AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.18 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : Israël
Né(e) à : Jéusalem , 1936
Biographie :

Né à Jérusalem en 1936, Israël Eliraz est titulaire d'une maîtrise en littérature comparée de l'Université de Tel-Aviv.
D'abord auteur de fiction et de théâtre, il s'est tourné par la suite vers la poésie.

Source : http://www.poetryinternationalweb.net/pi/site/poet/item/6835/12/Israel-Eliraz
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Demande à l'arbre..., Israël Eliraz, dit par Danièle Lebrun
Podcasts (1)

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Danieljean   12 août 2016
Chez Thomas Bernhard à Steinhof de Israël Eliraz
l'enfant traite l'arbre

comme un texte

polyphonique



Il grimpe dans une partitiion



où chaque branche est la

substance d'un rêve



Ce fut le seul bonheur

inattendu, inconnu, bruyant



C'était le moment d'équilibre

de joie aussi proche

que ta bouche
Commenter  J’apprécie          20
coco4649   26 mars 2018
Août, à la limite des choses perdues de Israël Eliraz
 

 

soudain les choses…





soudain les choses prennent connaissance

de leurs vraies natures en célébrant

l’instant né au bout du doigt



la fourmi qui dit ceci, là, sa

façon d’être dehors



Bob* dit, nothing wiser than a moment



* Robert Creely

(rien de plus sage qu’un moment)
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   12 août 2016
Petit carnet du Levant de Israël Eliraz
Rien de ce qu’on a dit

n’est arrivé.



Des rumeurs

filtrent.



L’ombre leur fait de la reliure.

Quelque chose a foiré.



Sûr, ce lieu a un Maître des lieux,

mais va-t’en le prouver.



Ce que j’ai entendu (fractionné)

est protégé par la lampe

éteinte.



Ce que j’ai saisi (le concret)

a disparu.



Prête attention à la pente.

Comprends ce qu’est

être dedans



près de la souffrance

quand le cercle attend





quand le cercle attend





difficile ici de distinguer

le blanc de l’effacé.



Tout est posé à même le sol.



Poussière

n’épuise pas

terre.



Le feu se déclare par son mouvement,

cherche sa matérielle.



Qui mène ? Qui suit ?



De dedans, tu contiens l’oubli

en des mots qui

le rappelleront
Commenter  J’apprécie          00
coco4649   26 mars 2018
Août, à la limite des choses perdues de Israël Eliraz
 

 

bouche à bouche…





bouche à bouche le bleu. Tout d’un

coup je sais que j’existe. J’y fais

mon nid. C’est simple



c’est tout ce qui compte







« nos corps feront jour

rien qu’en ouvrant les

bras sous le pommier. »*

* Sophie Loizeau
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   26 mars 2018
Août, à la limite des choses perdues de Israël Eliraz
 

 

la lampe attend l’invisible…





la lampe attend l’invisible, le

jour dénudé. Qui a dit, l’oiseau

qui grandit tandis qu’il chante?



Des poèmes nus s’amassent

comme des ustensiles

près du seuil

(Rois, II, 4,4)
Commenter  J’apprécie          10
LouSayahazar   15 mars 2013
Comment entrer dans la chambre où l'on est depuis toujours, suivi de 'La lumière est dans les choses' de Israël Eliraz
Qui pousse la porte à être porte ?



Qui veut en elle une sortie

vers toutes les directions ?



Qu'est-ce qui est en train de s'effacer ?



Et dans l'effacement

éclôt un instant

et il n'en est pas moins présent.
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   26 mars 2018
Août, à la limite des choses perdues de Israël Eliraz
 

 

tout est là…





tout est là. Il y a là une pente, là, une sensation,

un graphe d’herbe vers une soif



une fenêtre pleine de détails. Passons
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   12 août 2016
Dîner avec Spinoza et des amis de Israël Eliraz
se rassembler autour d'une pausa

comme devant un paquet d'eau.

Trouver



"le temps obligé d'une

marche rituelle".



Attendre et écouter

le temps devenir

cuisine



(bleu foncé) où tous mes

amis sont près de moi

surtout les morts.



Ceux que nous aimons (sans

cesse) nous aiment.



Le silence, une sorte d'issue.
Commenter  J’apprécie          00
LouSayahazar   15 mars 2013
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   12 août 2016
Dehors de Israël Eliraz
toucher, c'est être

touché



par l'invitable, l'inexprimable

le muet



ne réfute pas les faits, les non-lieux



poches gonflées des bêtes sauvages

où un rien se détache
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Poème méconnu du siècle passé 16

De la manière dont finira cette poésie / on ne sait encore rien / Je n'ai encore dit à personne / comment elle finira / c'est pourquoi la foule s'est rassemblée / devant ma fenêtre / personne ne veut rater le final / et chaque habitant de la ville / me regarde à la longue-vue / moi, je me lève je m'habille je bois mon café / je sais que je suis exaspérant / mais je ne peux dire si facilement / comment tout cela finira / même le roi et ses conseillers / sont venus avec leurs fauteuils / ils se sont assis tout devant / et ils attendent de voir / comment finira cette poésie

Guillevic
Boris Vian
Daniel Boulanger
Jean Rousselot
Matéi Visniec

1 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , littératureCréer un quiz sur cet auteur
.. ..