il est vrai qu'on en retrouve dans d'autres shojo... Associer la passion des méduses et celles de la mode est une vraie trouvaille par exemple. de plus, il faut avouer que les différentes apparitions de Kuranosuke laissent visuellement la lectrice sur les fesses : waah !
Les personnages secondaires sont aussi de véritables institutions dans cette série, puisque la résidence Amamizu abrite des otakus aux passions les plus farfelues et les plus spécifiques qui soient : l'une aime passionément les trains, l'autre s'exprime à la manière des personnages de son histoire préférée "Les trois royaumes", une autre n'aime que les vieux "fanés"...
Je le recommande chaudement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zazimuth
  01 décembre 2012
L'héroïne, Tsukimi, jeune fille de 18 ans, vit dans une pension ne regroupant que des « otaku » (des jeunes filles marginales privilégiant une passion dévorante sur une vie sociale ou affective plus ordinaire). Sa passion à elle, depuis la mort de sa mère gravement malade alors qu'elle était encore petite, est centrée sur les méduses dont elle connaît tout et qu'elle dessine à merveille.
Un soir, en sortant d'une animalerie dans laquelle elle découvre qu'une jolie méduse est en danger, Tsukimi fait la connaissance d'une belle jeune fille qui va l'aider à secourir cette méduse (en la ramenant à la pension en fait!). Se sentant son obligée, Tsukimi l'invite à la pension quitte à mettre mal à l'aise ses camarades solitaires.
Mais quelle surprise le lendemain matin de découvrir que cette belle jeune fille est en fait un jeune homme passionné de mode qui aime s'habiller en fille !!!
Le reste du volume développe les relations d'amitié qui se nouent entre Tsukimi et Kuranosuke et puis il y a le thème de la transformation, de la lutte entre vertus intérieures et apparence extérieure sans oublier le personnage énigmatique de la propriétaire de la pension...
J'ai trouvé ce début très intéressant et je suis curieuse de voir comment va évoluer la série avec la menace de destruction de la pension pour réhabiliter le quartier.
Lien : http://toutzazimuth.eklablog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
kazupanda
  28 février 2013
Cela faisait un moment que je n'entendais que du bien de ce Princess Jellyfish. Un manga de type "Josei" (pendant féminin des "Seinen") racontant le quotidien de filles comme moi [nerd/otaku/nolife/geekette], en un mot : "Fujoshi". Traduit par "fille moisie". Si si! Mais quotidien néanmoins chamboulé par l'arrivée en fanfare d'un personnage haut en couleur : une "Humana Coquetta". L'ennemie jurée des AMARS (en référence aux bonnes soeurs) juste après les "Humanus Coquettus". A savoir les hommes! Bref, un scénario qui semble assez banal quoi que rarement abordé dans un manga. Car bizarrement, les manga qui traitent des "NEET", "hikikomori" et autres rebuts de la société japonaise, il y en a peu. le seul qui me vienne à l'esprit, à vrai dire, c'est NHK ni Yokouso!, et c'est traité différemment. Bref! Je disais donc, un scénario quelque peu banal mais servi par une héroïne assez hors du commun, Tsukimi, dont la plus grande passion est... les méduses! Et c'est en voulant sauver l'une d'entre elles au tout début de ce premier tome qu'elle va faire la connaissance d'une jeune fille étonnante. Cette rencontre va chambouler la vie de Tsukimi mais également des cinq autres locataires de la pension Amamizu. D'autant plus que la demoiselle en question cache un secret qui va à l'encontre de toutes les certitudes de Tsukimi et de toutes les règles de la pension. Mais chut! Je n'en dirai pas plus ici. En tout cas un retournement de situation inattendu. le premier d'une longue série dans un seul petit tome.

Lire la suite sur mon blog?
Lien : http://kazupanda.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Iskiwiwi
  06 septembre 2012
Tsukimi Kurashita, fan hardcore de méduses, s'installe à Tokyo avec le projet de devenir illustratrice. Elle emménage dans la résidence Amamizu qui a la particularité de n'être habitée que par des filles otaku, et bien évidemment, d'être interdite aux hommes ! Alors qu'un soir, Tsukimi sort pour rendre visite à une adorable médusette enfermée dans un minuscule aquarium, son destin va être bouleversé par sa rencontre avec une fille bien trop « fashionable » pour être vraie !
Une histoire bien sympathique qui nous fait découvrir un univers d'otaku au féminin, ce qui à mon sens est plutôt rare. Seul un des personnages m'a agacé ; il s'agit de la jeune femme qui se prend pour un ninja (désolés mais j'ai oublié son nom...).
J'ai beaucoup apprécié l'histoire d'amour que l'on voit évoluer au fil des pages et nous amène à une fin surprise.
Les dessins sont classiques avec des pages parfois très chargées et d'autres plus épurées.


