AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.07 /5 (sur 14 notes)

Né(e) à : Le Vésinet , le 25 mai 1898
Mort(e) à : Paris , le 19avril 1975
Biographie :

Robert Aron (25 mai 1898 au Vésinet - 19 avril 1975 à Paris) est un écrivain français, auteur d’essais politiques et d’ouvrages historiques et membre de l’Académie française.

Fils du fondé de pouvoir d'un agent de change, Robert Aron est issu d'une vieille famille de la bourgeoisie juive originaire de l'est de la France, il fut élève au lycée Condorcet. Mobilisé à la fin de la Première Guerre mondiale, il part pour le front où, officier, il est blessé en 1918.

Agrégé de lettres après la guerre, il n'enseigne pas et entre aux éditions Gallimard. Secrétaire pendant un temps de Gaston Gallimard, il se lance aussi dans le journalisme cinématographique, à La Revue du cinéma, et dans le journalisme politique, au service étranger de la Revue des Deux Mondes. Sa fréquentation des milieux surréalistes, la création, avec Antonin Artaud et Roger Vitrac, du théâtre Alfred Jarry comme son intérêt pour le cinéma traduisent sa curiosité pour les expressions les plus modernistes et les plus provocantes de l'avant-garde littéraire et artistique de l'après-guerre.

En 1940, la mobilisation interrompt ses activités éditoriales à la NRF (où il écrit depuis 1922). En 1941, il est victime d'une des premières opérations d'arrestation collective dirigée contre les juifs et est interné au camp de Mérignac prés de Bordeaux. Relâché, il est interdit de séjour à Paris et s'installe à Lyon, où il est mêlé, par l'intermédiaire de son ami Jean Rigaut, aux préparatifs du débarquement américain en Afrique du Nord. Après celui-ci, grâce notamment à l'aide que lui apporte Jean Jardin, un ancien de L'Ordre Nouveau, alors directeur de cabinet de Pierre Laval, il parvient à gagner Alger, où il fait partie des premières équipes administratives du général Giraud puis du général de Gaulle. Avec Lucie Faure et Jean Amrouche, il y fonde la revue La Nef, dont il restera un des animateurs jusqu'en 1952. Ayant repris après la Libération des activités éditoriales, notamment à la Librairie académique Perrin puis aux éditions Fayard, Robert Aron entreprend, à partir de 1950, un important travail de recherches historiques portant sur l'histoire contemporaine de la France, avec, notamment, Histoire de Vichy (1956), Histoire de la Libération (1959), Histoire de l'Epuration (1967-1975). Par ailleurs, Robert Aron va, après 1945, consacrer une part importante de sa réflexion au dialogue entre juifs et chrétiens.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Les rapports de Raymond Aron avec le gaullisme pendant la seconde guerre mondiale INA

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Robert Aron
colimasson   20 août 2015
Robert Aron
Vous admettez des miracles, ces exceptions aux lois naturelles : pour moi, tout est miracle. Vous opposez sacré et profane : pour moi, tout est sacré. Vous opposez le prêtre et le laïc : pour un juif, tout laïc est prêtre.
Commenter  J’apprécie          220
enkidu_   28 février 2017
Le socialisme Français face au marxisme de Robert Aron
Il se peut que, à certains égards, ces esclaves d’autrefois soient moins déshumanisés, tout au moins dans leur travail, que les prolétaires d’aujourd’hui. Les gestes qu’ils accomplissent constituent sensiblement la répétition ou le prolongement de gestes naturels. Comme l’a écrit Adrien Tilgher, « la technique antique, en général, ne va pas au-delà du plan de la nature dont elle est seulement un prolongement et une amplification quantitative ». Ceci est vrai également pour l’utilisation technique de l’esclavage. Au contraire, la technique moderne rompt avec les rythmes naturels et se donne de plus en plus pour base des opérations artificielles qui s’appliquent à la réalité, mais qui n’en procèdent pas. Elle devient une « pure abstraction inventive », ce qui est le signe de nos sociétés modernes. Le travailleur actuel, assujetti aujourd’hui à la loi d’airain du plus fort, c’est-à-dire, selon les cas, d’un patron, d’un organisme, d’un système ou de l’État, subit ainsi une double aliénation, alors que l’esclave antique n’en connaissait qu’une. L’esclave perdait sa liberté mais demeurait dans la vie. Le prolétaire perd le contact avec la réalité, il vit dans l’abstraction, en même temps qu’il aliène sa liberté. Double aliénation qui s’accentue à mesure que s’effectue l’évolution de l’habitat humain depuis la hutte individuelle jusqu’à la cité moderne. (pp. 32-33)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Elisabeth Princesse à Versailles

L'amie d'Elisabeth s'appelle:

Marie
Cristal
Angélique
Noémie

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman historiqueCréer un quiz sur cet auteur