AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.15 /5 (sur 71 notes)

Nationalité : Argentine
Né(e) à : Buenos Aires , 1976
Biographie :

Martín Blasco est auteur d’une quinzaine de romans pour la jeunesse.

Diplômé de Instituto Vocacional de Arte, il est aussi producteur et scénariste pour le cinéma et la télévision.

Dans son roman de terreur, "La noirceur des couleurs" (La oscuridad de los colores, 2016), il se révèle maître dans l’art de manier le suspense et les rebondissements pour aboutir à un final bluffant.

page Facebook : https://www.facebook.com/martin.blasco.714

Source : www.ecoledesloisirs.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Martin Blasco   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation

Eux tous, des personnes ! Malgré les tortures, malgré l'emprisonnement et l'aliénation. Parce que les couleurs naissent de la lumière, pas de l'obscurité, et c'est ce qu'ils sont : des couleurs.

Commenter  J’apprécie          150

L'âme d'un dieu dans un corps d'animal : voilà le malheur de l'être humain.

p.152

Commenter  J’apprécie          80

Marron : j'ai caché un succulent morceau de viande dans les plantes. Un être humain normal, plus encore un enfant, n'aurait jamais pu le trouver en se guidant uniquement de son odorat. Pourtant, Marron a réussi en moins de trois minutes. Cela veut-il dire qu'il développe des caractéristiques propres à ses compagnons canins ? Cela signifierait-il que même les sens de l'homme, et donc sa perception de la réalité, peuvent être modifiés si l'on travaille dessus ? Je crois que nous sommes devant une grande avancée.

Commenter  J’apprécie          50

Il y en avait sur les murs, sur le sol, sur le plafond. Des lignes et des figures qui montaient, descendaient, se tordaient et s'entrecoupaient, explosion de formes et de couleurs. L'œuvre était fraîche, encore palpitante de vie. Au milieu du tableau, en plein centre, une étrange structure s'élevait à quarante centimètres de hauteur. La tête de Brian en constituait la base. Les yeux étaient ouverts. La bouche également, lui donnant une expression de surprise infinie. Sur la tête, un empilement d'os formait une espèce de pupitre où des feuilles étaient posées.

Commenter  J’apprécie          40

La femme jouait à être sensuelle, elle créait un personnage, en y mettant tout son coeur. Le corset blanc était le déguisement dans lequel elle tenait son rôle. Mais le costume était trop petit. Les plis de chair échappaient au contrôle du morceau de tissu; ils sortaient par-dessus, par-dessous, formant de curieux bourrelets, petits et gros, qui saillaient, en rébellion complète contre la figure imposée. Le corset sculptait dans le corps une taille fine, un buste avantageux et des hanches harmonieuses. Mais ni la taille ni le buste, ni les hanches n'étaient réels : la vérité résidait dans les bourrelets de chair. La tenue choisie était la fiction, et le corps, la réalité. La fiction, le fantasme, l'imagination, tout comme le corset, visaient à imposer un ordre à la réalité : « Voici le début », « Voici la fin », « Cette histoire parle de ça », « Voici ce qui est bien, voilà ce qui est mal ». Mais la réalité est toujours plus grande, plus complexe. Tout comme le corps débordant de cette femme, la réalité ne se laisse pas corseter.

Commenter  J’apprécie          30

L'art. L'idée fit son chemin petit à petit dans leur esprit. ce qu'ils avaient sous leurs yeux était de l'art. Ils ne savaient pas grand-chose en matière d'art ; l'art n'avait jamais fait partie de leur vie. Mais si l'oeuvre ne représentait rien, s'il n'y avait pas de figures, ni de décor, ni d'histoire, si c'était une simple explosion de couleurs et de textures, comment cela pouvait-il être de l'art ? Les habitants du port, pauvres et analphabètes, ne s'étaient pas posé ces questions en ces termes, car ils n'avaient pas les capacités de formuler des réflexions sur l'art ; mais c'était précisément grâce à cette absence de réflexion qu'ils savaient que c'était de l'art.

Commenter  J’apprécie          00

Aujourd'hui il a souhaité que je pose pour peindre mon portrait. Bien entendu j'ai accepté.

Commenter  J’apprécie          20

Alejandro voyait tout cela alors que le vieux s'approchait de lui. Mais il ne vit jamais le couteau ; le couteau, il le sentit trop tard, quand il entrait dans sa chair. Il sentit seulement la douleur vive dans le ventre et tomba au sol.

Commenter  J’apprécie          10

Le monde n'était pas comme ça, le monde n'avait pas de bonnes manières, ne comptait ni avec la vérité ni avec la justice. Dans ce bourbier, parler de propreté était répugnant.

Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

fairy tail

qui est lucy ?

une mage
une sorcière
une constelassionniste
chai pas

32 questions
172 lecteurs ont répondu
Thèmes : fairy tail , quizz , mangaCréer un quiz sur cet auteur