AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.92 /5 (sur 175 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Née en 1962, Elise Thiébaut, signaléticienne et auteure, a d’abord travaillé dans la presse comme journaliste et secrétaire de rédaction, pour divers supports grand public ou institutionnels. Elle a ensuite collaboré avec plusieurs agences de communication à Paris, en qualité de conceptrice-rédactrice : Anatome, e/n/t/design, Acte-là... Depuis 1991, elle a développé une expertise particulière en matière de signalétique, en participant, au sein d’une équipe pluridisciplinaire, à la conception de la signalétique d’orientation et d’information du Musée du Louvre, projet terminé en 2001. Elle a participé à divers pro¬jets de signalétique ou d’exposition, notamment pour la RATP, puisqu’elle est l’auteure de 150 panneaux sur l’histoire du métro installés de façon permanente dans les stations, mais aussi pour le Musée de Sarran, le Musée de l’assistance publique ou le Conservatoire national des arts et métiers. Depuis 2004, elle intervient comme chargée de cours à la Head–Genève, pour l’animation d’ateliers de signalétique ou de communication. Elle a publié plusieurs livres, notamment Le Guide pratique de l’apocalypse (nouvelles) aux Editions Quintette, Le Théâtre du feu (essai), chez Actes Sud, Mokhtar et le Noyer centenaire (récit pour enfants), chez Larousse, ou encore Le Pacte d’Awa (ouvrage documentaire destiné aux adolescents), sur les mutilations sexuelles, chez Syros.
Elise Thiébaut est journaliste à Clara Magazine, le journal de Femmes solidaires,. Elle appartient par ailleurs à l’association "Avocats sans frontières-France" et a contribué particulièrement au projet "Défense de lapider" au Nigeria, dans l’affaire Amina Lawal
+ Voir plus
Source : http://head.hesge.ch et http://sisyphe.org
Ajouter des informations
Bibliographie de Elise Thiébaut   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Elise Thiébaut vous présente son ouvrage "L'amazone verte : le roman de Françoise d'Eaubonne" aux éditions Charleston. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2504815/elise-thiebaut-l-amazone-verte-le-roman-de-francoise-d-eaubonne Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
Ziliz   26 janvier 2017
Ceci est mon sang de Elise Thiébaut
En août 2015 [... une étude indépendante] révèle la présence de vingt à trente composants chimiques différents dans les spécimens analysés [six références de tampons des marques Nett, Tampax et Casino], dont on ne trouve aucune mention sur les emballages. Car, rappelons-le, les produits d'hygiène corporelle ne sont pas soumis à la même législation que celle qui s'applique pour les cosmétiques destinés à entrer en contact direct avec la peau* et à y demeurer plus de huit heures. La seule législation dont ils dépendent est celle relative à la fabrication du papier, si bien qu'ils ne sont contrôlés par aucune autorité sanitaire.

(p. 115)

[* alors même que les capacités d'absorption des muqueuses sont largement supérieures à celles de la peau]
Commenter  J’apprécie          205
Ziliz   09 février 2017
Ceci est mon sang de Elise Thiébaut
A cette époque [XVIIe siècle], on pense en effet que l'être humain complet est contenu en miniature dans le sperme, le sang menstruel se contentant de le nourrir jusqu'à la naissance - et même après, sous la forme du lait maternel qui en serait, d'après ces théories, la transformation, ce qui expliquerait que les règles ne s'écoulent pas quand on donne le sein à son enfant.

(p. 219)
Commenter  J’apprécie          200
Ziliz   17 janvier 2017
Ceci est mon sang de Elise Thiébaut
A ceux qui ne considèrent pas la protection hygiénique comme un produit de première nécessité, j'aimerais rappeler que c'est une des premières choses que demandent les femmes qui vivent dans la rue, dans des zones de guerre ou de grande pauvreté. Parce qu'elles ne disposent pas de protections, des millions d'écolières dans certains pays d'Afrique ne vont tout simplement pas à l'école quand elles ont leurs règles, et utilisent, selon un rapport de l'Unesco, des feuilles sèches, de la boue, de la bouse, des peaux d'animaux, des chiffons ou du papier hygiénique qui les exposent non seulement à l'inconfort, mais aussi aux infections, à plus forte raison quand elles ont été victimes de mutilations sexuelles.*

(p. 125)

