AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Editions de Minuit

Les Éditions de Minuit sont une maison d'édition française, fondée par Jean Bruller et Pierre de Lescure en 1941, pendant l'Occupation allemande de la France

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Editions de Minuit



Dernières parutions chez Editions de Minuit


Dernières critiques
liberliber
27 mars 2017
Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
★★★★★
★★★★★
Pas de suspense dans « Article 353 du code pénal ». D'emblée, on sait que Martial Kermeur a tué Antoine Lazenec au cours d'une balade en mer en le jetant par-dessus bord.

Devant le juge, le quinquagénaire décrit le lent processus qui l'a conduit à commettre cet acte irréparable.

Dans les années 90, le Finistère est secoué par la crise économique et ses conséquences : licenciements, faillites... C'est la providence, selon les mots de Le Goff, le maire de la bourgade bretonne où se déroule le drame, qui envoie Antoine Lazenec, un promoteur dont « les chaussures à bouts pointus » auraient dû éveiller les soupçons. L'homme d'affaires propose rien de moins que transformer la rade de Brest en station balnéaire... Manipulé par l'escroc et poussé par le premier édile qui est son ami, Martial va placer ses maigres économies – 400 000 francs – correspondant à la prime de départ de l'arsenal pour lequel il travaillait dans le projet immobilier.

Cet homme effacé et sans grand caractère – sa femme l'a quitté sans qu'il réagisse – va prendre ses responsabilités et se redonner une dignité qu'il a perdue en se faisant manœuvrer avec beaucoup de naïveté. Cet honneur, il a besoin de le recouvrer pour prouver à Erwan, un ado qu'il élève seul, qu'il a du tempérament. Car son funeste destin a provoqué la colère de son fils qui n'a pas supporté l'humiliation.

Dans une atmosphère toute chabrolienne faite de phrases longues, de digressions et de métaphores, le dernier roman de Tanguy Viel, qui vient de décrocher le Grand Prix RTL-Lire 2017, est un petit bijou littéraire qui fait la part belle à la psychologie du narrateur et à sa conception de la vengeance et de la culpabilité. Récit social, s'il en est, il s'interroge sur la légitimité d'utiliser tous les moyens contre une société capitaliste, dont l'aigrefin serait l'incarnation humaine, qui se moque des petites gens.

Même si la réponse est immorale, on répond oui sans hésitation tant Martial personnifie le peu d'humanité qui est en nous.




Lien : http://papivore.net/litterat..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
krol-franca
25 mars 2017
Article 353 du code pénal de Tanguy Viel
« C’est une drôle d’affaire la pensée, n’est-ce pas ?



Ce n’est pas qu’il y ait long en distance du cerveau vers les lèvres mais quelquefois quand même ça peut vous paraître des kilomètres, que le trajet pour une phrase, ce serait comme traverser un territoire en guerre avec un sac de cailloux sur l’épaule, au point qu’à un moment la pensée pourtant ferme et solide et ruminée cent fois, elle préfère se retrancher comme derrière des sacs de sable. »





Et c’est tellement une drôle d’affaire la pensée de Martial Kermeur, qu’elle a besoin de longues phrases sinueuses pour s’exprimer, comme si le personnage réfléchissait profondément en parlant, pour chercher l’essence des choses.



Et quel texte que celui-ci ! Ce long monologue est envoûtant, la musique des mots est ensorcelante. Arrivée aux dernières pages, j’ai ralenti mon rythme de lecture pour rester encore un peu avec ce personnage si entier, si honnête, si touchant, si juste. Dans le langage simple des hommes du peuple, il utilise des métaphores éloignées des clichés. Bel exemple de la puissance du langage !



Ce roman est d’un réalisme forcené. On est à côté du juge, on écoute cette histoire avec intérêt, on est le juge, on comprend.



Mais que dit ce roman ? Quel en est le sujet ? Martial Kermeur est interrogé par un juge d’instruction. Il vient de tuer un homme en le jetant à la mer. Il raconte.



L’humanisme qui se dégage de ce texte fait plaisir et, en ces temps de crise politique où la plupart des hommes de pouvoir ont quelque chose à se reprocher, cette histoire nous permet d’espérer, de croire en une justice plus juste, plus équitable.



J’aime décidément beaucoup, beaucoup, cet auteur.




Lien : https://krolfranca.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Alarica
25 mars 2017
Ronce-rose de Éric Chevillard
★★★★★
★★★★★
On ne sait pas qui est Ronce-Rose, on la suppose petite fille, elle part à la recherche de son père, ou tuteur, Mâchefer, qui n'est pas rentré.

Plus que cette quête à laquelle on ne croit qu''à moitié, le livre est prétexte au dévoilement d'un univers enfantin, décalé, avec ses interrogations sur ce qu'elle peut écrire dans son carnet, sur les mots adéquats ou encore des tournures de phrases adorables, spécialité de l'auteur (ex : on peut aussi écrire cuiller, parce qu'elles se tordent facilement".

Le but de ce livre est donc plus de créer une voix que de nous raconter une histoire, et c'est plutôt réussi.

Le livre a des allures de contes et nous permet de passer un moment bien déconnecté du monde extérieur, c'est une lecture attachante, qui frôle l'absurde, une "littérature du rien", qui n'a pas vraiment de sujet mais s'attache à glorifier les bienfaits de l'imagination en les mettant à l'oeuvre.
Commenter  J’apprécie          00