AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.97 /5 (sur 17 notes)

Biographie :

Georges Florent, qui devait ajouter aux noms de son grand-père et de son père celui de son arrière-grand-père maternel l'évêque de Langres, Grégoire (mort en 539 environ), naquit à Clermont en Auvergne le 30 novembre 538 (ou 539).

Il appartenait à la vieille noblesse gallo-romaine, mais sa famille ne dédaignait pas de servir les rois barbares. Son père mourut jeune. Grégoire fut élevé par sa mère, qui s'était installée près de Cavaillon, puis par son oncle l'évêque de Clermont, Gall (mort en 551), enfin par l'archidiacre Avit.

De santé fragile, Grégoire attribua à des saints plusieurs guérisons qu'il estimait miraculeuses; il avait quatorze ans quand saint Allyre le délivra de douleurs d'estomac, vingt-quatre lors de son premier pèlerinage à Tours, où Saint Martin le débarrassa de pustules malignes.

Il séjourna ensuite, en 563, à Lyon, auprès de son oncle, l'évêque Nizier. Ordonné diacre, il fut envoyé à la basilique Saint-Julien, à Brioude. Il y résidait quand il fut élevé à l'évêché de Tours durant l'été 573, certainement grâce au roi d'Austrasie, Sigebert Ier (561-575), et à la reine Brunehaut. Son épiscopat fut constamment troublé par les querelles des princes mérovingiens. Il s'opposa fréquemment au roi de Neustrie, Chilpéric Ier dont il décrivit avec un humour féroce les essais malheureux en fait de théologie, de versification ou de création de lettres supplémentaires de l'alphabet. Le roi de Bourgogne, Gontran (581-592), gagna l'estime de l'évêque, qui ne vit sans doute pas que l'habileté politique de Gontran n'était pas toujours honnête. Ses relations avec le roi d'Austrasie, Childebert II (591-602), furent assez paisibles.

Grégoire mourut à Tours, probablement le 17 novembre 594. Plus tard, on le vénéra comme saint à Tours et à Clermont.

Évêque d'une des villes les plus importantes des Gaules, obligé de voyager pour traiter des affaires politiques ou pour assister à des conciles, doué d'un esprit curieux, Grégoire de Tours commença à écrire dès le début de son épiscopat.

Il traduisit La Passion des Sept Dormants d'Éphèse, rassembla Les Miracles de l'apôtre saint André, disserta sur La Course des étoiles et composa un Commentaire du psautier, dont il ne reste que des fragments. Ces opuscules n'ont pas autant d'intérêt que ceux qui concernent les saints gaulois. Il raconta Les Miracles de saint Martin en quatre livres et Les Miracles de saint Julien de Brioude; il écrivit deux autres recueils, l'un À la gloire des martyrs, l'autre
+ Voir plus
Source : Castlemaniac
Ajouter des informations
Bibliographie de Grégoire de Tours   (11)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Eric76   01 juin 2017
Histoire des Francs de Grégoire de Tours
La septième année du roi Childebert (en 582), qui était la vingt et unième de Chilpéric et de Gontran, on eut, dans le mois de janvier, des pluies, des éclairs et de violents tonnerres ; on vit des fleurs sur les arbres. Il apparut dans le ciel une étoile à laquelle j'ai donné plus haut le nom de comète. Le ciel, tout autour, était profondément obscur, en sorte que, placée comme dans un creux, elle reluisait au milieu des ténèbres, scintillait, et étalait sa chevelure ; il en partait un rayon d'une grandeur merveilleuse, qui paraissait au loin comme la fumée d'un grand incendie ; on la vit à l'occident, à la première heure de la nuit. On vit aussi dans la ville de Soissons, le Saint jour de Pâques, le ciel ardent, comme s'il eut été embrasé de deux incendies : il y en avait un plus grand, et l'autre moindre. Au bout de deux heures, ils se réunirent, et, après avoir formé comme une grande flamme, ils disparurent. Dans le territoire de Paris, il tomba des nuages une pluie de sang véritable : beaucoup de gens la reçurent en leurs vêtements, et elle les souilla de telles taches qu'ils s'en dépouillèrent avec horreur. Le même prodige se manifesta en trois endroits du territoire de cette cité. Dans celui de Senlis, un homme, en se levant le matin, trouva l'intérieur de sa maison arrosé de sang. Il y eut cette année une grande mortalité parmi le peuple : diverses maladies très dangereuses, et accompagnées de pustules et d'ampoules, causèrent la mort d'une grande quantité de gens ; beaucoup cependant y échappèrent à force de soins. Nous apprîmes que cette année la peste s'était cruellement fait sentir dans la ville de Narbonne, en telle sorte qu'il n'y avait aucun répit pour celui qui en était saisi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
LydiaB   26 octobre 2010
Histoire des Francs, tome 1 de Grégoire de Tours
Me disposant à écrire les guerres des rois avec les nations ennemies, celles des martyrs avec les païens, et de l'Église avec les hérétiques, je veux auparavant exposer ma profession de foi, afin que ceux qui me liront ne doutent pas que je suis catholique. Une autre raison, l'opinion de ceux qui se désolent de l'approche de la fin du monde, me détermine aussi à recueillir, dans les chroniques et les histoires, le nombre des années déjà passées, afin qu'on sache clairement combien il s'en est écoulé depuis le commencement du monde. Je réclamerai d'abord l'indulgence du lecteur si je me suis écarté, dans le style ou dans les mots, des règles de la grammaire dont je ne suis pas très bien instruit. Je me suis seulement appliqué à bien retenir, avec simplicité et sans doute de coeur, ce dont l'Église prêche la croyance, car je sais que l'homme, sujet aux péchés, peut obtenir grâce par une foi pure auprès de notre clément Seigneur.
Commenter  J’apprécie          50
NMTB   21 avril 2019
L'histoire des rois francs de Grégoire de Tours
Je suis las de raconter la multitude des guerres civiles qui pèsent lourdement sur le peuple et le royaume des Francs, dans lequel, chose pire encore, nous voyons déjà ce temps prédit par Dieu pour le commencement des douleurs : Le père s'élève contre le fils, le fils contre le père, le frère contre le frère, le prochain contre le prochain [...]

Si la guerre civile, ô roi ! te délecte, exerce-toi à celle qui se livre dans l'homme, selon l'Apôtre. Que l'esprit s'élève contre la chair ; que les vices cèdent aux vertus et libre alors, sers ton chef, qui est le Christ, toi qui jadis, enchaîné, servais l'auteur de tout mal.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Terrienne

Par qui l'histoire est-elle perçu au début du roman?

Anne
Etienne Virgil
Gabrielle
Mme Stormiwell
Mme Colladi
Victor

18 questions
798 lecteurs ont répondu
Thème : Terrienne de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur cet auteur