AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.38 /5 (sur 8 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Julien Rousseau est responsable de l’unité patrimoniale Asie du Musée au quai Branly - Jacques Chirac.

Il a été commissaire de l'exposition "Enfer et fantômes d'Asie" (10/04 - 15/07/2018).



Ajouter des informations
Bibliographie de Julien Rousseau   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lundi 16 avril 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) avait la joie d'accueillir Julien Rousseau et Stéphane du Mesnildot, co-curateurs de l'exposition "Enfers et fantômes d'Asie" au musée du quai Branly. Une rencontre animée par Anne-Sylvie Homassel et Marianne Loing.


Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Emnia   05 mai 2018
Enfers et fantômes d'Asie de Julien Rousseau
Les fantômes d'Asie émanent de systèmes de croyances dont la richesse dépasse le cadre de cet ouvrage. Différents courants de bouddhisme se sont diffusés sur le continent asiatique et ont rencontré des religions locales, comme le taoïsme en Chine, le shintoïsme au Japon et le culte des esprits en Thaïlande. Toutefois, ce livre, comme l'exposition, n'a pas l'ambition d'élucider le mystère des fantômes et consiste surtout en un recueil d'histoires. Ce sont les récits populaires, transmis par la tradition orale, la littérature et les arts du spectacle qui ont fixé les images des fantômes qui en parlent le mieux. Dans le prolongement du théâtre, le cinéma a repoussé la frontière entre illusion et réalité pour donner une force sans précédent aux fantômes d'Asie et les rendre célèbres bien au-delà de leur continent.



Julien Rousseau, commissaire de l'exposition, "Fantômes d'Asie sentimentaux, vengeurs et affamés"
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2   26 mai 2020
Enfers et fantômes d'Asie de Julien Rousseau
Prisonnier dans l’entre-deux mondes, le fantôme vagabonde et souffre de solitude. Expliquer son origine ne va pas de soi car les entités surnaturelles sont par nature insaisissables et imprévisibles. Les religions, comme le bouddhisme, tentent pourtant d’éclairer le devenir après la mort. À la faveur de rituels funéraires, elles s’appliquent à accompagner le voyage des défunts vers l’au-delà et à pacifier leurs âmes. En Chine, des offrandes visent à faciliter le passage des morts devant les tribunaux des enfers en leur transmettant des mérites pour une bonne renaissance. À l’inverse, une âme qui n’est pas « nourrie » par le rituel funéraire et le culte des ancêtres peut se changer en démon ou en revenant affamé (koueï). Cependant, le fantôme ne se laisse pas enfermer dans un système d’explications. Il apparaît dans un contexte culturel façonné par la religion mais surtout à travers des histoires populaires. (…)

Si les fantômes d’Asie sont notamment animés par des sentiments, ils souffrent aussi d’une faim insatiable. Au XIIe siècle, les rouleaux peints japonais représentant des fantômes affamés (gaki zoshi) font entrer les zombies dans l’histoire de l’art. Ces personnages difformes, sortis des enfers en quête de nourriture, proviennent des textes indiens et existent dans l’ensemble du monde bouddhisé. La condition de « fantôme affamé » est la plus pénible et la plus impure des voies de réincarnation. Elle sanctionne le plus souvent les coupables de mauvaises actions et les avares qui ne font pas de dons de nourriture aux moines, mais un défunt qui ne bénéficie pas de culte funéraire peut aussi se transformer en fantôme affamé. (…)

Les fantômes d’Asie émanent de systèmes de croyances originaux dont la richesse dépasse le cadre de cet ouvrage. Différents courants du bouddhisme se sont diffusés sur le continent asiatique et ont rencontré des religions locales comme le taoïsme en Chine, le shintoïsme au Japon et le culte des esprits en Thaïlande. Toutefois, ce livre, tout comme l’exposition, n’a pas l’ambition d’élucider le mystère des fantômes et consiste surtout en un recueil d’histoires. Ce sont les récits populaires, transmis par la tradition orale, la littérature et les arts du spectacle qui ont fixé les images des fantômes qui en parlent le mieux. Dans le prolongement du théâtre, le cinéma a repoussé la frontière entre illusion et réalité pour donner une force sans précédent aux fantômes d’Asie et les rendre célèbres bien au-delà de leur continent. (« Fantômes d’Asie sentimentaux, vengeurs et affamés », Julien Rousseau, en introduction de l’ouvrage)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   26 mai 2020
Enfers et fantômes d'Asie de Julien Rousseau
Les peintures de yūrei (yūrei-ga) sur rouleau de soie ou de papier représentent l’apparition de spectres de taille quasi humaine. Elles diffèrent ainsi des estampes de fantômes, qui non seulement sont plus petites, mais illustrent aussi généralement des scènes de théâtre kabuki jouées par des acteurs maquillés. (…)

