AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.57 /5 (sur 37 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Spécialiste de la langue française
Correcteur au journal le Monde, Jean-Pierre Colignon est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur la langue française.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean-Pierre Colignon, ancien chef-correcteur du journal le Monde, présente les enjeux de la Certification le Robert à l?heure où les diplômes de l?Éducation Nationale ne garantissent plus un niveau suffisant en langue française. Plus d?informations sur http://www.certification-le-robert.com/. --------------------------------------------------------------------------- Mesurer et faire valoir votre niveau de français, c'est désormais possible grâce à la Certification le Robert ! Que vous soyez salarié, travailleur indépendant, étudiant ou en recherche d?emploi, la Certification le Robert est un atout pour votre CV et votre carrière. La Certification le Robert en 7 points clés : 1. GLOBALE : elle permet de tester de façon fiable les compétences d?un candidat en langue française (orthographe, grammaire, expression et vocabulaire). 2. RAPIDE : en seulement 1 heure et 45 minutes, à travers 11 types d?exercices et 350 questions à la difficulté progressive. 3. PROFESSIONNELLE : la Certification le Robert est la seule adaptée au milieu de l?entreprise. le candidat est testé devant son ordinateur, outil privilégié du salarié, sur des phrases directement issues du monde professionnel. 4. ACCESSIBLE : il est possible de la passer dans un centre d?examen agréé, en entreprise ou même à domicile grâce à un système de vidéosurveillance performant par webcam. 5. IMMÉDIATE : le score sur 1 000 est envoyé par courriel au candidat, immédiatement à l?issue de la session. Il est assorti d?un bilan détaillé nuançant les résultats obtenus. 6. SÉCURISÉE : un code de vérification, destiné à l?employeur ou à l?université, garantit son authenticité. 7. RECONNUE : elle est éligible au Compte Personnel de Formation (CPF).
+ Lire la suite
Podcasts (1)

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
Cielvariable   11 juin 2018
"Phèdre" (1677), Racine : résumé, personnages, thèmes de Jean-Pierre Colignon
RÉSUMÉ

- Acte I : À Trézène, en Grèce, à une époque fort lointaine, Phèdre, seconde épouse du roi Thésée, est tombée amoureuse de son beau-fils Hippolyte. Cette passion lui semble si monstrueuse qu'elle se résout à mourir plutôt que d'avouer son amour. Ne pouvant toutefois supporter le chagrin de sa nourrice Œnone, qui la voit dépérir, elle lui confie l'origine du mal qui la consume. Bientôt circule la rumeur de la mort de Thésée, absent depuis de longs mois.

- Acte II : Sa succession au trône ouvre une crise politique. Phèdre consulte Hippolyte ; mais, troublée par la présence du jeune homme, elle finit par lui avouer qu'elle l'aime. Hippolyte s'enfuit, horrifié.

- Acte III : Thésée serait vivant, apprend-on aussitôt après. Phèdre mesure l'horreur de sa situation. Et si Hippolyte venait à parler ? Œnone lui suggère de prendre les devants et d'accuser Hippolyte de tentative de viol. Phèdre s'indigne, puis, accablée, laisse Œnone agir à sa guise.

- Acte IV : Celle-ci le dénonce à Thésée dès son retour. Désespoir et fureur de Thésée. Pour preuve de son innocence, Hippolyte lui révèle qu'il aime Aricie. Thésée ne le croit pas. Honteuse et repentante, Phèdre accourt pour lui révéler la vérité. Mais elle apprend par la bouche d'Œnone qu'Hippolyte aime Aricie. Jalouse, elle décide de ne rien dire. Malgré l'intervention d'Aricie, Thésée demande à Neptune de punir son fils.

- Acte V : Le suicide d'Œnone, désespérée de se voir condamnée par Phèdre, le trouble. Trop tard. Un dragon, surgi de la mer sur ordre de Neptune, tue Hippolyte. Phèdre confesse son crime à Thésée et s'empoisonne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Lali   28 janvier 2013
Du tac au tac! : Piques ironiques, répliques cinglantes de Jean-Pierre Colignon
Henri IV eut de nombreuses maîtresses. Parmi elles, la belle Gabrielle d’Estrées, qui, une fois devenue maîtresse officielle, se permit quelques écarts à son tour.

Un jour, le Vert-Galant arriva à l’improviste dans la chambre de Gabrielle et se mit à manger des prunes. Et puis, de temps en temps, en jeta négligemment sous le lit! Sa maîtresse s’étonna (ou fit semblant) :

— Mais… que faites-vous là?

