AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de gruz


gruz
  13 novembre 2017
Avec son précédent roman Alexis Vassilkov ou la vie tumultueuse du fils De Maupassant, Bernard Prou avait déjà totalement brouillé la frontière entre réalité et fiction. Il récidive avec Délation sur ordonnance.

L'auteur est joueur, même avec les sujets les plus sérieux. Il les traite avec originalité et facétie, tout en sachant garder un ton grave. Un vrai talent de jongleur.

Tout part d'une vieille ordonnance. Une prescription très particulière, avec des effets qui risquent d'être définitifs. Un médecin, durant la deuxième guerre mondiale, qui utilise son papier professionnel pour dénoncer quatre personnes, pour des raisons très discutables (on a comptabilisé plus de cinq millions de lettres anonymes durant l'occupation…).

Période trouble, sujet pesant. de quoi instaurer le malaise. C'est là, où le talent particulier de Bernard Prou fait la différence. Son roman n'est pas un pamphlet mais relève davantage du jeu de piste. de l'art de proposer un divertissement tout en parlant intelligemment d'un sujet difficile.

Délation sur ordonnance peut être vu comme une sorte d'arbre généalogique issu de ce jeu de piste. Au travers des morceaux d'histoires cachés dans les livres d'une bibliothèque, Prou nous replonge dans la vie quotidienne durant la guerre. Parce qu'il y avait de la vie durant l'occupation ! Les gens vivaient, mourraient, s'aimaient, se déchiraient, s'amusaient, souffraient… Et avaient des secrets.

Avec un ton nostalgique (de l'époque, pas de la guerre…), l'auteur nous fait partager des tranches de vie. Des personnages qui gravitent tous directement ou indirectement autour de cette horrible lettre de délation. Entre anecdotes et faits marquants, Bernard Prou raconte la vraie vie (ou pas), fait apparaître des personnes ayant existé (certaines illustres) et joue avec ces existences imbriquées.

Avec gouaille, il partage des scènes de la vie quotidienne de ses (nombreux) personnages. Un peu trop nombreux parfois, au point de m'y perdre le temps de quelques pages, avant de retrouver mes marques.

Rien de manichéen dans la peinture que fait l'auteur de cette période et de ces gens. Ils peuvent être tour à tour violents et se remettre sur le droit chemin, durant une période où certains survivaient et d'autres vivaient (souvent sur le dos des premiers nommés).

Bernard Prou est un auteur facétieux, on ne sait pas toujours ce qui tient du fait historique ou ce qui vient de son imagination. Il est canaille aussi, tout comme il sait (re)devenir subitement grave.

Délation sur ordonnance est un roman à part. de l'art de jongler avec notre Histoire et les petites histoires.
Lien : https://gruznamur.wordpress...
Commenter  J’apprécie          111



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (9)voir plus