AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.67 /5 (sur 9 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Rédacteur en chef du service « Régions » de « L’Express »

Il fut journaliste à l'Express et chroniqueur sur France info.

Twitter : https://twitter.com/feltin64

Source : La Martinière
Ajouter des informations
Bibliographie de Michel Feltin-Palas   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Michel Feltin-Palas
Ziliz   01 juin 2021
Michel Feltin-Palas
■ Le jour où la France dut inventer des noms pour ses anciens esclaves.

-----

En 1848, des centaines de milliers d'individus sont libérés et deviennent des citoyens. Comment les appeler ? La IIe République va répondre à cette question. A sa manière...

-----

On le sait : l'esclavage a été définitivement aboli en France en 1848. On le sait moins : il a fallu alors attribuer des patronymes aux anciens esclaves qui, jusqu'alors, ne portaient que des prénoms ou des surnoms. Or la manière dont la IIe République va s'acquitter de cette tâche est particulièrement étonnante.

-----

L'enjeu est d'importance pour les individus concernés, car le nom de famille est un élément essentiel de l'identité de chacun. Il l'est aussi pour l'Etat, qui a besoin d'établir des registres d'état civil, veut connaître l'âge, le lieu de naissance et de résidence des intéressés, tout en "favorisant la constitution des familles" en attribuant le même patronyme au père, à la mère et aux enfants. Il s'agit également de fixer l'assiette des impôts et d'établir les listes électorales sur lesquelles seront inscrits ces nouveaux citoyens. Au total, il faut "inventer" quelque 100 000 patronymes, que ce soit en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane et à La Réunion, selon les calculs de l'historien Frédéric Régent, maître de conférences à l'université Paris I Panthéon Sorbonne et auteur de plusieurs livres sur ce sujet. La tâche est gigantesque.

-----

Comment faire ? Pour les prénoms, conformément aux usages de l'époque, on puise dans le calendrier et dans l'histoire ancienne : Marie, Françoise, Pierre, Joseph, César, Electre... Pour les noms, c'est plus difficile. Pas question, évidemment, d'attribuer un patronyme porté par une autre famille (à moins que celle-ci ne soit d'accord). Pour le reste... Les officiers d'état civil disposent d'une grande liberté dont ils vont user, et parfois abuser, selon leur culture, leur région d'origine et leur humeur. Les chercheurs ont réparti leurs trouvailles en plusieurs familles :

· L'histoire, la mythologie et la religion. C'est la thématique la plus utilisée. Alcibiade, Romulus, Pline, Archimède voisinent avec Josué, Ismaël, Judée.

· La géographie. Apparaissent ici et là des Madère, des Laponie, des Lausanne, des Liban, des Equateur et des Guadeloupe... L'Afrique, dont sont pourtant originaires les esclaves, sert rarement de source d'inspiration, même si l'on trouve des Congo et des Niger.

· Les associations d'idées. Les officiers d'état civil n'hésitent pas à recourir aux jeux de mots. Marguerite devient Fleurie ; Céleste, Etoilé ; Hector, Troyen. De temps en temps, ils optent pour des noms volontairement ridicules, tels Nonfortuné ou Grossomodo tandis qu'un prénommé Cinq-Sous se voit affublé du patronyme Navard (un avare)...

· L'anagramme. A partir du prénom Edouard, on forme le nom de famille Douared. Ursule sera Surule ou Elusur ; Figaro s'appellera Oragif ou Garofi... Parfois, l'anagramme n'est que partielle. Tel esclave se prénommait Mathurin ? Son patronyme sera Thuram.

(...)



-------



• article dans L'Express, 01/06/2021

>> https://www.lexpress.fr/culture/toi-tu-t-appelleras-thuram-et-toi-legitimus
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          164
Michel Feltin-Palas
dido600   29 décembre 2017
Michel Feltin-Palas
SI L’ON EN CROIT LE PHILOSOPHE

MICHEL SERRES, LA FIN DE LA PAYSANNERIE

EST L’ÉVÉNEMENT LE PLUS IMPORTANT

DU XXe SIÈCLE. CAR, PLUS QU’UNE

PROFESSION, C’EST UNE CIVILISATION

QUI DISPARAÎT.
Commenter  J’apprécie          10
Michel Feltin-Palas
dido600   29 décembre 2017
Michel Feltin-Palas
Hier nourriciers

du pays, les agriculteurs

passent désormais

pour des pollueurs.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

De la poésie dans un monde de brutes 1

"Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne / Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends"

Jules Laforgue
Victor Hugo
Sully Prudhomme

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie françaiseCréer un quiz sur cet auteur