AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.5 /5 (sur 10 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Phalsbourg , le 24/11/1945
Biographie :

Pierre Veltz est un chercheur français, ingénieur, sociologue et économiste, spécialiste de l'organisation des entreprises et des dynamiques territoriales.
Diplômé de l'École polytechnique et ingénieurs du Corps des Ponts (promotion 1969), Pierre Veltz est aussi titulaire d'un doctorat et d'une habilitation à diriger des recherches en sociologie. Il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles scientifiques.

Jeune diplômé, il a travaillé à la direction départementale de l’équipement du Nord, puis à la SCET, où il a mené des études dans les domaines de la planification urbaine.
Durant les années 1980, il a dirigé la recherche scientifique à l’École nationale des ponts et chaussées (ENPC), en contribuant à la création d’une dizaine de laboratoires. Durant les années 90, il a créé et dirigé le LATTS, laboratoire pluridisciplinaire de sciences sociales s’intéressant notamment à la transformation des entreprises et des structures territoriales (ENPC, Université de Marne-la-Vallée, CNRS).
De 1999 à fin 2003, il a été directeur de l’École Nationale des Ponts et Chaussées. Il a également présidé ParisTech, fédération des 11 principales écoles d’ingénieurs parisiennes, ayant vocation à se transformer en grande université technologique francilienne.
Après avoir été directeur de l'Institut des Hautes Études de Développement et d’Aménagement des Territoires Européens1 entre 2004 et 2008, dont il préside le conseil scientifique, et après avoir dirigé la Mission d'aménagement de la région capitale au sein de Secrétariat d'État au développement de la Région Capitale, il est depuis mai 2009 délégué ministériel pour de développement du cluster du plateau de Saclay.
Il est également membre du conseil d'administration de l'École normale supérieure depuis octobre 2007. il est membre de l'Académie des technologies et du Comité de prospective de l'Agence Nationale pour la Recherche (ANR).
En octobre 2010, il a été nommé Président-Directeur Général du Conseil d’Administration de l’Etablissement Public de Paris-Saclay.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Pierre Veltz   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lundi 1er février, de nouvelles projections climatiques ont été publiées par Météo France, alors que le projet de loi issu de la Convention citoyenne climat suscite en ce moment de nombreuses controverses. Si les scénarios étudiés sont alarmants, il est encore possible d'agir précise le rapport. A quoi ressemblera le climat de la France ces prochaines années ? le projet de loi "Climat et résilience" est-il à la hauteur des enjeux ? Comment adapter notre économie aux enjeux environnementaux ? Pour en parler, Guillaume Erner reçoit Samuel Morin, directeur du centre national de recherches météorologiques (principal laboratoire commun entre Météo France et le CNRS), chercheur à Météo France, spécialiste de l'environnement de montagne, Pierre Veltz, économiste, ingénieur et sociologue, auteur de “L'Économie désirable Sortir du monde thermo-fossile” (Seuil, 2020) et Camille Etienne, activiste pour la justice climatique et porte-parole du mouvement “On est prêt”. L'invité des Matins de France Culture. Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 3 Février 2021) Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr

+ Lire la suite

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
deuxquatredeux   28 janvier 2018
La Société hyper-industrielle - Le nouveau capitalisme productif de Pierre Veltz
Nombreux sont ceux qui croient que nous nous dirigeons vers une société « immatérielle », où l'industrie et la production physique des objets ne joueraient plus qu'un rôle secondaire. C'est une vision totalement fausse.



L'industrialisation du monde - p. 11
Commenter  J’apprécie          70
Latias   30 août 2017
La Société hyper-industrielle - Le nouveau capitalisme productif de Pierre Veltz
Dans l'immense majorité des sites industriels modernes, la "productivité des machines" a un impact économique plus important que la "productivité du travail". Elle créé des écarts considérables, non-linéaires, de performance entre sites. Et elle dépend au premier chef de la qualité relationnelle (ceci expliquant au passage pourquoi des sites à coûts de main-d'oeuvre plus élevés ont souvent de meilleurs résultats, y compris en terme de coût de production).

Or ce qui vaut pour un site productif vaut aussi, sous d'autres formes, pour la firme dans son ensemble, pour les réseaux de firmes, les filières, les tissus industriels, les territoires. Contrairement à une transaction financière, les échanges entre acteurs d'une filière productive ont besoin de durée, de mémoire, d'expériences partagées, construisant des formes d'assurance mutuelle et de confiance qui accélèrent les apprentissages et créent progressivement une performance collective.