* Comme 200 millions de femmes dans le monde, selon les statistiques de l'OMS dans son 'Aide-Mémoire' publié en février 2016.
Commenter  J’apprécie          196
Ziliz   22 janvier 2017
Ceci est mon sang de Elise Thiébaut
En Europe, les castrats ont connu leur âge d'or à l'opéra au XVIIe siècle, avec l'assentiment de l'Eglise qui voulait ainsi interdire aux femmes de se produire sur scène en les remplaçant par des hommes castrés. Sans vouloir diminuer l'importance du sacrifice cruel que cela a dû représenter pour les petits garçons à qui l'on coupait les testicules à l'âge de sept ans, il semblerait donc que, là aussi, il se soit agi de prendre la place des femmes, en s'appropriant, au sens propre, leur voix. La castration à des fins d'opéra n'a été interdite en France qu'en 1770.

(p. 80)
Commenter  J’apprécie          180
Ziliz   08 février 2017
Ceci est mon sang de Elise Thiébaut
[...] après les injections et masturbations d'usage, je fus inséminée un dimanche par un interne italien qui sifflotait 'Avanti o popolo alla riscossa, bandiera rossa trionfera' * tout en poussant sur la seringue qui envoyait les spermatozoïdes de Monsieur Poignet dans mon utérus. L'infirmière me tenait la main en souriant, et m'affirma qu'après les avoir examinés au microscope, elle les trouvait « très sympas ». Je ne savais pas qu'on pouvait distinguer le caractère des spermatozoïdes au microscope. [...]

Neuf mois plus tard ou quasi, je donnais naissance à une petite fille porteuse du patrimoine génétique « très sympa » - même si à l'adolescence ce côté de son caractère s'atténua quelque peu, sans doute en raison du versant maternel sur lequel personne n'avait jugé bon de faire des remarques encourageantes lors des séances de monitorage.

(p. 203-204)

* 'En avant ô peuple, à la révolte, le drapeau rouge triomphera !'
Commenter  J’apprécie          174
Ziliz   15 janvier 2017
Ceci est mon sang de Elise Thiébaut
Pourquoi avons-nous besoin d'un endomètre [muqueuse interne de l'utérus] aussi épais pour accueillir l'embryon ? Ce qui se passe à l'intérieur d'un utérus est une aventure de tous les instants : il y a d'abord la phase de desquamation pendant les règles, puis la phase de régénération, du 5e au 8e jour. Ensuite, ça s'emballe avec la phase de prolifération, puis la phase de transformation glandulaire, et enfin la phase de sécrétion glandulaire. Dans l'intervalle, l'endomètre passe de 0.5 mm au 5e jour du cycle à 3 mm au moment de l'ovulation, puis à 5 mm juste avant les règles. C'est un peu comme si vous décidez de refaire votre salle de bains tous les mois, en enlevant d'abord les enduits et papiers peints, puis en ponçant, en enduisant de nouveau, en repeignant une ou deux couches, voire trois, sans oublier le carrelage et la déco. Et puis à la fin, non, vous recommencez tout.

(p. 23)
Commenter  J’apprécie          170
Ziliz   23 janvier 2017
Ceci est mon sang de Elise Thiébaut
Ma première rencontre avec un tampon hygiénique a eu lieu en 1973, deux ans avant que j'aie mes règles. Mon frère, alors âgé de huit ans, avait trouvé dans le placard de ma mère une boîte de Tampax et s'en était servi comme canons pour jouer aux petits soldats. Ma mère jugea que le moment était venu de nous expliquer ce qu'était les menstruations. Mon frère en tira cette conclusion qui nous fait encore rire aujourd'hui : « Donc si je vois un jour une femme qui saigne, ça ne veut pas dire qu'elle a été assassinée ? »

Plusieurs hommes m'ont raconté depuis leur traumatisme d'avoir vu, par hasard, du sang couler d'entre les jambes de leur mère, et l'angoisse qu'ils avaient éprouvée à l'idée que les femmes - toutes les femmes ! - perdaient du sang comme ça, régulièrement, sans pleurer et sans demander un pansement. « Je ne pouvais pas m'ôter de l'idée que quelque chose ou quelqu'un avait fait mal à ma mère », me dit ainsi un ami, qui ne peut écouter la chanson de Léo Ferré, 'Cette blessure' *, sans pleurer à chaudes larmes. Mon frère, en apprenant que des femmes saignaient, avait d'ailleurs annoncé son projet d'aller combattre cet ennemi imaginaire qui s'attaquait à elles, ce qui permettait par la même occasion de conserver au jouet périodique son usage initial d'arme fatale.

