AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9798635936412
119 pages
Auto édition (21/04/2020)
4/5   6 notes
Résumé :
Des pages pour compter l’insomnie des pensées amoureuses, un récit qui s’étire, puis se déchire pour renaître, sans cesse, sous de nouvelles formes, comme un papier que l’on froisse sans jamais trouver le courage de le déchirer. C’est l’histoire d’un conte où la fée ne sait qu’elle est aimée, où le héros est recouvert de mailles poétiques tremblantes pour seule protection, contre le souffle ardent des sentiments. Dans ce schéma fragmenté, les interstices émotionnels... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DavidG75DavidG75   11 mai 2020
Pour toutes ces femmes qui ignorent leur beauté.

Tu es belle ce soir,
N’écoute pas les reflets de ton miroir,
observe toi dans mes yeux, et si
je ne suis pas là, contemple toi
dans mes mots, oui, regarde !
Regarde comme tu es belle :

Là où tu vois des rondeurs, je vois
le plaisir d’une chair à empoigner,
là où tu vois la maigreur, je vois
un désir d’espace où m’installer,
là où tu vois des cicatrices je vois
la force de l’expérience,
là où tu vois des ridules,
je vois des années à rire à outrance,
et là où tu vois des larmes, je vois
le courage d’aimer...

Ce que tu crois laideur est ta plus grande beauté,
ta différence, ce qui fait de toi l’unique
dans ce monde où tous se ressemblent,
dans ce monde où tous cherchent
à se ressembler.

Ton visage enfariné de solitude dépasse
la beauté éclatante des premiers flocons
d’hiver fondant au soleil,
tes yeux embrumés de lassitude écrasent
la clarté enivrante des derniers rayons
d’été s’endormant sous la lune,

tu es parfaitement toi,

avec tes petites manies et tes sales habitudes,
quand tu mordilles la pointe de tes cheveux,
quand tu ronges le bout de tes ongles,
quand tu enlaces ta couette
entre tes cuisses pour
être moins seule,

quand tu embrasses tes lèvres sèches
de n’avoir personne à qui parler d’amour,
quand tu caches les plis de ton corps sous
une tenue simple et légère, là où
il me suffirait de souffler
la brume de mon désir
pour te dénuder
d’un courant d’air,

oh solitude tu es belle pauvre idiote !
Belle de l’ignorer, belle de le savoir
sans vouloir l’accepter.

Tu es belle ce soir,
il n’y a rien à ajouter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          356
maudlfmaudlf   20 septembre 2020
Et je lui ai promis que je serai toujours là, comme si c'était possible,
Puis je lui ai dit pardon, comme si c'était pardonnable
Commenter  J’apprécie          90
plume_et_vanilleplume_et_vanille   30 septembre 2020
01001100 01100001 00100000 01100111 01110101 01100101 01110010 01100101 00100000 01100100 01100101 00100000 01101100 10010010 01100001 01101101 01101111 01110101 01110010 00100000 01110000 01100101 01110101 01110100 00100000 01110011 01100101 00100000 01100110 01100001 01101001 01110010 01100101 00100000 01110011 01100001 01101110 01110011 00100000 01110110 01101001 01101111 01101100 01100101 01101110 01100011 01100101 00101110

(La guerre de l amour peut se faire sans violence)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
984 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre