AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.78/5 (sur 1417 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Alexandria (Alex) Marzano-Lesnevich est écrivaine et enseignante.

Fille de deux avocats, elle a obtenu son doctorat en droit à la Harvard Law School, où elle s'est concentrée sur des questions relatives à la peine de mort.

Elle est également titulaire d'un BA en sociologie de l'Université Columbia et d'une maîtrise en écriture documentaire de l'Emerson College.

Alexandria Marzano-Lesnevich est l’auteure de "L’Empreinte" ("The Fact of a Body: A Murder and a Memoir", 2017), salué par la critique, notamment par "The Guardian".

Ce premier récit littéraire lui vaut de remporter le Chautauqua Prize ainsi que le Lambda Literary Award for Lesbian Memoir en 2018. Alexandria Marzano-Lesnevich est la lauréate 2019 du Prix du livre étranger JDD/France Inter et du Grand prix des lectrices de Elle-Documents 2019.

Passionnée par l’écriture et le journalisme, elle a contribué à des journaux prestigieux.

Professeure de littérature anglaise au Bowdoin College, elle vit à Portland dans le Maine.

son site : http://alexandria-marzano-lesnevich.com/
page Facebook : https://www.facebook.com/AMLwriter/

+ Voir plus
Source : http://lf.aforementionedproductions.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Alex Marzano-Lesnevich   (1)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/ N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie. Un fait divers peut-il raviver des secrets de famille si douloureux que vous les aviez totalement oublié ? « L'Empreinte » , d'Alex Marzano-Lesnevich, c'est à lire en poche aux éditions 10/18.

Podcasts (1)


Citations et extraits (195) Voir plus Ajouter une citation
Dans les livres, je découvre la sourde vibration de tout ce qui est indicible. Les personnages pleurent comme je voudrais pleurer, aiment comme je voudrais aimer, ils crient, ils meurent, ils se battent la poitrine et ils braillent de vie.
Commenter  J’apprécie          400
[au cours d'un enterrement]
Je savais qu'il allait pleuvoir. Mais j'aime autant, au fond, parce que c'est comme si les anges dans le ciel pleuraient.
Commenter  J’apprécie          340
Il n'y a aucun moyen d'échapper aux souvenirs, pas lorsqu'ils viennent de l'intérieur.
Commenter  J’apprécie          330
Qui sait comment chacun trouve sa place dans une famille ? Les rôles sont-ils assignés ou choisis ? Et au demeurant, même entre frères et sœurs – même entre jumeaux –, on ne grandit pas dans la même famille. On n’a pas le même passé.
Commenter  J’apprécie          320
Je vous affirme qu’il y a des gens qui commettent des abominations, et qui savent pendant qu’ils les comettent que ce sont des abominations, mais qui, sur le moment, choisissent néanmoins de les commettre. Ricky est l’un d’entre eux. Ces gens ne sont absolument pas fous. Ils sont mauvais.
Commenter  J’apprécie          300
Qui sait comment chacun trouve sa place dans une famille ? Les rôles sont-ils assignés ou choisis ? Et au demeurant, même entre frères et sœurs – même entre jumeaux – on ne grandit pas dans la même famille. On n'a pas le même passé.
Commenter  J’apprécie          291
... je suis contre la peine de mort. La mort, c’est ce dont j’ai peur. La mort, c’est ce qui a emporté ma sœur ; la mort, c’est ce que les adultes redoutent pour mon frère ; la mort, c’est ce dont je fais des cauchemars. À travers les livres de ma mère et les histoires de mon père, j’ai commencé à envisager la Constitution comme un document d’espoir. La loi que j’aime tant peut donc imposer la mort ? Peu importent les raisons évoquées dans les livres de droit. C’est là que ça commence : avec horreur. À partir de cet instant, je serai toujours contre la peine de mort. 
Commenter  J’apprécie          260
Le deuil prend racine à l'intérieur des êtres.
Commenter  J’apprécie          271
Mon père laisse la clim à fond et j'ai beau me plaindre à lui et à ma mère, il refuse de m'écouter ou ne parvient pas à me croire. Et ce qu'il dit n'est pas faux : il a trop chaud et j'ai mal mais pourquoi irais-je penser que ma douleur doit l'emporter sur son inconfort!
C'est la logique à laquelle, je ne trouverai jamais d'explication : dans ma famille, une douleur ce sera toujours la mienne ou la tienne, à monter l'une contre l'autre et à mettre en balance, jamais une douleur collective, jamais une douleur de famille. Est-ce que ce qu'il se passe dans une famille est le problème de la famille ou le problème de celui ou de celle qui en est le plus affecté? Il a un coût ce genre d'individualisme antagoniste.



Page 179
Commenter  J’apprécie          240
Il n'existe pas d'histoire simple. Il n'existe pas d'histoire achevée.
Commenter  J’apprécie          260

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Alex Marzano-Lesnevich (1965)Voir plus

Quiz Voir plus

Des chansons pas bêtes...

Brassens : Gare au ...

Garou
Poulet
Gorille
Pigeon

12 questions
194 lecteurs ont répondu
Thèmes : animaux , chanson françaiseCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..