Les peintures de fantômes apparaissent à l’époque d’Edo, alors que les récits fantastiques (kaidan) connaissent un fort engouement populaire. Lors des « veillées aux cent bougies », des convives se réunissaient pour se raconter des kaidan et, à la fin de chaque histoire, une bougie était éteinte de manière à plonger progressivement la pièce dans l’obscurité. Comme des séances de spiritisme, ces veillées aboutissaient à la manifestation d’un esprit ou d’une créature fantastique (yōkai).

Après la période d’Edo, les effrayantes yūrei-ga ont parfois été déposées dans des temples bouddhiques. Le temple Zenshoan à Tokyo en conserve la collection la plus importante et les expose à l’occasion de la fête des morts (O-bon), lors de laquelle on invite les âmes à venir rendre visite aux vivants avant de les raccompagner vers le monde des défunts. (Julien Rousseau, « Les veillées aux cent bougies »)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   26 mai 2020
Enfers et fantômes d'Asie de Julien Rousseau
En 1603, lorsque la dynastie des Tokugawa accède au pouvoir et transfère la capitale de Kyoto à Edo (ancien nom de Tokyo), le Japon sort de plus de quatre siècles de féodalisme et de guerres de rivalités entre seigneurs locaux. Le gouvernement militaire (bakufu) instauré par les Tokugawa marque le début d’une période de paix, propice à l’essor économique et artistique. Malgré la censure parfois imposée par le régime, une culture du divertissement et une certaine liberté de mœurs se développent dans les villes, en particulier parmi les classes de commerçants qui prospèrent dans la nouvelle capitale. Les quartiers populaires d’Edo s’animent bientôt de théâtres, d’arènes de sumo, de restaurants et de maisons de plaisirs. Les histoires fantastiques (kaidan) figurent souvent au programme des soirées de l’époque. Elles se racontent entre amis lors des « veillées aux cent bougies » et deviennent l’un des sujets de prédilection du kabuki, un nouveau genre théâtral qui suscite l’engouement du public. (Julien Rousseau, « De l’ombre à la scène : les fantômes dans le théâtre kabuki et les estampes »)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2   26 mai 2020
Enfers et fantômes d'Asie de Julien Rousseau
En août 1999, au Japon, on ne parlait que d’elle : Sadako, le fantôme de Ring de Hideo Nakata. Quiconque visionnait une certaine cassette vidéo et son film de quelques secondes n’avait plus que sept jours à vivre. Sadako apparaissait alors, jeune fille en robe blanche, aux cheveux tombant sur le visage ne laissant visible qu’un œil exorbité. Le Japon tomba amoureux de Sadako et l’on raconte que, pour effrayer leurs fiancés, les jeunes filles n’avaient qu’à rabattre leurs cheveux sur leur visage. Les spectres n’avaient jamais complètement déserté le cinéma japonais mais ce fut Sadako qui les remit à la mode en leur donnant un nouveau visage. Sa silhouette et son étrange gestuelle saccadée furent copiées non seulement au Japon mais aussi à travers toute l’Asie, de la Corée à la Thaïlande. Sur le modèle de la J-Pop, on inventa pour elle un terme clinquant : la « J-horror », soit « Japanese horror ». (Stéphane du Mesnildot, « La J-Horror, un nouveau Japon spectral »)
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les Animaux Fantastiques, tome 1

Comment s'appelle le personnage principal ?

Harry Potter
Norbert Dragonneau
Albert Dragonneau
Albus Dumbledore

20 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : Les Animaux fantastiques : le texte du film de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur