AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.09 /5 (sur 22 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Aux éditions Robert Laffont, Bernard Blangenois a publié deux romans : L'enfance est un éden violent (prix spécial du jury du prix du Levant et prix René-Fallet) et Une odeur de neige (prix Gironde du Deuxième Roman 1997, prix Mémoire d'Oc, prix Terre de France-La Vie, prix Lions International 1998).
.

Source : Robert Laffont
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Windvaan   10 février 2016
Peau d'encre de Bernard Blangenois
Le tatouage etait une empreinte, l'empreinte d'un rêve sur le corps.
Commenter  J’apprécie          296
domisylzen   09 janvier 2017
Le roi des orties de Bernard Blangenois
Elle s'ouvre en deux face à la glace, pétrit de ses doigts agiles la fine mouture du plaisir. Après la fougue vient la paix qui résonne. Elle est seule, alanguie dans l'écho de ses cris. Elle enfile une chemise, respire ses doigts mouillés. Qu'elle est bonne, cette odeur, c'est le monde et c'est la femme, le grand secret des dieux.

Commenter  J’apprécie          230
domisylzen   09 février 2017
Le roi des orties de Bernard Blangenois
Parles-tu parfois au Dieu qui est dans ton cœur ?

C'est cela que vous croyez, que Dieu est en nous ?

Où pourrait-Il bien être sinon ? Il vit en toi, et tu dois Le nourrir, Lui parler. Si tu t'ennuies, Il s'ennuie aussi, et bientôt te déserte.

Commenter  J’apprécie          231
domisylzen   11 décembre 2016
Le roi des orties de Bernard Blangenois
Peut-être les pensées sont-elles partout présentes dans l'univers, voletant éparses, ici et là, comme des papillons, et n'en sommes nous que les récepteurs.

Commenter  J’apprécie          200
domisylzen   05 décembre 2016
Le roi des orties de Bernard Blangenois
Le langage, d'un certaine façon, masque notre besoin éperdu de classer, de ranger, d'enfermer dans le rationnel, de mettre de l'ordre. Nous n'aimons pas l'inconnu. Ce n'est pas l'étranger qui fait peur, c'est l'inconnu qu'il représente.

Commenter  J’apprécie          160
Fleitour   29 août 2016
Une odeur de neige de Bernard Blangenois
Et partout et toujours cette odeur répandue qui n'en était pas une, une odeur crue et candide, immémoriale, l'odeur du Nord et des névés, une idée de propre, de net, d'ajournement.

p210
Commenter  J’apprécie          150
Fleitour   02 septembre 2016
Une odeur de neige de Bernard Blangenois
Dans cette répétition aveugle de blancs et de gris

désolés, des chênes bancroches et tout rogneux instal-

laient la vigoureuse graphie de leurs branches noires et

convulsées.

Ils avaient l'air en colère, désespérément en

colère, tandis que les hêtres fusaient vers les paludes du

ciel.

P122
Commenter  J’apprécie          110
Fleitour   01 septembre 2016
Une odeur de neige de Bernard Blangenois
Lorsqu'il avait dix ans, son père est mort en tombant d'un frêne

qu'il émondait pour la pâture des bêtes.

l'enfant est reste là longtemps.

Accroupi sur les talons, les bras passés autour de ses genoux osseux et nus comme les deux ailes d'un oiseau malade, il contemplait les minces filets de sang sinuant des oreilles et du nez, la vieille tête grise versée sur le côté dans l'or éteint des feuilles, les graviers du chemin.

Jamais touché, jamais vu de si près, nimbé du pâle soleil matinal, un énorme grain de beauté poilu sur sa joue comme une île, les dents gâtées par le tabac et le mauvais vin telle la denture d'un ancien ruminant, les mains informes, calleuses, crevassées, crochées sur une ultime poignée de terre.

P9
Commenter  J’apprécie          80
blandine5674   20 octobre 2015
Peau d'encre de Bernard Blangenois
Elle se mit au lit avec un lourd roman. Elle pensait que les écrivains doivent être des tatoueurs d'âmes. Elle attendait d'eux, et de leurs livres, une marque profonde, un ravissement, une griffe, quelque chose comme une brûlure qui aurait rendu le monde, sinon supportable, du moins adouci par l'illusoire proximité du réel.
Commenter  J’apprécie          80
Fleitour   30 août 2016
Une odeur de neige de Bernard Blangenois
Bart, Je me demandais... Qui pourra encore parler du hameau, de ceux qui y vivaient? Qui connaîtra leurs noms, leur histoire?

-Personne

-Je trouve ça terrible. L'oubli absolu.

p209 
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le jeu des titres

Quel animal est élégant pour Muriel Barbery ?

Le chat
Le hérisson
La taupe
L'écureuil

12 questions
7591 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur

.. ..