Ma mère, qui avait déjà perdu une boîte entière de tampons dans la guerre secrète qu'il menait avec ses petits soldats, changea de cachette, le privant ainsi d'un usage récréatif du Tampax...

(p. 97)



* https://www.youtube.com/watch?v=heKPfMEQXIY ♪♫
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          166
Ziliz   20 janvier 2017
Ceci est mon sang de Elise Thiébaut
Quand j'étais adolescente, l'expression la plus courante pour dire qu'on avait ses règles dans mon cercle était 'les Anglais ont débarqué'. Je croyais comme tout le monde que cette phrase faisait référence au débarquement de juin 1944 sur la côte normande, mais l'expression remonte en fait à la guerre de 1815 quand les Français ont perdu la bataille de Waterloo [...]. Les Britanniques qui occupèrent alors la France avaient un uniforme rouge, ce qui donna naissance à cette comparaison ironique. Dans certaines familles, les Anglais avaient été remplacés par l'Armée rouge, mais je ne crois pas que mes parents [communistes] auraient supporté que je souille d'une référence à mes menstrues l'héroïsme soviétique qui nous avait sauvés du nazisme.

Aujourd'hui encore, on dit en Belgique ou en Grèce que les Russes sont arrivés, tandis qu'aux Pays-Bas on 'hisse le drapeau rouge', voire le 'drapeau japonais'. Les Hollandais aiment dire que 'La Ferrari est devant la porte' ou que c'est 'le moment des torpilles', en référence aux applicateurs des tampons hygiéniques. Le lexique populaire est riche de formules menstruelles imagées : avoir ses fleurs, ses coquelicots, ses jours, ses lunes, son rosaire pour les plus poétiques, son ketchup ou son coulis de tomates pour les plus gourmandes. A l'étranger, on reçoit souvent de la visite : d'une mémé en Pologne, d'une tante aux Etats-Unis ('Aunt Flo', avec un jeu de mot sur 'flow', qui signifie 'flux'), d'un cousin en Allemagne ou d'un marquis en Italie.

(p. 63-64)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Ziliz   15 janvier 2017
Ceci est mon sang de Elise Thiébaut
Comme l'écrivait avec humour la féministe américaine Gloria Steinem au début des années 1980, si elles arrivaient aux hommes et non aux femmes, « les règles deviendraient un événement masculin enviable et digne de fierté. Les hommes se vanteraient de la durée et du flot. Les garçons marqueraient l'arrivée de leurs règles, ce symbole tant attendu de virilité, avec des célébrations religieuses, et des fêtes strictement masculines. Le Congrès créerait un Institut national de dysménorrhée pour combattre les douleurs menstruelles et le gouvernement fournirait les fonds pour des protections sanitaires gratuites. » *

Seulement voilà : ce sont les femmes qui ont leurs règles et non les hommes. Et le coeur de l'affaire est peut-être bien dans cette répartition malheureuse.

(p. 9)

* Gloria Steinem, 'Outrageous Acts and Everyday Rebellions', Henry Holt and Compagny, New York, 1995 (1983)
Commenter  J’apprécie          142
Ziliz   17 janvier 2017
Ceci est mon sang de Elise Thiébaut
La glaire cervicale est épaisse et blanche en début de cycle, alors qu'elle devient filante et transparente comme du blanc d'oeuf au moment de l'ovulation, puis s'épaissit de nouveau après en devenant jaune, jusqu'aux règles. La méthode Billings consiste à prélever chaque jour cette glaire sur son doigt pour en évaluer la fluidité, la transparence et l'élasticité (à tester entre le pouce et l'index sur cinq centimètres), indices d'ovulation en cours. Il va de soi que la perspective de se fourrer un doigt tous les matins pourrait présenter un avantage érotique en théorie, cependant la partie ludique de l'exercice est fortement contrebalancée par la nécessité de contrôler visuellement la qualité de ladite glaire avant le petit déjeuner. La procédure ressemble en pratique davantage au contrôle du niveau d'huile d'une voiture qu'à un préliminaire amoureux.

(p. 162)
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les séries adaptées de romans ...

Série très célèbre adaptée d'une série de romans de George R R Martin .... Indice : ils s’entre-tuent tous pour le royaume des 7 couronnes.

The Walking Dead
Game of Thrones
La servante écarlate
Sherlock

12 questions
494 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , série tv , américain , françaisCréer un quiz sur cet auteur