Commenter  J’apprécie          40
Murtiebooks
  13 novembre 2016
Je n'ai découvert ce manga que très récemment, en passant dans les rayons de ma bibliothèque. Je ne savais pas trop, de quoi il allait s'agir dans ce livre, mis à part que des jeunes filles vivaient en colocation et que notre héroïne était fan de méduse. Autant dire que, je ne savais pas trop à quoi m'attendre pour la trame de l'histoire. Au final, j'ai beaucoup aimé et j'ai déjà été emprunter le tome suivant !


Bon, faut dire que, il ne faut pas prendre le manga au premier degré car tout est un peu surjoué et je pense que c'est le style que l'auteur à voulu donner à son manga. Cela donne un côté frais et une touche d'humour. A certain moment c'est même très surprenant.


Dans cette histoire, comme je l'ai dit plus haut, on suit une jeune fille vivant en colocation avec 5 autres filles. Ce sont des Otaku et elles sont toutes célibataires. Les hommes sont interdit dans cette colocation. Un jour, cette jeune fille devra sauvé une méduse et la ramener chez elle, pour cela, elle sera aidé d'une autre fille vraiment très belle. Celle-ci cache néanmoins quelque chose qui va tout chambouler ! Elle n'est en fait qu'un garçon déguisé en fille !


Quand elle était petite Tsukimi, notre héroïne, pensait que toute les jeunes filles deviennent de belles princesses en grandissant. Aujourd'hui, elle se défini comme "moisi". Et voilà, qu'un garçon, nommé Kuranosuke, déguisé en fille est plus jolie qu'elle... Celui-ci va, un jour, la relooker et son frère aîné va tomber sous le charme de notre jeune otaku. Enfin, dès qu'elle aura retrouvé son apparence habituel, il n'arrivera même pas à la reconnaître. J'ai trouvé ça assez drôle.


De quoi je n'ai pas encore parler ?! Ah oui, l'histoire d'amour ! Bah ça, fallait s'en douter, c'est un shôjo, tout de même. Dans ce tome, rien ne se passe concrètement entre nos personnages, mais les choses se mettent en place tout doucement. J'ai bien aimé que l'auteur prenne son temps et ne nous "claque" pas tout dès le premier tome.


J'ai beaucoup aimé ce manga et les dessins sont vraiment très bien fait. C'est léger et ça fait du bien. J'ai vraiment hâte de lire la suite, ce qui d'ailleurs ne devrait pas tarder. J'ai encore 14 tomes qui m'attendent, alors, je pourrais encore profiter de cette fraîcheur un moment.

Lien : https://mugsandbooks.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
bouma
  27 février 2015
J'aime les mangas qui parlent du monde des otaku car notre société occidentale n'en a pas du tout la même vision, ni la même acceptation. Si chez nous les nerds sont devenus des geeks et ont révolutionné le monde (pas la peine de vous citer d'exemple), il n'en est pas de même dans le pays du soleil levant. Les otaku vivent souvent reclus pour ne pas affronter les regards de leurs pairs, qui les jugent souvent sévèrement.

Cette histoire montre un groupe de jeunes femmes qui se sont regroupées pour se protéger. L'intrusion d'un jeune homme (même sous sa version féminine et fashion) leur renvoie une image négative d'elles-même quand lui au final s'en fiche complètement.

Côté illustration, la mangaka utilise une palette de style pour ses personnages. En fonction de leurs personnalités ils peuvent avoir le visage angulaire, rond, des coiffures travaillées ou non. J'ai vraiment apprécié cette multitude qui donne un ton vif et sympathique aux images.

Une série qui démarre sur les chapeaux de roue et dont j'ai hâte de lire la suite !
Lien : http://boumabib.fr/2015/02/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Auteurs proches de Akiko Higashimura
Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
826 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre