AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.14 /5 (sur 49 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1993
Biographie :

Lucas Clavel est un écrivain.

Après des études d’arts appliqués, il combine deux emplois, dont un dans la communication.

Sous le pseudonyme de Le jeune con, il apparait d'abord sur Facebook où il récence 25 000 abonnées. Malgré la construction de cette communauté, il décide de s’investir sur Instagram où on peut retrouver l’intégralité de ses textes.

À 24 ans, il publie son premier livre, "Matin, midi, soir, et le reste du temps" (Iggybook, 2017).

Lucas Clavel habite à Lyon.

page Facebook : https://www.facebook.com/Lejeunecon/
Instagram : https://www.instagram.com/_lucasclavel/

Source : lagiclee.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Lucas Clavel   (8)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
DavidG75   05 septembre 2019
Matin, midi, soir et le reste du temps de Lucas Clavel
Expliquez aux dames qu’être sexy attire les corps, être belle attire les cœurs mais c’est être elles-mêmes qui attire les âmes.
Commenter  J’apprécie          415
DavidG75   11 mai 2020
Ce que je voulais lui dire, avant la fin du monde de Lucas Clavel
Pour toutes ces femmes qui ignorent leur beauté.



Tu es belle ce soir,

N’écoute pas les reflets de ton miroir,

observe toi dans mes yeux, et si

je ne suis pas là, contemple toi

dans mes mots, oui, regarde !

Regarde comme tu es belle :



Là où tu vois des rondeurs, je vois

le plaisir d’une chair à empoigner,

là où tu vois la maigreur, je vois

un désir d’espace où m’installer,

là où tu vois des cicatrices je vois

la force de l’expérience,

là où tu vois des ridules,

je vois des années à rire à outrance,

et là où tu vois des larmes, je vois

le courage d’aimer...



Ce que tu crois laideur est ta plus grande beauté,

ta différence, ce qui fait de toi l’unique

dans ce monde où tous se ressemblent,

dans ce monde où tous cherchent

à se ressembler.



Ton visage enfariné de solitude dépasse

la beauté éclatante des premiers flocons

d’hiver fondant au soleil,

tes yeux embrumés de lassitude écrasent

la clarté enivrante des derniers rayons

d’été s’endormant sous la lune,



tu es parfaitement toi,



avec tes petites manies et tes sales habitudes,

quand tu mordilles la pointe de tes cheveux,

quand tu ronges le bout de tes ongles,

quand tu enlaces ta couette

entre tes cuisses pour

être moins seule,



quand tu embrasses tes lèvres sèches

de n’avoir personne à qui parler d’amour,

quand tu caches les plis de ton corps sous

une tenue simple et légère, là où

il me suffirait de souffler

la brume de mon désir

pour te dénuder

d’un courant d’air,



oh solitude tu es belle pauvre idiote !

Belle de l’ignorer, belle de le savoir

sans vouloir l’accepter.



Tu es belle ce soir,

il n’y a rien à ajouter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          366
DavidG75   10 septembre 2019
L'ambidextrie des sentiments de Lucas Clavel
Ne m’en veux pas, s’il te plaît, je vais certainement tenter de te séduire le long de ces pages (je ne sais pas faire grand-chose d’autre), mais je sais que ton cœur est épuisé, de frémir, de frétiller de vigueur au bout des hameçons tranchants des malintentionnés, mais tu verras, le mien est fait de coton, et je ne percerai de toi que ce que tu ouvres avec grâce.

Alors tes caprices (encore inconscients) seront mes vœux, à ta guise ignorante j’irai remuer l’appétit que tu ne frôles qu’en songe, par peur de souffrance, et je comblerai ta faim avec l’imprudence de ma folie.



Tes fêlures seront ma fièvre, tes frénésies mon délire, ta folie ma bêtise la plus sage.



Je commence doucement à t’imaginer, dans un éclair flamboyant, tourmentée de ton passé, angoissée de ton avenir - c’est étrange mais tu m’apparais avant tout comme une enfant. Alors, grandissons ensemble ! Petit à petit, et peut-être que dans ce manque d’articulation littéraire nous trouverons, tous deux, un schéma de construction pour nous épanouir. Et les blessures aux magnificences d’abstraction seront enfin cautérisées par cette formule de Duparc que j’aime tant :





Dans le calme aimant de tes bras.





Tes bras d’absence que seul mon imaginaire matérialise...

Mais je te sens ma belle, je te respire, indécise encore face à ce texte qui a la prétention de te parler, uniquement à toi, tout en étant face aux yeux de tous. Mais nous, nous savons n’est-ce pas ? Nous savons qu’il n’y a que nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          275
DavidG75   05 septembre 2019
Matin, midi, soir et le reste du temps de Lucas Clavel
- Je t’aime -



Je t’aime, voilà des mots dont on semble connaître toutes les coutures, toutes les formulations, et - pourtant - lorsque l’on est sujet de leurs énonciations, ils paraissent sans cesse nouveaux ; neufs, ils se renouvellent, ils ne s’usent pas avec le temps lorsqu’ils sont offerts sincèrement, mais peuvent s’abîmer au sein d’une même bouche, les lèvres s’écorchent sur le mot mais ce sont les lettres qui souffrent et ce sont ces lettres qui touchent.



La première fois que je le prononce, « je t’aime » semble empli de sens, il m’est concret et justifié, il me parait même utile, symbolisant alors avec sincérité l’importance que je donne à un instant futile ; il est un passager qui s’invite et qui peut embellir ou du moins apporter la touche finale à ce qui n’en avait pas forcément besoin.



Car « je t’aime » n’est jamais une nécessité, ce n’est pas obligatoire, c’est gratuit, c’est léger, et pourtant ce sont bien souvent les mots les plus lourds que l’on puisse écouter. Passé le premier aveu, « je t’aime » devient énigmatique, il me semble comme le barillet d’un revolver qui, une fois le premier coup parti ne laisse que des balles à blanc.



Alors je tire - violence - mon « je t’aime » et j’espère qu’il t’abatte. Mais si je me rate, si je te rate, aurais-je une autre chance ?



N’aurais-je pas alors tout gâché ?



Avec le temps, au creux d’une relation d’antan, il devient une sorte de preuve que je tends à l’autre de temps en temps pour montrer mon affection qu’elle est toujours réelle, qu’elle est toujours là ;



« Ne t’en fais pas, je t’aime encore »



Pourtant ce que j’aimerais, c’est que tu m’aimes à nouveau, différemment, que ton amour mûrisse avec le temps. Car on n’aime jamais l’autre comme au premier jour, c’est ridicule, je ne t’aime pas comme la première fois, je t’aime comme aujourd’hui, je t’aime comme maintenant et mes déclarations passées n’étaient que des préambules à ce moment - cet instant, qui lui-même n’est qu’introduction à « comment t’aimerais-je demain ? ».



« Je t’aime » est fragile, nuancé, il s’adapte et se moule aux situations, il a ce pouvoir de se confondre parfaitement avec ce que je cherche à exprimer dans mes déclarations, et dans ces deux mots se concentre chaque mot doux que j’aurais pu dire.



En disant « je t’aime » je dis tout, et pourtant je ne dis pas grand chose.



« Je t’aime » semble parfaitement équilibré, « je » pour moi, « te » pour toi, et « aime » pour nous. Il est une direction, évolution linguistique, il arrive à nous.



Pourtant, il me parait n’être qu’un seul mot, une même entité, un bloc brut indissociable qui supprime les explications. J’ai beau t’écrire des lettres par centaines il n’y a que ces mots qui sachent captiver toute ton attention, « je t’aime ».



« Je t’aime » s’affaiblit profondément si je le renforce - affaiblis - d’un autre mot : « je t’aime beaucoup », « je t’aime fort », « je t’aime trop » n’égaleront jamais un « je t’aime » sans mots.



« Je t’aime » se définit de lui-même, là où « je t’adore » renvoie à de multiples interprétations, « je t’aime » ne me paraît être qu’une chose, son intitulé. Passion veut dire besoin, désir, obligation, « je t’aime » se dit lui-même, comme si j’étais moi-même condamné à ne dire que mon propre nom.



« Je t’aime » ne s’anticipe pas, il se jette, ou plutôt il s’égare, il s’échappe de moi, il est un accident, un incident que je sentais venir, un coup devant lequel je préfère fermer les yeux... j’ai peur de lui...



Devrais-je fuir ?



Et pourtant, il me donne cette sensation d’être en vie et de peut-être pouvoir donner vie à l’autre.



Et si aujourd’hui on devenait vivant ? Et si aujourd’hui on aimait vraiment, et si aujourd’hui on se disait tout, et si aujourd’hui « je t’aime » était notre seule conversation, nous sentirions-nous silencieux ?



Oh que non, on aurait l’impression d’avoir parlé des jours entiers, si « je t’aime » était notre résumé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2414
DavidG75   11 septembre 2019
L'ambidextrie des sentiments de Lucas Clavel
Les yeux bandés de ta beauté je contemple, l’aveuglement de la perfection que personne ne semble pouvoir déceler, et mon égoïsme est heureux de pouvoir se bercer d’illusion, la vision d’être le seul homme à pouvoir saisir entièrement l’image de ce que tu es.



T’allonger sur ce lit sans aspect m’érige au-delà des monts idiots qui ne dessinent pas tes formes, au-delà des mondes stupides qui ne parlent pas de toi, et cette terre... Oh cette terre qu’est ton corps, là où fleurissent les frissons de mes caresses comme des champs d’hortensias oubliant de faner, et je flâne de t’aimer, dans le calme de ta prairie, sous tes yeux de tempête je guette tes tremblements offerts à mes lèvres en sucrerie, les miettes de ton esprit qui s’abandonne sont les ritournelles de ma langue, et tu danses...



dans l’infini de ce temps serré, qui s’est enfermé,

pourtant tant fermé, mais qui s’étend maintenant que tu me laisses te toucher.





Si Dieu est vivant, alors il doit pleurer.
Commenter  J’apprécie          243
DavidG75   04 septembre 2019
Matin, midi, soir et le reste du temps de Lucas Clavel
Attends le jour où elle n’aura pas eu le courage de se faire belle, pour lui dire qu’elle l’est
Commenter  J’apprécie          237
DavidG75   05 septembre 2019
Matin, midi, soir et le reste du temps de Lucas Clavel
Les plus beaux poèmes sont les silences amoureux
Commenter  J’apprécie          200
DavidG75   10 septembre 2019
Matin, midi, soir et le reste du temps de Lucas Clavel
Ce qui manque le plus dans les rues enneigées c’est de ne pas avoir la sensation d’être le premier à laisser sa trace.
Commenter  J’apprécie          140
Miu_Kawasagi   27 février 2019
Matin, midi, soir et le reste du temps de Lucas Clavel
Tu me dis que tous se moquent, que c'est inutile, que rien ne les choque plus de nos jours, tout est futile. Ils ne lisent qu'en secret avec la honte d'être sensibles, mais cite moi l'un d'eux qui ne fût pas déjà seul et pensif ?



Aucun ma belle, aucun...



Mais il est plus simple de fuir que de ressentir, il est plus simple de rire que de conquérir.
Commenter  J’apprécie          110
DavidG75   10 septembre 2019
L'ambidextrie des sentiments de Lucas Clavel
01101010 01100101 00100000 01110100 01011100

00100111 01100001 01101001 01101101 01100101
Commenter  J’apprécie          1113

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Vieillesse ...

"Cueillez, cueillez votre jeunesse : Comme à cette fleur la vieillesse Fera ternir votre beauté." Qui est l'auteur de ces vers, terminant un célèbre poème ?

Clément Marot
Joachim du Bellay
Pierre de Ronsard

12 questions
129 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , poésie , chanson , vieillesseCréer un quiz sur cet auteur

.. ..