AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.7/5 (sur 4 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1981
Biographie :

Docteur ès Lettres, professeur aux Cours de Civilisation française de la Sorbonne
Créateur du festival Déc'Ouvrir de Concèze en Corrèze, il organise de nombreuses soirées autour de la poésie et de la chanson depuis 1999. Sociétaire de l’Académie Charles-Cros, Matthias Vincenot a également créé, avec Thierry Cadet, en 2010, le Prix Georges Moustaki de l’album indépendant et/ou autoproduit. Il est aussi le directeur artistique de Poésie en liberté, concours international de poésie en langue française via Internet à destination des lycéens et des étudiants.

Source : www.franceinter.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Matthias Vincenot   (14)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Matthias Vincenot
Avoir le soleil et le temps
L'éternité dans un instant
Les mouvements de ses envies
Un peu comme ceux des marées
Inattendus, irréguliers
Se sentir être où on veut être
Et avec qui
C'est dans ces moments d'évidence
Que l'on oublie qu'on va mourir

(" J'ai vingt ans")
Commenter  J’apprécie          233
Matthias Vincenot
Je revendique
  
  
  
  
Je revendique l'air du large et les marées
Le ciel liquide de l'été
Je revendique la paresse
Et l'inutilité

Je revendique la lenteur des matinées
Et le silence après l'orage
Je revendique la chaleur des lèvres presque abandonnées

Je revendique l'entre-deux, ce qui ne se définit pas
qui n'est pas régi par la loi
Je revendique le désordre de l'espoiur
Et le temps suspendu parfois

Je revendique l'anti-rentabilité
Le goût sucré de l'ombre bleu marine
Je revendique le hasard et le changement des regards
Au creux d'une minute anodine

Je revendique la clarté, l'étonnement
La légèreté de la vie
Ma part d'irresponsabilité
Commenter  J’apprécie          150
Quand je serai jeune
Quand je serai jeune
Je n’aurai pas de mal avec
L’âge que les gens me donnent
Je remettra
i à plus tard, avec joie et sans crainte
Rien ne sera figé, puisque tout m’attendra
Et que je ne serai pas encore passé
L’amour sera éternel, à chaque fois
Quand je serai jeune, je ne saurai pas quoi choisir
Et je choisirai bien
J’aurai le temps de ne pas m’engager
Je vivrai la nostalgie dans les livres
C’est avec le sourire que je me livrerai
Quand je serai jeune j’essaierai
De n’être qu’un peu responsable
J’attendrai la fin des études
Et je découvrirai, je me découvrirai
Je serai libre pour toujours
Et je jouerai à avoir peur
Le vieillissement ne concernera
Ni mes proches ni moi
Personne ne me manquera, je n’aurai perdu personne
Je ne me serai pas perdu
Mes décisions seront sans conséquences
Quand je serai jeune j’aurai
L’air d’être en avance
Commenter  J’apprécie          140
Lorsque la poésie et la chanson se rencontrent, elles peuvent donner lieu à de belles expériences, mais il n'est pas nécessaire que la poésie rencontre la chanson pour être accessible, car elle n'a pas besoin d'être accessible pour être mise en chanson. Toute chanson n'est pas accessible, il n'est que de voir certains textes d'Etienne Roda-Gil, d'Hubert Félix Thiéfaine, de Feu! Chatterton, de Pauline Drand, de Jean Fauque, de Maissiat. C'est une illusion de penser que ce qui est populaire est forcément facile.
Commenter  J’apprécie          60
L'amour, ça se pose où ça veut
Il suffit d'un rien pour le dire

Ce rien qui devine un désir

Souvent d'ailleurs, on ne dit rien

L'éternité dure si peu
Commenter  J’apprécie          60
-Tu insistais sur le rythme et l’atmosphère d’un poème, ce qui au-delà des mots leur donne leur chair et sur le fait qu’ils touchent, non pas pour leur sens, mais pour ce qu’ils provoquent chez le lecteur.
-C’est bien « le » poétique dont je parle, et non la poétique. Pour moi, le poétique, c’est justement la chair des mots. C’est exactement cela, quand un poème touche non pas seulement pour le sens des mots, mais aussi pour les sensations que ces mots transmettent, pas nécessairement liés à leur sens justement, mais également à leur son, à leur agencement, à ce sensible impalpable qui appartient à chacun. La chair, c’est ce qui rend notre peau sensible, à toute sensation, sans qu’on sache toujours comment et pourquoi. » (p 65-66)
Commenter  J’apprécie          30
On fait ce qu'on peut de nos rêves
A l'orée de l'habitude
Et des petits dégâts
Toujours un peu d'air qui s'échappe
On fait ce qu'on peut de nos rêves
Continue le temps des lilas
Commenter  J’apprécie          30
Tu n'es plus là

Tu neiges comme vient la nuit
Qui t'enveloppe malgré toi
Tu pleus au rythme de l'oubli
De cet homme qui n'est plus toi
Dans ta maison inhabitée
Que tous tes souvenirs ont fuie
Où l'on vient s'occuper de toi
Tu vis bien mais tu n'es plus là
Dans ta mémoire fragmentée
C'est une existence nouvelle
Qu'on te regarde t'inventer
Peut-être même qu'elle est belle
Tu dis "bonjour" deux ou trois fois
Dans ce mal qu'on ne nomme pas
Tout ne fait que te traverser.
Commenter  J’apprécie          20
Il y a toujours un endroit
Que l'on cache aux autres, qui le gâcheraient
Un lieu escarpé, comme un peu sauvage
Au moins à nos yeux
Oublié des cartes et de la raison
Que, dans une enfance, on a pu voler

Il y a toujours un endroit
Qui nous ferait croire à quelques histoires
A se raconter, pour laisser passer
Deux ou trois nuages

Il y a toujours un endroit
Discret et sauvage
Commenter  J’apprécie          20
Tu sais
Il paraît qu'on n'a qu'une vie
Mais vrai
Qu'on peut dans une seule vie
Recommencer plusieurs enfances
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Matthias Vincenot (14)Voir plus

¤¤

{* *}