AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.38 /5 (sur 13 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 2/04/51
Mort(e) à : Paris , le 30/04/85
Biographie :

Raphaêle George est une poétesse française.
Elle est également peintre sous son nom de jeune fille Ghislaine Amon.

Son premier livre, Le petit vélo beige, sort en 1977, aux Éditions de l’Athanor (collection Jean-Luc Maxence). Suivent des publications en revues (sous son nom ou sous le pseudonyme de Laure Slausky) : Sgraffite, L’Humidité, Année poétique Seghers 1977, Poésie 1, La Vie totale, Contre-Ciel… (Parutions posthumes : L’Autre, Recueil, Le Nouveau Recueil, Tout est suspect…). Elle écrit aussi quelques articles de critique littéraire pour Libération, et puis la même année fonde avec Mireille Andrès, Patrick Rousseau (transfuge de la revue Gramma) et Jean-Louis Giovannoni, Les Cahiers du double, revue de Littérature et de Sciences Humaines, qu’elle dirige ensuite avec ce dernier jusqu’en 1981.
Parallèlement à ses activités littéraires, Raphaële George (à cette époque Ghislaine Amon) peint (Draps, Suaires…) et expose fréquemment seule ou en groupe ; elle illustre aussi des tirages de tête pour les Éditions Unes
Début 1984, Ghislaine Amon apprend qu’elle est atteinte d’un cancer. Elle est opérée et suit un traitement de chimiothérapie et rayons. Malgré son affaiblissement dû aux traitements, elle trouve la force de peindre et d’écrire un dernier livre : Psaume de silence. Livre composé à partir d’extraits de Suaires, manuscrit commencé dans les années 1977-78, et sur lequel elle fera souvent retour, en le réécrivant ou en utilisant des passages pour ses livres en cours, sans jamais vouloir le publier.
Le 6 mars 1984, alors qu’elle est en pleine écriture de Nuits échangées, Ghislaine Amon décide de changer de nom d’écrivain et de ne plus signer, désormais, que sous le patronyme de Raphaële George.
+ Voir plus
Source : Site personnel
Ajouter des informations
Bibliographie de Raphaële George   (7)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
lecteur84   24 mars 2020
Double intérieur précédé de L'absence réelle de Raphaële George
Entre les yeux et le regard s'inscrit un fossé d'une nuit sans fond; ainsi ma blessure me fit naître à mon regard et les mots découvrirent sous mes yeux la maladie du silence.
Commenter  J’apprécie          90
lecteur84   17 juin 2017
Double intérieur précédé de L'absence réelle de Raphaële George
On ne sort pas de l'absence: elle vous tient trop lieu de corps.
Commenter  J’apprécie          100
lecteur84   23 mars 2020
Double intérieur précédé de L'absence réelle de Raphaële George
J'attends avec amitié vos lettres qui me seront le secours dont j'ai rêvé vivre par mon écriture et que certains n'ont pu comprendre; car si j'ai élevé une mémoire de l'oubli, par mon attention toujours aux moindres signes, respectueux des objets et des êtres qui m'entourent, ce n'était là que l'expression de mon être enfin converti à la vie, au-delà du temps et de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          80
coco4649   01 juin 2017
Eloge de la fatigue - Les nuits échangées de Raphaële George
L’Éloge de la fatigue

Extrait





La fatigue vient avec la nuit,

nous pourrions croire que par elle nous communions

nous respirons de même vent que tout qui

[azur]____[/azur] [azur]____[/azur] [azur]____[/azur]

 appartient au cycle du jour et de la nuit.



Elle paraît comme un poids, ce poids qui nous fait

[azur]____[/azur] [azur]____[/azur] [azur]____[/azur] [azur]

 ____[/azur] chuter au centre de l’être

et pourtant elle ne pèse pas.



Elle n’a pas de visage, effaçant presque le nôtre

soudain nous ne sentons ni la faim, ni aucune nécessité

et nos pensées vagues sont comme des murmures étrangers

échos lointain de combats inachevés.



Tant de gorges se sont serrées dans les murs.
Commenter  J’apprécie          60
coco4649   31 mai 2017
Eloge de la fatigue - Les nuits échangées de Raphaële George
AMOUR…





Amour

nuit au fond du corps

déjà prête à m’ensevelir.

De cet amour il faut croire

qu’il est une part de moi

un morceau de ma chair

ce regard intérieur

qui sait ce que veut l’appel du jour.

Dans ces yeux, mes yeux ont vu

ce qu’ils désirent

et y renoncer serait mourir à moi-même.



Existe-t-il cet autre

qui ne nous reproche jamais d’être ?

Est-il l’épure de soi-même

au point de croire que jamais

nous ne saurions le perdre ?
Commenter  J’apprécie          60
coco4649   31 mai 2017
Je suis le monde qui me blesse : Journal intégral (1976-1985) de Raphaële George
ON NE DEVRAIT JAMAIS ARRÊTER D’ÉCRIRE, CE QUI EST POÉSIE SURTOUT…





On ne devrait jamais s’arrêter d’écrire, ce qui est poésie surtout. On perd

l’habitude, le souffle, le ton, on perd même sa compréhension faite de tant

d’amabilité, et bêtement l’arrêt nous rend ignorant de ce qui juste avant nous était encore nécessaire. Ainsi on sort de la grâce. Peut-être est-ce ce qui m’est arrivé à force d’avoir peur de mal faire, de mal dire. Je me crois maintenant en un point de non-retour. Il faut que je retrouve ma force antérieure mais comment ? Il faut que je retrouve une certaine innocence, cette poésie attachée et venue des sentiments simples, accepter cette montée de la nostalgie, cette montée que la plupart du temps nous ne pouvons laisser venir et que nous occultons.



