AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.71 /5 (sur 10159 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Angers , le 17/04/1911
Mort(e) à : Angers , le 17/02/1996
Biographie :

Hervé Bazin, de son nom de naissance Jean-Pierre Hervé-Bazin, est un écrivain et poète français.

L'un de ses grands-pères est Ferdinand Hervé-Bazin (1847-1889). Né Ferdinand-Jacques Hervé , il avait ajouté le nom de celui de son épouse Marie-Claire Bazin. Auteure de plusieurs romans sous le pseudonyme de Jacques Bret, elle est la sœur aînée de l'écrivain catholique angevin René Bazin (1853-1932).

Hervé Bazin passe son enfance dans le Maine-et-Loire, à Marans. L'année de ses vingt ans, il rompt avec sa famille, et part étudier à la faculté de lettres de la Sorbonne. En parallèle de ses études, il exerce de nombreux petits métiers et écrit de la poésie, durant une quinzaine d'années.

En 1947, il obtient le prix Apollinaire pour "Jour", son premier recueil de poèmes, qui sera suivi d'"À la poursuite d'Iris" en 1948. Sur le conseil de Paul Valéry, il se détourne alors de la poésie pour se consacrer à la prose.

Les rapports conflictuels qu'il a eus avec sa mère pendant son enfance lui inspirent le roman "Vipère au poing" en 1948. Ce roman connait un immense succès après-guerre et est suivi de nombreux autres qui décrivent, avec un certain naturalisme et un art du portrait psychologique, les mœurs de son époque. D'autres romans ont comme héros les personnages de "Vipère au poing" : "La mort du petit cheval" (1950) et "Cri de la chouette" (1972), adapté à la télévision en 1986.

Hervé Bazin est considéré comme "le romancier de la famille", thème commun et central à bon nombre de ses romans. On lui doit également quelques recueils de nouvelles et quelques essais, comme "Ce que je crois" en 1977.

Hervé Bazin devient membre de l'Académie Goncourt en 1960, élu au couvert de Francis Carco. Il en devient président en 1973.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Hervé Bazin   (37)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Et si l'amour ne dépendait pas de l'oedipe mais de la relation originelle tissée avec la mère ? Et s'il existait un autre amour délesté de notre histoire ? Traversons les mythes et les périodes grecque et romaine. Allons à la rencontre de l'amour dans l'art avec Camille Claudel et Auguste Rodin. Quel est l'avenir amoureux des Hommes qui n'ont pas eu de terre maternelle pour apprendre à aimer ? Nous interrogerons la biographie d'Hervé Bazin et celle d'Honoré de Balzac à la recherche d'une relation maternelle déterminante pour leur vie d'homme. Nous ferons un détour du côté de différentes correspondances pour y interroger le trio amoureux. Puis nous rejoindrons Jacques Lacan sur les îles Borromées. Ensuite viendra la question de l'amour virtuel à travers le cinéma et les sites de rencontre. Mais peut-on enfermer l'amour dans une théorie? Voir le livre : https://cutt.ly/rLxd6wi ------------------------------------------------------------------------------------------------------- Véronique Marchiset est psychologue clinicienne et psychanalyste. ------------------------------------------------------------------------------------------------------- Suivez-nous Instagram : https://www.instagram.com/editions.ha... Twitter : https://twitter.com/HarmattanParis Facebook : https://www.facebook.com/Editions.Har...

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (898) Voir plus Ajouter une citation

Cette vipère, ma vipère, dûment étranglée, mais surtout renaissante, je la brandis encore et je la brandirai toujours, quel que soit le nom qu'il te plaise de lui donner : haine, politique du pire, désespoir ou goût du malheur ! Cette vipère, ta vipère, je la brandis, je la secoue, je m'avance dans la vie avec ce trophée, effarouchant mon public, faisant le vide autour de moi. Merci ma mère ! Je suis celui qui marche, une vipère au poing.

Commenter  J’apprécie          1325

J'entre à peine dans la vie et, grâce à toi, je ne crois plus à rien, ni à personne. [...]Celui qui n'a pas cru en sa mère, celui-là n'entrera pas dans le royaume de la terre. Toute foi me semble une duperie, toute autorité un fléau, toute tendresse un calcul. Les plus sincères amitiés, les bonnes volontés, les tendresses à venir, je les soupçonnerai, je les découragerai, je les renierai. L'homme doit vivre seul. Aimer, c'est s'abdiquer. Haïr, c'est s'affirmer. Je suis, je vis, j'attaque, je détruis.

Commenter  J’apprécie          1132
Hervé Bazin
C' est toujours maintenant que tout commence .
Commenter  J’apprécie          914

Nous étions installés sur nos rancunes, comme les fakirs sur leurs lits de clous.

Commenter  J’apprécie          873

Où peut-on être mieux qu'au sein d'une famille ? Partout ailleurs !

Commenter  J’apprécie          730

Nous partageons tout, hormis le privilège de la virilité, que le ciel lui a refusé par inadvertance et qu'elle usurpe allègrement. Il n'est aucun sentiment, aucun trait de mon caractère ou de mon visage que je ne puisse retrouver en elle. Mes trop grandes oreilles, mes cheveux secs, ma galoche de menton, le mépris des faibles, la méfiance envers la bonté, l'horreur du mièvre, l'esprit de contradiction, le goût de la bagarre, de la viande, des fruits et des phrases acides, l'opiniâtreté, l'avarice, le culte de ma force et la force de mon culte… Salut, Folcoche ! Je suis bien ton fils si je ne suis pas ton enfant.

Commenter  J’apprécie          660

Tu es né Rezeau, mais , par chance, on ne t'a pas appris l'amour de ce que tu es. Tu as trouvé à ton foyer la contre-mère dont les deux seins sont acides. La présure de la tendresse, qui fait cailler le lait dans l'estomac des enfants du bonheur, tu ne la connais pas. Toute la vie, tu vomiras cette enfance, tu la vomiras à la face de Dieu qui a osé tenter sur toi cette expérience. Que ce soit la haine ou que ce soit l'amour, disais-tu ? Non ! Que ce soit la haine !

Commenter  J’apprécie          590

"Rien n'est plus désagréable que de découvrir en soi les défauts que nous reprochons à autrui."

Commenter  J’apprécie          590

Nous n'avions, en effet, jamais vu la mer, bien que La Baule ne se trouve qu'à cent kilomètres de la Belle Angerie. La famille estimait inutiles et même immorales les trempettes mondaines en eau salée, toute viande dehors. L'horreur du nu et tenace en Craonnais. La peur de l'eau également, tant qu'elle n'est pas bénite. L'éducation en vase clos - en ciboire, dira Frédie - ne permettait aucune fréquentation dangereuse. Chacun sait que sur les plages, on est obligé de se commettre plus ou moins avec les boutiquiers enrichis et la canaille des congés payés. Et puis, enfin, ça coûte cher.

Commenter  J’apprécie          570

Il faut se résigner à n'avoir qu'une pensée d'homme, à mesurer l'univers avec ce millimètre.

Commenter  J’apprécie          562

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

Hervé Bazin

Né à Angers en ...

1901
1911
1921
1931

12 questions
51 lecteurs ont répondu
Thème : Hervé BazinCréer un quiz sur cet auteur