— Il faut bien que tout le monde vive!

… Le bon roi Henri, non dénué d’humour, de générosité et d’esprit, avait reconnu, sous le lit, les chaussures et les pieds de M. de Bellegarde, grand écuyer de France.
Commenter  J’apprécie          70
Lali   29 janvier 2013
Du tac au tac! : Piques ironiques, répliques cinglantes de Jean-Pierre Colignon
— Il faut bien que tout le monde vive!

— Je n’en vois pas la nécessité!

rétorqua Barbey d’Aurevilly, le « Connétable des lettres », qui pouvait se montrer cinglant à l’égard de ceux qu’il considérait comme des médiocres.
Commenter  J’apprécie          50
Lali   28 janvier 2013
Du tac au tac! : Piques ironiques, répliques cinglantes de Jean-Pierre Colignon
Supérieurement intelligent, cultivé… et sans scrupule, Talleyrand (1754-1838) est un des personnages les plus complexes de l’Histoire, et donc l’un des plus controversés. Il fallait toujours se méfier quand on lui parlait… Même quand il exerça — oh! de façon bien provisoire — ses fonctions ecclésiastiques.

Une pénitente qui avait pris le risque de lui confesser :

— Mon père, je m’accuse de m’être regardée avec plaisir dans le miroir,

se vit rétorquer :

— Ce n’est pas un péché, c’est une erreur!
Commenter  J’apprécie          20
Lali   29 janvier 2013
Du tac au tac! : Piques ironiques, répliques cinglantes de Jean-Pierre Colignon
Félix Kir, le fameux chanoine, roulait les « r » en vrai Bouguignon. Cet accent lui valut un jour l’ironie de trois jeunes gens installés dans le même compartiment du train qui menait à Paris :

— Alors, monsieur le chanoine, on va à « Parris » avec trois « r »?!

— Non, avec trois ânes!
Commenter  J’apprécie          20
Lali   28 janvier 2013
Du tac au tac! : Piques ironiques, répliques cinglantes de Jean-Pierre Colignon
Artiste de music-hall et acteur britannique, George Robey (1869-1954) ne manquait pas d’humour. Il disait ainsi : « Les réclamations se font par écrit. Elles doivent être déposées dans la boite qui est installée à cet effet et qui est vidée deux fois par semaine par la femme de ménage. »

Un jour, dans un salon, la discussion portait sur l’art de la diplomatie… Une dame d’âge certain demanda à l’acteur :

— Mais pour vous, monsieur Robey, qu’est-ce qu’un diplomate?

— Un diplomate, mon… enfant, c’est un homme qui connaît la date de naissance des femmes, et qui a oublié leur âge.
Commenter  J’apprécie          10
Lisa1789   18 février 2015
Testez votre français de Jean-Pierre Colignon
C'est, sur la scène, le côté jardin. Il s'agit donc de la partie de la scène située :

▢ face aux spectateurs

▢ à droite des spectateurs

▢ à gauche des spectateurs
Commenter  J’apprécie          20
Lali   29 janvier 2013
Du tac au tac! : Piques ironiques, répliques cinglantes de Jean-Pierre Colignon
Louis Jouvet était à la caisse de son théâtre quand un couple âgé s’approcha de lui et lui demanda :

— Vous ne faites rien pour les petits vieux?

— Si, si! On les réveille à l’entracte! répondit imperturbablement l’acteur pince-sans-rire.
Commenter  J’apprécie          10
Lali   29 janvier 2013
Du tac au tac! : Piques ironiques, répliques cinglantes de Jean-Pierre Colignon
— Quel est le point commun entre tous les hommes que vous avez aimés?

demande-t-on à Jeanne Moreau.

Confirmant qu’elle est loin d’être la plus sotte des comédiennes, l’interprète d’Eva répondit immédiatement :

— Moi!
Commenter  J’apprécie          10
Lali   28 janvier 2013
Du tac au tac! : Piques ironiques, répliques cinglantes de Jean-Pierre Colignon
À Berlin, Napoléon conversait avec le général alsacien Rapp(1772-1823). L’Empereur, montrant à son interlocuteur des pièces d’or, lui dit :

— N’est-il pas vrai que les Prussiens aiment bien ces petits napoléons?

— Assurément, et beaucoup plus que le grand…

répliqua Rappqui ne pratiquait pas la langue de bois.

De fait, les années 1813-1814 allaient montrer quels sentiments les Prussiens portaient aux Français et à Napoléon.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..