Édition établie par Jean-Louis Giovannoni et Nicolas Marquet.
Commenter  J’apprécie          50
coco4649   01 juin 2017
Double intérieur précédé de L'absence réelle de Raphaële George
DOUBLE INTÉRIEUR





extrait 4



Je ne sais ce qui s’entame ici lettre ou écriture ? La parole a finalement quelque chose que je ne comprends pas très bien et qui m’échappe. Que te dire si ce n’est que la journée fut belle et que de nouveau tout s’étire dans le petit bord du silence. J’ai l’impression même en écrivant de forcer quelque chose. Ainsi ai-je la sensation étrange de désirer éteindre tout désir en moi, me faire si petite, si petite et si forte tout à la fois. Mes vêtements m’ont l’air complètement inutiles. Je sens tout avec une dérision effrayante de laquelle je sais venir une sauvagerie sans appel et sans nom ; un enfermement galope en moi si fort que je m’exile. Un deuil indéfinissable commence à naître contre quoi ma générosité perd, s’épuise et ne peut me raisonner. Je tente un dernier souffle d’intelligence que je veux puiser en mon travail et ne plus croire qu’à un seul acte de clarté authentique : Ma Création. C’est de là que peut émerger à nouveau ma plus grande sérénité. Je ne sais quel en sera le prix ni si tu pourras y figurer ?



Ce que je voudrais possible frise la petitesse et m’éclate comme ce que j’appelle les petites peurs de cette terre qui nous rendent sans cesse à la bassesse. Or je hais toute bassesse. Et si tu veux une place dans ma vie sache faire le geste qu’il faut pour qu’il me fasse mesurer où est ton amour. Sans cela, je me renfermerai en ma coquille et nous créerons en nous l’exigence d’un tel non-lieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
coco4649   01 juin 2017
Le petit vélo beige de Raphaële George
NE PARLE PAS, NE DIS RIEN...





Ne parle pas, ne dis rien, il reste par terre les

morceaux de ma poupée en porcelaine et l’œil

de maman qui saigne. Tu ne sais plus quoi

faire. Pauvre petit frère. Tu me prends par la

main pour que je ne regarde pas. Tu

m’emportes sur la voie ferrée sous le pont où

certains ont écrit « Kroutchev assassin » ! Il

fait nuit et tu ne sais pas s’il sera possible de

rentrer. Dans la chambre le petit

recroquevillé dans son lit se fait tirer par une

voiture à pédale derrière le vélo de la

Ghislaine. Cette enfante perdue fait le cochon

pendu dans un square loin de la maison.

Attendre le moment pour renverser le petit

sur le gravier. Mais chaque fois c’est moi qui

tombe et qui n’arrive pas à me relever dans

les sous-sols du HLM pendant que « les

jeunes voyous » me tâtent les seins. J’ai beau

tirer derrière moi, le landau, le grand landau

avec toutes les poupées du monde à

l’intérieur, je n’ai pas encore accouché mon

petit frère, sinon, à demi, lors de soirées

courtes, espace de se caresser sans y prendre

garde. Mais lorsque tu poses ta tête contre la

mienne, petit, il y a des bruits que l’on

n’arrive pas à saisir. Ils remontent par les

tuyaux des sanitaires, j’entends l’eau qui

coule dans l’évier et les voisins qui crient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
coco4649   31 mai 2017
Double intérieur précédé de L'absence réelle de Raphaële George
SUAIRES





extrait 3



   Dans un long filament noir, il y avait eu un jour un visage, mais désormais nous hibernions dans le monde des anamorphoses où toute l’histoire redevenait possible.



   Comment était-ce possible de voyager, lorsque je donnais des rendez-vous que sans cesse je manquais ? Je ne pouvais pas parler au téléphone quand mon corps n’était pas là. Comment résoudre ces absences ?



   Je faisais des signes, je les faisais voguer loin, ils rebondissaient probablement dans une oreille qui m’avait été choisie et que ponctuellement je remplissais par mes voix. Mais au moment de rencontrer l’autre, déjà elles avaient disparu.



   J’aurais pu dire… violet, turquoise… turquoise violacé, violet turquoise… bleu par volonté de profondeur avec pour espace l’inégalité proportionnée de l’harmonie… Rien n’aurait changé. Et pourtant, entre mes mains, n’importe quel compositeur aurait entendu une musique — Moi qui n’ai jamais su lire la musique. D’où vient cette musique où ne vibrent que déchirure, écartèlement ? Alors que ce qui compte est cette façon de résumer l’espace sonore au toucher, à l’effleurement de l’invisible. Nos traces viennent nourrir l’enfer de la platitude tandis qu’erre en elles, l’ombre d’un noyé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
coco4649   31 mai 2017
Eloge de la fatigue - Les nuits échangées de Raphaële George
Les Nuits échangées





extrait



Et dans nos mains l’affranchissement des insectes

qu’on écrase sans crainte,

étonnés seulement par les petites taches brunes

sur les doigts…



La nuit annonce un visage intérieur

visage qui ne peut ignorer la façon dont je mourrai…

Et je sens précisément dans l’approche

qu’une telle figure est visible pour être donnée.



Refuser ce regard.

Occulter une mémoire lointaine, totale,

une mémoire qui sait ce qui me fonde

et pourquoi je deviens.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz Harry Potter (difficile:1-7)

De quoi la famille Dursley a-t'elle le plus peur?

des voisins curieux
des hiboux
de Harry
de tout ce qui peut les faire paraître étranges

20 questions
4304 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..