AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781073496471
73 pages
Éditeur : Auto édition (13/06/2019)
3.93/5   7 notes
Résumé :
"J'ai écrit la majorité de ce livre au détour d'une longue nuit faite de deux ou trois soleils, sur un bureau en bois gravé de mots doux, entouré d'une bouteille de Martini, d'un paquet fumant ou deux de Pall-Mall, d'une étagère de livres que j'ai oublié de lire, et d'un petit tas d'ouvrages qui m'ont marqué.

Au loin sifflait le souffle apaisant d'un corps que j'ai amoureusement abandonné au sommeil, tout ça pour retrouver la solitude, tout ça, pour t... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
DavidG75DavidG75   10 septembre 2019
Ne m’en veux pas, s’il te plaît, je vais certainement tenter de te séduire le long de ces pages (je ne sais pas faire grand-chose d’autre), mais je sais que ton cœur est épuisé, de frémir, de frétiller de vigueur au bout des hameçons tranchants des malintentionnés, mais tu verras, le mien est fait de coton, et je ne percerai de toi que ce que tu ouvres avec grâce.
Alors tes caprices (encore inconscients) seront mes vœux, à ta guise ignorante j’irai remuer l’appétit que tu ne frôles qu’en songe, par peur de souffrance, et je comblerai ta faim avec l’imprudence de ma folie.

Tes fêlures seront ma fièvre, tes frénésies mon délire, ta folie ma bêtise la plus sage.

Je commence doucement à t’imaginer, dans un éclair flamboyant, tourmentée de ton passé, angoissée de ton avenir - c’est étrange mais tu m’apparais avant tout comme une enfant. Alors, grandissons ensemble ! Petit à petit, et peut-être que dans ce manque d’articulation littéraire nous trouverons, tous deux, un schéma de construction pour nous épanouir. Et les blessures aux magnificences d’abstraction seront enfin cautérisées par cette formule de Duparc que j’aime tant :


Dans le calme aimant de tes bras.


Tes bras d’absence que seul mon imaginaire matérialise...
Mais je te sens ma belle, je te respire, indécise encore face à ce texte qui a la prétention de te parler, uniquement à toi, tout en étant face aux yeux de tous. Mais nous, nous savons n’est-ce pas ? Nous savons qu’il n’y a que nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          265
DavidG75DavidG75   11 septembre 2019
Les yeux bandés de ta beauté je contemple, l’aveuglement de la perfection que personne ne semble pouvoir déceler, et mon égoïsme est heureux de pouvoir se bercer d’illusion, la vision d’être le seul homme à pouvoir saisir entièrement l’image de ce que tu es.

T’allonger sur ce lit sans aspect m’érige au-delà des monts idiots qui ne dessinent pas tes formes, au-delà des mondes stupides qui ne parlent pas de toi, et cette terre... Oh cette terre qu’est ton corps, là où fleurissent les frissons de mes caresses comme des champs d’hortensias oubliant de faner, et je flâne de t’aimer, dans le calme de ta prairie, sous tes yeux de tempête je guette tes tremblements offerts à mes lèvres en sucrerie, les miettes de ton esprit qui s’abandonne sont les ritournelles de ma langue, et tu danses...

dans l’infini de ce temps serré, qui s’est enfermé,
pourtant tant fermé, mais qui s’étend maintenant que tu me laisses te toucher.


Si Dieu est vivant, alors il doit pleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
TutiTuti   26 décembre 2019
"Faire l'amour à une femme avec la langue, et être face à l'effet qu'il en résulte, me conforte dans l'idée que la féminité a la capacité (le pouvoir) de sentir la chair du langage, ses contours, ses formes, ses caresses et fessées, comme les rondeurs d'un corps à part du corps"

Image furtive : Attention, à force de chercher à être aimé, on en oublie parfois de montrer notre amour.
Commenter  J’apprécie          40
DavidG75DavidG75   10 septembre 2019
01101010 01100101 00100000 01110100 01011100
00100111 01100001 01101001 01101101 01100101
Commenter  J’apprécie          1113
marineeiffelmarineeiffel   04 décembre 2019
Crois moi mon doux amour, ici les mots sont la plus tendre des caresses...
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
975 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre