AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.94 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Le Breuil-sur-Couze , le 16/10/1854
Mort(e) à : Vienne-en-Val , le 08/12/1939
Biographie :

Jean Grave naît en Auvergne, dans une famille pauvre Puis quitte cette région en 1860 pour s'installer à Paris, où il commence à étudier à l'école des frères. Il publie en 1892, La société mourante et l'anarchie, vulgarisation des thèses de Kropotkine qui lui vaut par la suite, après le vote des lois scélérates, 2 ans de prison et 1000 francs d'amendes pour provocation au pillage, au meurtre, au vol, à l'incendie, etc.
Il crée, le 4 mai 1895, la revue Les Temps nouveaux qui fait paraître plus de 900 numéros auxquels collaborent des auteurs et artistes comme Kropotkine, Élisée Reclus, Girard, Pierrot, Octave Mirbeau, Félix Fénéon, Camille Pissarro, Maximilien Luce. La revue permet à Émile Armand de découvrir l'anarchisme.
Il écrit aussi Les aventures de Nono, une utopie libertaire pour enfants ; le livre est utilisé dans les écoles modernes, après une traduction d'Anselmo Lorenzo. Il est toutefois moins populaire en France.
Jean Grave est en 1916 l'un des signataires du Manifeste des seize, réunissant plusieurs militants anarchistes de longue date et affirmant un soutien aux gouvernements qui participent à la guerre contre l'Allemagne jusqu’au bout.
Pour sa garde vigilante de la "pure doctrine" communiste libertaire, il reçoit les critiques de plusieurs libertaires dont Victor Serge et Rirette Maîtrejean qui l'accusent de sectarisme. Jean Grave, qui ne supporte pas les individualistes, illégalistes et naturiens, est aussi l’ennemi d'Albert Libertad au sein du mouvement libertaire allant jusqu'à faire courir la rumeur qu’Albert Libertad était un indicateur de police.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean Grave et les Temps Nouveaux.

Citations et extraits (8) Ajouter une citation
ErnestLONDON   27 janvier 2019
La colonisation de Jean Grave
Quels sont ceux qui auraient le plus besoin d’être « civilisés », des conquérants ou des populations inoffensives qui, la plupart du temps ont accueilli les envahisseurs à bras ouverts et, pour prix de leurs avances, en ont été torturées, décimées ?
Commenter  J’apprécie          50
paulotlet   02 juillet 2013
Quarante Ans de Propagande Anarchiste - Présente et Annote par M. Delfau de Jean Grave
Ah! oui, j’en ai connu de ces jeunes, venus au mouvement pleins de bonne volonté, pleins de désintéressement, mais qui, s’étant laissé prendre aux raisonnements spécieux des prôneurs de l’illégalisme, se pourrirent dans le milieu où ils s’étaient laissé entraîner, allant échouer au bagne ou en prison.

Pratiquer le vol, c’est se diminuer. Il faut mentir, tromper. Cela n’élève pas les caractères, bien au contraire. Beaucoup de ceux qui commencèrent à pratiquer le vol avec l’idée de servir la propagande, finirent par le pratiquer pour vivre, et jouir crapuleusement, lorsqu’ils avaient réussi « un bon coup ». C’était forcé. L’argent corrompt, surtout lorsque pour l’avoir on a risqué sa liberté, en usant de moyens inter­lopes.

Si l’on en juge par ce qui fut dit au procès, il y avait mêlés à la bande Bonnot, des individus louches. Il y avait également des individus ayant plus d’appétits que d’idées, et aussi des vaniteux. Mais il devait y avoir également des individus qui avaient commencé par être sincères. Garnier semble avoir été l’un de ceux-là, si j’en crois l’impression que m’a laissée ce qui a été dit de lui.

Bonnot lui-même, qui semble avoir été le type féroce du « struggle-for-lifer », avait peut-être commencé avec des rêves de fraternité et d’émancipation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Hardiviller   07 juillet 2017
La sociéte mourante et l'anarchie de Jean Grave
Si vous voulez rester homme , ne soyez pas soldats ; si vous ne savez pas digérer les humiliations , n'endossez pas l'uniforme . Mais pourtant si vous avez commis l'imprudence de le revêtir , et qu'un jour vous vous trouvez dans cette situation de ne pouvoir vous contenir sous l'indignation , n'insultez ni ne frappez vos supérieurs ! Crevez-leur la peau : vous n'en paierez pas davantage .
Commenter  J’apprécie          20
Jean Grave
eterlutisse   12 janvier 2019
Jean Grave
En surplus, ces différences de développement ne nous paraissent si grandes que parce que l’éducation, mal comprise et mal distribuée, perpétue les erreurs et les préjugés. L’imagination, l’invention, l’observation, le jugement, s’ils diffèrent parfois d’intensité chez chaque individu, ne diffèrent pas d’essence, ce sont de simples facultés de notre cerveau qui ne perdent pas de leurs qualités pour être employées à construire une machine, une maison, rétamer un chaudron, ou faire une chemise, plutôt qu’à écrire un roman ou un traité d’anatomie.
Commenter  J’apprécie          10
eterlutisse   12 janvier 2019
Jean Grave - Oeuvres: lci-131 de Jean Grave
Toute loi humaine est, forcément, arbitraire ; car, si juste soit-elle, elle ne représente, quelle que soit la largeur de conception de ceux qui la font, qu’une partie du développement humain, qu’une infime parcelle des aspirations de tous ; toute loi formulée par un parlement, loin d’être l’œuvre d’une grande conception, n’est, au contraire, que la moyenne de l’opinion générale, car le parlement lui-même, de par le fait de son recrutement ne représente qu’un juste milieu très médiocre.
Commenter  J’apprécie          00
ErnestLONDON   27 janvier 2019
La colonisation de Jean Grave
La bête féroce que l’on élève et entretient sous le nom de soldat est lâchée sur des populations inoffensives qui se voient livrées à tous les excès que pourront imaginer ces brutes déchaînées : on viole les femmes, on égorge les enfants, des villages sont livrés aux flammes, des populations entières sont chassées dans la plaine où elles périront fatalement de misère. Ce n’est rien que cela, laissez passer, c’est une nation policées, qui porte la civilisation chez les sauvages ! 
Commenter  J’apprécie          00
Jean Grave
eterlutisse   12 janvier 2019
Jean Grave
On a fait, jusqu’ici, beaucoup de livres pour apprendre aux enfants qu’ils doivent être sages, obéissants ; mais, malheureusement, ce sont les parents qui les écrivent, et on a oublié d’en faire pour recommander aux parents de ne demander aux enfants que des choses à portée de leur âge et de leur raisonnement ; il arrive que la plupart des pères et des mères ne connaissent pas du tout leur métier de parents.
Commenter  J’apprécie          00
Jean Grave
eterlutisse   12 janvier 2019
Jean Grave
Mais, somme toute, les parents de Nono aiment leurs enfants ; leurs défauts tiennent des préjugés, des habitudes qu’ils ont trouvées établies, qu’ils ont prises avec l’éducation qui leur a été donnée, et non de leur caractère qui est plutôt celui de la bonté.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur