AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.93/5 (sur 191 notes)

Nationalité : États-Unis
Biographie :

Kalayna Price est auteur de roman d'urban fantasy.

Elle est principalement connue pour ses romans Alex Craft: Grave Witch (2010) (titre français - Nécromancienne), Grave Dance (2011) et Grave Memory (2012).

Elle est diplômée de l'Université de Caroline du Sud.

site officiel:
http://www.kalayna.com/


Ajouter des informations
Bibliographie de Kalayna Price   (7)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
« - Tu es bourré, murmurai-je.
- Et alors ? Il mordilla le morceau de chair tendre à la jonction de ma mâchoire et de mon cou. Ses dents éraflant ma peau provoquèrent une nouvelle décharge en moi, et je me sentis un instant transportée. Je repoussai violemment ses épaules. Mon dos étant plaqué au mur, il fallait bien que quelque chose cède, et il n'était pas aussi robuste que le bois.
- Alors ? Il y avait un sort dans le verre. Cela affecte ton jugement. Il jura dans sa barbe et m'attrapa les poignets, éloignant mes paumes de ses épaules. Il se pencha vers moi jusqu'à ce que ses mots roulent sur mes lèvres.
- Tu crois que je ne le ferais pas si je n'étais pas bourré ?
Pour me prouver son point de vue, il referma ses lèvres sur les miennes. Son baiser fut retenu, s'achevant presque avant d'avoir commencé. Mon ventre se noua, regretta la passion de la minute précédente. Quelle imbécile. Mauvaise idée. Je secouai la tête. Non. S'il n'était pas soûl, nous ne serions pas ici… »
Commenter  J’apprécie          30
la mort s'adossa au mur opposé, ses brasmusclé croisé sur la poitrine. il souriait avec une innocence demoniaque, dissimulé derriere ses longs cheveux noir qui lui encadrai le menton.
je lui lancai un regard furieux et recuperai mon sac par terre. je ne pouvais pas lui en vouloir d'avoir arracher l'ame de baker. apres tout c'est son boulot. mais...
- tu aurai pu attendre qu'il me paie
il haussa les epaule
- il ne semblai pas en avoir l'intention
Commenter  J’apprécie          30
« Il déverrouilla son coffre et en tira trois pistolets et plusieurs chargeurs, de même que son insigne du BIF, un deuxième étui, et deux couteaux. Il en dissimula certains dans diverses poches de ses vêtements, et fourra le reste dans son sac marin.
Je le dévisageai, surprise.
— Tu pars à la guerre ? Tu es sûr de ne pas oublier ton fusil d'assaut ?
— Tu les as rencontrés, pas vrai ?
Il ferma son sac.
— Ça veut dire qu'il faudrait que je me procure une arme ?
— J'en tremble d'avance. (Il attrapa un blazer qu'il se glissa sur l'épaule.) Tu as déjà une bonne lame, déclara-t-il en désignant du menton le poignard dissimulé dans ma botte.
— C'est un cadeau.
— Je n'en ai jamais douté. Si tu veux porter une dague, tu vas devoir apprendre à t'en servir.
Je lui lançai un regard noir.
— Je sais m'en servir. J'enfonce le bout pointu dans les trucs qui ne me plaisent pas. »
Commenter  J’apprécie          20
« LaMort s'adossa au mur opposé, ses bras musclés croisés sur la poitrine. Il souriait avec une innocence démoniaque, dissimulé derrière ses longs cheveux noirs qui lui encadraient le menton. »
Commenter  J’apprécie          30
« La première fois que j'ai rencontré mon grand ami LaMort, je lui ai jeté à la figure le dossier médicale de ma mère. On peut dire que j'ai foiré ma première impression, mais j'avais cinq ans à l'époque, et il a fini par me pardonner. J'ai parfois regretté sa mansuétude... Surtout quand on se croisait pour le boulot. »
Commenter  J’apprécie          20
- Arrête de loucher sur...
Je m'interrompis et elle fit volte face.
- Allais tu dire " mon mec" ? Je veux des détails. Tu a intérêt a tout déballer.
En réalité, j'allais dire "la mort", ce qui aurait été encore pire.
Commenter  J’apprécie          20
Kalayna Price
Il déverrouilla son coffre et en tira trois pistolets et plusieurs chargeurs, de même que son insigne du BIF, un deuxième étui, et deux couteaux. Il en dissimula certains dans diverses poches de ses vêtements, et fourra le reste dans son sac marin.
Je le dévisageai, surprise.
— Tu pars à la guerre ? Tu es sûr de ne pas oublier ton fusil d'assaut ?
— Tu les as rencontrés, pas vrai ?
Il ferma son sac.
— Ça veut dire qu'il faudrait que je me procure une arme ?
— J'en tremble d'avance. (Il attrapa un blazer qu'il se glissa sur l'épaule.) Tu as déjà une bonne lame, déclara-t-il en désignant du menton le poignard dissimulé dans ma botte.
— C'est un cadeau.
— Je n'en ai jamais douté. Si tu veux porter une dague, tu vas devoir apprendre à t'en servir.
Je lui lançai un regard noir.
— Je sais m'en servir. J'enfonce le bout pointu dans les trucs qui ne me plaisent pas.
Commenter  J’apprécie          00
Il déverrouilla son coffre et en tira trois pistolets et plusieurs chargeurs, de même que son insigne du BIF, un deuxième étui, et deux couteaux. Il en dissimula certains dans diverses poches de ses vêtements, et fourra le reste dans son sac marin.
Je le dévisageai, surprise.
— Tu pars à la guerre ? Tu es sûr de ne pas oublier ton fusil d'assaut ?
— Tu les as rencontrés, pas vrai ?
Il ferma son sac.
— Ça veut dire qu'il faudrait que je me procure une arme ?
— J'en tremble d'avance. (Il attrapa un blazer qu'il se glissa sur l'épaule.) Tu as déjà une bonne lame, déclara-t-il en désignant du menton le poignard dissimulé dans ma botte.
— C'est un cadeau.
— Je n'en ai jamais douté. Si tu veux porter une dague, tu vas devoir apprendre à t'en servir.
Je lui lançai un regard noir.
— Je sais m'en servir. J'enfonce le bout pointu dans les trucs qui ne me plaisent pas.
Commenter  J’apprécie          00
« — Si tu finis par lui mettre la main dessus, appelle-nous, me dit la teufeuse.
— Vous appeler... ?
— Avec ça.
LaMort se pencha vers moi, et ses lèvres effleurèrent les miennes. Il ne s'agissait toutefois pas d'un simple baiser, car une vague de puissance déferla en moi, une magie froide et étrangère. Je sentis le sort s'imprégner dans ma chair. Cela me picotait, comme la brûlure de la glace sur la peau.
— Était-ce vraiment nécessaire ? lui demanda la collectrice. Tu aurais pu le lui transmettre par n'importe quel autre contact.
LaMort sourit, ses yeux reflétant la lumière des lampadaires.
— Oui, parfaitement nécessaire, chuchota-t-il en me contemplant.
Je détournai la tête, cherchant à oublier les papillons qui s'agitaient au creux de mon ventre. »

Commenter  J’apprécie          00
(Roy, fantôme :) - Je peux faire quelque chose ? Après tout, je suis détective privé.
Je roulai des yeux. Je lui avais accordé un bureau, et voilà qu’il se prétendait détective ?
- Roy, tu sais qu’il faut un permis pour exercer à Nekros, pas vrai ?
- Et alors, tu veux que je passe un examen ?
Je bâillai derechef, sentant les larmes de fatigue me monter aux yeux.
- Ouais, précisément. Et aussi que tu suives une quarantaine d’heures de cours. Et comme le prof ne pourra pas te voir, tu vas avoir du mal à prouver ton assiduité.
- C’est de la discrimination.
- Eh bien, tu devrais réunir quelques copains fantômes pour faire une manif en faveur de l’intangibilité. Malheureusement, personne ne s’en rendrait compte.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Kalayna Price (199)Voir plus

Quiz Voir plus

Les oubliés de Vulcain

Dans le titre même, qu'est-ce que Vulcain?

une planète
une ville
un adolescent
un vaisseau spatial

40 questions
716 lecteurs ont répondu
Thème : Les oubliés de Vulcain de Danielle MartinigolCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}