AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.78 /5 (sur 25 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bone (Algérie) , le 23/08/1960
Biographie :

Gilles-Éric Séralini est professeur de biologie moléculaire et chercheur à l'Institut de biologie fondamentale et appliquée (IBFA) de l'Université de Caen et co-directeur du Pôle Risques de l'Université de Caen (pôle associé au CNRS).

Il est également président du conseil scientifique du Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN).

Il est expert depuis 1998 pour le gouvernement français, l'Union européenne et plus récemment pour le Canada et l'Inde.

En 2003, la Commission du génie biomoléculaire a refusé à plusieurs reprises de rendre public les comptes-rendus détaillés des réunions où il évaluait les OGM destinés à être commercialisés en Europe.

Gilles-Éric Séralini est le premier à avoir réalisé des tests statistiques indépendants sur des produits de la firme Monsanto. Il a prouvé que le maïs Monsanto MON 863 provoque des signes de toxicité hépatique et rénale chez les animaux qui en consomment.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Plaisirs cuisinés ou poisons cachés | Gilles-Éric Séralini et Jérôme Douzelet Gilles-Éric Séralini et Jérôme Douzelet présentent "Plaisirs cuisinés ou poisons cachés" paru en novembre 2014 dans la collection Domaine du possible. -- En savoir plus sur le livre...
Podcasts (1)


Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleil   20 septembre 2015
Tous cobayes ! de Gilles-Eric Séralini
Le soja

Plante génétiquement modifiée la plus cultivée au monde, c'est aussi celle qui a le plus de chances de se glisser à notre insu dans l'alimentation par le biais des produits alimentaires industriels.



La lécithine de soja est utilisée comme agent émulsifiant ou stabilisant dans 60 à 80 % des aliments transformés. Elle est susceptible de contenir des résidus de pesticides.
Commenter  J’apprécie          120
petitsoleil   23 septembre 2015
Tous cobayes ! de Gilles-Eric Séralini
L'Europe dépend, pour l'élevage intensif, des importations de soja en provenance du continent américain, sur lequel la séparation nette des filières OGM et sans OGM n'est pas encore acquise.



Rappelons que

60 % du soja mondial provient de plantes génétiquement modifiées

et qu'un cinquième seulement du soja importé par la France est certifié sans OGM. (...)



Toutefois, les règles d'étiquetage en vigueur en Europe ont permis de limiter considérablement l'entrée des OGM en Europe (ils occupent 0,5 % des surfaces cultivées), à l'exception des importations de soja au Round-up.
Commenter  J’apprécie          90
petitsoleil   20 septembre 2015
Tous cobayes ! de Gilles-Eric Séralini
La rentabilité économique des OGM - qui repose essentiellement sur les subventions accordées par les Etats - serait compromise si leurs fabricants étaient obligés de pratiquer les tests très coûteux qui seuls assureraient de leur innocuité.



(...) Voilà beaucoup de raisons pour que les industriels cherchent à contourner les tests. Les réaliser prendrait assurément du temps, augmenterait les coûts et ralentirait la course aux brevets. Leurs résultats risqueraient de freiner encore plus les choses : les zones d'ombre éventuelles obligeraient à pratiquer d'autres tests, prolongeant les délais et occasionnant de nouvelles dépenses. (...)



Or, les produits transgéniques ne peuvent pas se permettre d'être plus chers que les autres sur le marché. Qui, alors, les achèterait ?

Le consommateur ne voudrait pas payer plus cher des produits qui n'offrent ni une meilleure qualité gustative ni un avantage diététique.
Commenter  J’apprécie          70
LSH   02 novembre 2012
Tous cobayes ! de Gilles-Eric Séralini
Quand on sait que les huit plus grandes compagnies pharmaceutiques du monde sont liées aux fabricants de pesticides, de produits chimiques et d'OGM ou bien en fabriquent elles-mêmes, il y a de quoi se demander si elles ne font pas coup double, ajoutant aux profits générés par les produits agro-alimentaires et ménagers ceux des médicaments dont l'usage des premiers crée le besoin. Le marché des produits pharmaceutiques croît et rapporte à proportion des conséquences sanitaires de la commercialisation des produits toxiques. On comprend alors pourquoi les entreprises ont intérêt à ce que l'évaluation demeure approximative.
Commenter  J’apprécie          60
Dixie39   23 novembre 2014
Génétiquement incorrect de Gilles-Eric Séralini
Il est grand temps de créer l'écogénétique et de laisser respirer la science, afin de stimuler des études sur les effets de l'environnement sur les gènes et ceux des OGM sur la santé et la biosphère. Le travail de recherche, le vrai, ne se limite pas à débobiner une pelote dorée, sous le contrôle des multinationales. La science doit se tenir debout, sans la contrainte ni l'obsession d'être immédiatement rentable, veillant tel un guetteur sur l'écosystème et sur l'humanité.
Commenter  J’apprécie          50
Dixie39   23 novembre 2014
Génétiquement incorrect de Gilles-Eric Séralini
C'est une science réductionniste et non intégrative, avec trop peu d'esprit de synthèse, qui est véhiculée par les décideurs. Le déséquilibre entre les sciences au pouvoir y contribue, mais d'autres paramètrent jouent.

