AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur La maîtresse de Ker-Huella (29)

meknes56
meknes56   09 septembre 2019
Quelle chance avait eue son vieux grigou de beau-père ! Une double chance, même : tout d’abord, celle d’avoir vécu les dernières belles décennies des paysans-marchands liniers avant le début du déclin ; mais, plus encore, celle d’avoir eu comme père un homme sans foi ni loi qui avait fait fortune en achetant et revendant les biens du clergé avant de se convertir en calotin et de tenter de gagner son Paradis en restituant à l’Église une partie des biens qu’il lui avait " volés".
Commenter  J’apprécie          20
meknes56
meknes56   09 septembre 2019
Il avait été l’un des premiers à le comprendre et à abandonner le lin dès 1846, ce qui lui avait permis de sauver quelques champs. Il s’était félicité de ce choix, quelques années plus tard, lorsque les centaines de tisserands qui travaillaient encore pour les marchands liniers indépendants avaient brusquement quitté ceux-ci pour s’engager dans la Société linière de Landerneau.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   02 novembre 2012
La famille doit passer avant l’ambition personnelle.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   02 novembre 2012
Quant à cette égalité entre sexes dont elles rêvaient toutes, ce n’était qu’une chimère : Dieu avait créé hommes et femmes aussi différents dans leur nature que dans leur caractère. Les femmes étaient mères, elles portaient les enfants, les nourrissaient au sein, ce que n’auraient jamais à faire les hommes. Cela, c’était l’inégalité naturelle de base dont découlaient toutes les autres et les femmes auraient beau faire, elles n’y changeraient rien.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   02 novembre 2012
Rien n’est plus facile que de faire d’un voleur un terroriste.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   02 novembre 2012
L’amour dans un couple, ce n’était pas que les sentiments et l’union des cœurs ; c’était aussi son accomplissement dans cette union des corps qui la complétait si agréablement. Le bonheur conjugal, c’était cela.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui
rkhettaoui   02 novembre 2012
Il arrive aux plus laids de se croire irrésistibles dès lors qu’ils ont le portefeuille bien garni.
Commenter  J’apprécie          10
sld09
sld09   01 octobre 2017
Cela n’allait pas recommencer, quand même ! Elle était vraiment d’une sensibilité ridicule ! Pourtant, Marie ne pouvait rien contre l’émotion qui l’envahissait et lui étreignait peu à peu la gorge. Pire, elle savait déjà qu’en dépit de tous ses efforts elle ne parviendrait pas à refréner les larmes qui perlaient à ses paupières. Mais il y avait de quoi ! La pauvre Fantine... Une vie pareille, c’était à mourir ! Elle jeta un regard furtif sur le côté et, tout en refermant son livre à regret, sortit son mouchoir et s’essuya discrètement les yeux avant de se moucher bruyamment.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   02 novembre 2012
Une épidémie frappait toujours à l’aveugle : un enfant échappait à la maladie, un autre en mourait, c’était la dure loi de l’existence.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui
rkhettaoui   02 novembre 2012
C’était ridicule à en pleurer ! Et bientôt à en mourir. Ce qui prouverait que le ridicule pouvait tuer quand il ne donnait pas envie de rire.
Commenter  J’apprécie          00




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox





    Quiz Voir plus

    Famille je vous [h]aime

    Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

    chien
    père
    papy
    bébé

    10 questions
    1088 lecteurs ont répondu
    Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre