AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de Ileauxtresors


Ileauxtresors
  12 août 2018
Merci à l'opération Masse Critique et aux Éditions du Jasmin de m'avoir permis de découvrir cette histoire du Piano Jazz !
Le voyage que nous propose l'ouvrage d'Isabelle Leymarie nous propulse à la fin du 19ème siècle avant de suivre, pas à pas, l'histoire du jazz – tant il est vrai que le piano est omniprésent dans ce genre musical. Des premières syncopes marquant la naissance du ragtime au free jazz, ce livre restitue les influences, les méandres et les bifurcations de ce genre musical dont Isabelle Leymarie montre de façon très convaincante à quel point il est à décliner au pluriel.
Après une brève introduction, le coeur de l'ouvrage se présente sous forme d'une série de chapitres consacrés aux différents genres (ragtime, blues, boogie woogie, etc.), introduits suivant un principe chronologique. Chaque chapitre offre une description des conditions d'apparition et des principales caractéristiques musicales du genre, puis de ses principaux représentants. Chaque pianiste fait l'objet d'une biographie synthétisant sa trajectoire, ses influences, ses rencontres et ses productions incontournables.
Ces chapitres sont passionnants et nous permettent de découvrir successivement (entre beaucoup d'autres) les premiers métissages à l'origine des prémisses du jazz, l'élégance de Duke Ellington, la parcimonie de Count Basie, la pratique vertigineuse d'Art Tatum, la dextérité d'Erroll Garner, la révolution du Bebop, le goût de l'asymétrie de Thelonious Monk, les expérimentations décalées de Dave Brubeck, la sensibilité de Bill Evans et le foisonnement de plus en plus rapide après les années 1950. L'histoire du jazz est aussi celle des Etats-Unis : plantations employant des esclaves, camps de bûcheron, atmosphère sulfureuse des honky tonks et des maisons closes de l'est du pays, grande migration du sud vers les autres régions, travail sur les chemins de fer, cinémas muets du début du 20ème siècle, explosion artistique de la Harlem Renaissance, racisme et ségrégation… Les biographies des pianistes, ponctuées d'anecdotes, de témoignages et des propres souvenirs de l'auteur, nous font découvrir des personnages souvent hauts en couleur, avec des destins souvent tragiques. L'ouvrage trouve un bel équilibre entre la présentation des biographies et l'explication concise de la singularité musicale de chacun. J'ai apprécié de découvrir des femmes pianistes que l'on voit moins souvent, en particulier Marie Lou Williams.
L'ensemble est complété par un aperçu des pianistes de jazz actifs au cours de la période la plus récente, plusieurs chapitres relatifs au développement du jazz dans les zones géographiques extérieures aux Etats-Unis et par un chapitre listant des citations de pianistes évoquant les différentes facettes de leur art. En annexe, on trouve un témoignage inédit sur Bill Evans, une bibliographie et un index des noms de pianistes évoqués dans l'ouvrage – outil indispensable pour se repérer dans la profusion d'informations recueillies par l'auteur.
L'ouvrage est dense, très bien documenté et informatif. Cela dit, il me semble qu'il offre plus un dictionnaire permettant de se renseigner facilement sur un(e) pianiste qu'une véritable histoire dans la mesure où les chapitres sont essentiellement articulés autour de la présentation de pianistes individuels plutôt que de façon analytique. Isabelle Leymarie donne l'impression de vouloir travailler de façon exhaustive et les pianistes qui ne sont pas présentés en détail sont même abondamment listés à la fin de chaque chapitre, libre au lecteur de faire ses recherches pour compléter ce panorama. Énormément de noms et d'informations donc, qui seront probablement difficiles à digérer pour ceux qui ne les ont pas déjà rencontrés. On aurait envie de lire une histoire sociale du jazz, ou une analyse plus centrée sur une étude transversale (ou comparée) des pratiques de chaque genre ou individu. Ce n'est pas ce que propose cette encyclopédie, qui ne me semble pas se prêter à une lecture continue de la première à la dernière page, mais plutôt à prendre comme un support permettant de découvrir l'arborescence du jazz au gré des envies ou du hasard. À découvrir avec une pile de disques ou une connexion Internet accessible : impossible de ne pas avoir envie de réécouter des pianistes qui donnent corps à l'ouvrage !
Commenter  J’apprécie          100



Ont apprécié cette critique (8)voir plus