On observe souvent un décalage saisissant entre la réalité du savoir (nos élaborations de notions restent bien fragiles face à l'étonnante complexité de la vie) et ce qui est parfois affirmé publiquement par certains groupements scientifiques ou économiques, est repris par des politiques à seule fin d'exploiter la crédulité et la générosité populaires, en agitant les hochets des miracles. Évoquons par exemple les promesses de lutte contre la sécheresse grâce aux OGM, ou l'annonce de la découverte des gènes de maladies rares, et encore les avancées fumeuses sur les clonages humains.
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleil   20 septembre 2015
Tous cobayes ! de Gilles-Eric Séralini
Les dioxines, certains dérivés de plastique et certains pesticides ayant une structure chimique en grande affinité avec les graisses y pénètrent et y restent, y compris dans le sein ou le cerveau.

Ces substances sont souvent fabriquées pour ne pas se dissoudre facilement dans l'eau, ce qui rend difficile leur élimination par l'urine et la transpiration.



(...) Les tests sur lesquels on se fonde pour autoriser l'utilisation de ces poisons ne prennent donc en compte ni l'effet global du produit commercialisé, ni ses effets chroniques ou cumulés dans le temps, ni les effets de synergie

(il n'est pas exclu, en effet, que la présence de divers produits dans l'environnement combine leurs actions respectives d'une façon encore plus néfaste pour l'organisme vivant).
Commenter  J’apprécie          40
LSH   02 novembre 2012
Tous cobayes ! de Gilles-Eric Séralini
(...) Décision très discutable dans la mesure où, permettant un emploi massif des pesticides, les plantes transgéniques en absorbent davantage que les plantes conventionnelles. Aux États-Unis, on autorise jusqu'à 400 mg/kg de résidus de Roundup dans les plantes OGM (alors qu'avant les OGM le seuil était de 1 mg/kg dans les pays à réglementation). Alors que Monsanto préconise de "tenir [cet herbicide] hors de portée de l'alimentation, même des animaux".

(...) L'histoire ne s'arrête pas là pour les plantes faites pour mieux tolérer un herbicide. En 2012, la firme Dow Chemical a demandé au gouvernement américain l'autorisation de mise sur le marché d'un maïs tolérant à l'agent orange!
Commenter  J’apprécie          40
Dixie39   23 novembre 2014
Génétiquement incorrect de Gilles-Eric Séralini
Ce livre, premier bilan sur les mystères révélés par le génome humain, voudrait aussi attirer l'attention sur un fait encore trop négligé : les gènes ne vivent pas dans un théâtre fermé où règneraient à la fois hasard et prédétermination. Au contraire, ils sont en interaction constante avec l'environnement qui exerce une influence capitale sur leur évolution. Ainsi comprendre la genèse des maladies, envisager leur prévention et leur traitement exigent de prendre en compte la puissance de ce grand maître des cérémonies. Il est peut être temps de créer une nouvelle discipline qui étudierait les modifications des gènes par l'environnement, "l'écogénétique".
Commenter  J’apprécie          40
petitsoleil   20 septembre 2015
Tous cobayes ! de Gilles-Eric Séralini
J'apprécie et trouve utiles les connaissances et les médicaments générés par les OGM de laboratoire (insuline, hormone de croissance ...) qui ne se répandent pas dans l'environnement.

Mais, à mes yeux, cela n'autorise pas à prendre les champs des agriculteurs et les assiettes des consommateurs pour la paillasse des scientifiques, en y mettant les OGM les plus mal faits qui soient.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur



.. ..