Ceci explique largement le rôle croissant des tissus territoriaux, dès lors qu'ils mettent en jeu de véritables tissus de relations et d'intelligence partagée, et pas seulement une proximité passive. Cela explique aussi, à d'autres échelles, le rôle croissant des diasporas ethniques, religieuses, culturelles, techniques dans l'économie productive contemporaine, autrement dit toutes les formes sociales génératrices de confiance. L'industrie connectée en réseau ne fonctionnera que si la qualité relationnelle s'ajoute à la rigueur transactionnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Latias   30 août 2017
La Société hyper-industrielle - Le nouveau capitalisme productif de Pierre Veltz
Lorsqu'un emploi sédentaire est détruit, il est plus ou moins reconstitué à proximité, car il correspond à une demande locale et ne peut pas être produit loin du client. (...). L'emploi nomade (potentiellement nomade) est lié au contraire à une demande extra-locale. Si un fabricant d'un joint spécial pour telle ou telle machine-outil à marché mondial disparaît, ou une firme de programmation travaillant pour le marché international, rien ne garantit que les emplois seront recréés sur place.

Le constat de base est que les emplois nomades sont en général mieux payés, plus qualifiés, parce que plus "productifs" et soumis à une concurrence plus sévère que les emplois sédentaires. L'enjeu pour un pays donné n'est donc pas, comme on l'entend souvent, de multiplier les emplois non-délocalisables, mais au contraire d'attirer et de fixer le plus possible d'emplois potentiellement délocalisables.

(...) Ces emplois sont loin d'être tous dans la haute technologie ou les industries très extraverties des marques et du luxe, qui ne représentent que 12% de l'emploi industriel français. Le défi de la fixation d'emplois nomades ne peut donc en aucun cas se limiter aux secteurs dits de pointe. Il concerne aussi et surtout les secteurs industriels dits "traditionnels", ainsi que les services internationalement exposés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Vinccent   24 mai 2021
L'économie désirable - Sortir du monde thermo-fossile de Pierre Veltz
(…) il est crucial de retrouver une perspective positive, de construire un récit d'une économie désirable. En dehors de la vision profondément anxiogène du désastre écologique, vision renforcée par la pandémie, le seul récit positif dont nous disposons aujourd'hui, est celui de la révolution numérique. Or, il faut bien reconnaître que la digitalisation du monde et plus généralement les progrès des sciences et technologies, dont les promesses restent excitantes pour beaucoup d'entre-nous, ont échoué à dessiner une perspective mobilisatrice largement partagée.

(…) Quel peut être le récit positif, dès lors ? On touche ici à un angle mort de la pensée écologiste, dominée par la question du « comment produire ? » (de manière plus sobre, avec moins de ressources, en polluant moins) plutôt que par la question du « quoi produire ? » (quels secteurs faut il développer ? Quelles activités ? Quels types d'emplois ? Etc.)

P10
Commenter  J’apprécie          00
Latias   30 août 2017
La Société hyper-industrielle - Le nouveau capitalisme productif de Pierre Veltz
Le grand paradoxe est que le recherche et l'innovation, mobilisant les ressources apparemment les plus fluides (information, connaissance), sont en réalité les activités les plus concentrées spatialement. Les dix premières grandes régions du monde, qui regroupement 40% du PIB mondial, concentrent 75 à 80% des dépenses de R&D.

(...)

Le fait que l'ubiquité de l'Internet n'ait pas entamé cette polarisation peut sembler surprenant. En réalité, dans la science et dans la technologie, les relations de face-à-face restent essentielles. Internet est très efficace pour approfondir des relations existantes dans des univers disciplinaires donnés, mais peu efficace pour sortir de ces univers, amorcer des liens entre des disciplines et des cultures différentes.
Commenter  J’apprécie          00
Vinccent   24 mai 2021
L'économie désirable - Sortir du monde thermo-fossile de Pierre Veltz
Car le constat est qu'il existe des marges considérables en termes d'efficacité pour la réduction des émissions carbonées et pour les consommation de matières, mais que ces gains sont systématiquement menacés, voire inversés, par l'explosion des consommations. De ce fait, il n'existe aucune autre solution que la sobriété, la transformation de nos modes de consommation, mais aussi de nos organisations et de la conception même de nos biens et des services, devenus souvent inutilement sophistiqués.

p12
Commenter  J’apprécie          00
Vinccent   24 mai 2021
L'économie désirable - Sortir du monde thermo-fossile de Pierre Veltz
La seule révolution nécessaire est mentale : comprendre enfin que la santé, l'éducation, la culture, mais aussi la mobilité, l'habitat, secteurs fortement socialisés dans notre pays pour de multiples raisons historiques, ne sont pas des charges pesant sur l'économie dite productive, mais qu'ils doivent être reconnus comme les moteurs essentiels de la création de valeur dans le monde de demain -y compris de valeur industrielle ou hyper-industrielle « exportable ».
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Pourquoi j'ai mangé mon père - Roy LEWIS

Comment s'appelle le père de la horde de pithécanthropes dont il est question dans ce roman ?

Albert
Edouard
Marcel

8 questions
600 lecteurs ont répondu
Thème : Pourquoi j'ai mangé mon père de Roy LewisCréer un quiz sur cet auteur