AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.51 /5 (sur 48 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint Germain-des-Prés , 1945
Biographie :

Née à Saint Germain-des-Prés, sixième enfant d’une famille qui en comptera dix, Brigitte Lozerec’h a pris pour pseudonyme le nom d’un lieu dit du Golfe du Morbihan.

Égarée dans la pléthore familiale, elle a trouvé par l’écriture le seul moyen d’exprimer ses désarrois et ses interrogations après des années de graves conflits parmi les siens.

Elle choisit pendant dix ans le secrétariat volant pour réserver son temps libre à l’écriture entre deux missions. D'où le titre de son premier livre publié en 1982, L'Intérimaire, qui connut un immense succès de librairie : elle y a touché le tabou encore jamais abordé si clairement de l’inceste dévastateur entre frères et sœurs.

Depuis elle a publié six romans et une biographie sur explorateur polaire Ernest Shackleton.

Le 5 mars 2009 est sorti son nouveau roman : Trait pour traits aux éditions Belfond.

Elle a été directeur scientifique de l’exposition « SURVIVANTS DES GLACES / Avec Shackleton vers le pôle Sud », inaugurée le 10 décembre 2006 à La Corderie Royale de Rochefort-sur-mer.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Brigitte Lozerec`h   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Brigitte Lozerec'h : trait pour traits


Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
moravia   12 octobre 2014
L'intérimaire de Brigitte Lozerec'h
Je n'ai qu'une crainte, c'est d'être fondue dans un mouvement de foule, un mouvement de pensée, une mode, un troupeau qui sort d'un même métro pour entrer sous différents porches d'une même rue et monter des escaliers, pousser une porte, saluer des collègues et s'asseoir à un bureau pour huit heures.
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24   06 juin 2021
Au diable Pauvert de Brigitte Lozerec'h
Il parle de sa relation singulière avec cet objet qu'est le livre: feuilles de papier imprimées qui véhiculent des phrases creuses d'un auteur qui n'avait rien à dire ou bien qui vous ouvrent à un univers singulier habité par des forces et des pensées puissantes qui bousculent le repos de l'esprit. D'autres nous apprennent à regarder ce que nous ne savons pas voir, mais qui est autour de nous. Cet objet a gouverné sa vie (...) (p. 170)
Commenter  J’apprécie          140
fanfanouche24   06 juin 2021
Au diable Pauvert de Brigitte Lozerec'h
Chanter allège le poids du présent et de la solitude. La poésie et le chant aident à supporter la vie. (p. 99)
Commenter  J’apprécie          120
fanfanouche24   05 juin 2021
Au diable Pauvert de Brigitte Lozerec'h
En écrivant, j'avais voulu ébranler les consciences de ceux qui encadraient la jeunesse, curés et bonnes soeurs compris, surtout eux. J'avais voulu dénoncer les familles nombreuses soumises aux Eglises et soucieuses de leur belle image d'unité. (p. 81)
Commenter  J’apprécie          110
fanfanouche24   07 juin 2021
Au diable Pauvert de Brigitte Lozerec'h
L'hypocrisie de la censure autorisait l'impression de livres licencieux , mais en interdisait la publicité, l'affichage et l'exposition sur les présentoirs ou dans les vitrines. C'était assurer ainsi la mort des livres, dont Histoire d'O qu'il a publié au mitan des années cinquante. Quand ce livre connaîtra le succès, les éditions Hachette auront acheté sa maison d'édition et récolteront la petite fortune qu'il rapportera. Pourvu seulement que son nom reste attaché à l'aventure de la publication originale, supplié-je le Grand Manitou. (p. 158)
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   04 juin 2021
Au diable Pauvert de Brigitte Lozerec'h
L'envie de tuer ne m'est pas passée. Mieux vaut le faire dans un livre, c'est plus prudent. Encore que même les mots peuvent assassiner...autant ne pas naître. Cela éviterait les défaites de la vie, la médiocrité qui nourrissent la rancune. Pourtant , les cancres, les paumés, les vaincus, les déshérités devraient se rappeler qu'au moins une fois dans leur vie, ils ont été gagnants. (...)

Toujours la course. Chacun, riche ou misérable, a donc été en tête au moins une fois dans le mouvement infini de la création. (p. 13)
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   07 juin 2021
Au diable Pauvert de Brigitte Lozerec'h
Malgré les heures d’ennui profond au creux des matins mous, je savourais quelque chose de nouveau dont j’avais été assoiffée toute ma vie : l’harmonie, les libres conversations avec l’homme que j’avais espéré rencontrer un jour de mes vingt ans et qui se livrait tout à fait au fil du temps, harmonie d’un partage que je n’aurais su définir. D’accord ou pas d’accord, même douloureux, les mots avec lui n’étaient pas contournés. Il n’avait jamais eu de complaisance, mais je n’avais pas su reconnaître naguère son invitation à cette liberté puisque je n’avais connu que l’enfermement moral qu’imposent l’Eglise et l’éducation des petits-bourgeois. Nos échanges touchaient maintenant à l’essentiel. (…) Ce n’était plus l’élan de la jeunesse avide d’étreintes, et je me demande si ce n’était pas maintenant que je connaissais l’amour. (p. 175)
Commenter  J’apprécie          90
fanfanouche24   05 juin 2021
Au diable Pauvert de Brigitte Lozerec'h
[Massif des Maures ]

Là, une Chartreuse en ruine, tel un vaisseau de pierre du XIIe siècle, avait péri au long de son odyssée immobile à travers les siècles. Ses ruines nous laissèrent un long moment sans voix, regard vers l'infini, nous étions dans la grandeur des choses et de l'esprit. L'immensité nous appartenait. (p. 59)
Commenter  J’apprécie          80
Natacha851   25 novembre 2012
La Permission de Brigitte Lozerec'h
Je demeurais glacée dès que l'on m'approchait de trop près, dans l'espoir d'un instant d'intimité.

En privée, je n'avais aucune présence, je n'étais personne.

Dans le groupe, je me renouvelais sans cesse.
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24   05 juin 2021
Au diable Pauvert de Brigitte Lozerec'h
L'habitude que nous avions prise de nous retrouver dans les restaurants et les bars pour parler d'écriture, de lectures, des relations entre hommes et femmes, de l'évolution des moeurs et autres sujets sur l'aventure humaine passée, présente et à venir, et même le jardinage, cette habitude devait finir par déverrouiller la lourde porte de ma geôle. (p. 40)
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Elle s'appelait Sarah

Quel est le métier de Julia Jarmond ?

photographe
journaliste
écrivain
professeur

18 questions
151 lecteurs ont répondu
Thème : Elle s'appelait Sarah de Tatiana de RosnayCréer un quiz sur cet auteur